Actualités

Nouvelle route du littoral : Paris prêt à endosser la responsabilité ?

Conférence de presse de l’Alliance

Manuel Marchal / 25 juin 2014

Béatrice Leperlier, Paul Vergès et Maya Césari ont tenu hier après midi une conférence de presse sur plusieurs points d’actualité. A l’ordre du jour figure notamment la nouvelle route du littoral. Le gouvernement va-t-il accepter d’endosser la responsabilité d’un tel projet au moment où Paris veut être le champion de la protection de l’environnement et de la lutte contre le changement climatique dans la perspective de la conférence internationale sur le Climat de 2015 en France ?

JPEG - 52.9 ko
Béatrice Leperlier, Paul Vergès et Maya Césari.

Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République pour la protection de l’environnement, est actuellement à La Réunion. Le contexte de sa venue, c’est le projet de nouvelle route du littoral, une infrastructure précisément contre le développement durable de La Réunion.

Paul Vergès revient à l’origine du problème, la suppression du chemin de fer de La Réunion et la décision de construire une route au pied de la falaise. Depuis plus de 50 ans, en investissement, en entretien, en embouteillage, la première route et la route actuelle ont été d’un coût considérable pour La Réunion. La décision d’une nouvelle route était la responsabilité de l’Etat, compétent avant 2007 en matière de routes nationales. Mais le projet actuel multiplie les coûts, rappelle Paul Vergès, tout en s’accompagnant du refus de poursuivre le chantier de la reconstruction du chemin de fer.
La Région a en effet choisi d’ajouter des voies.

Refus des institutions environnementales

Le projet a été soumis à l’avis de plusieurs autorités environnementales. A La Réunion, l’avis a été négatif. Le gouvernement a donné une dérogation pour poursuivre la procédure. En France, le Conseil national pour la protection de la Nature s’est lui aussi prononcé contre le projet. Le gouvernement a donné une autre dérogation. Contrairement à tous les autres projets de même ampleur, la nouvelle route du littoral n’a pas fait l’objet d’une étude financière. C’est pourquoi le Sénat va demander la communication des deux rapports des autorités environnementales et de celui sur les finances.

Car manifestement, ces décisions montre de la part du gouvernement une volonté de couvrir la Région. C’est à ce moment que Nicolas Hulot arrive à La Réunion pour participer à une conférence sur le climat organisée par la Région. C’est pour faire endosser par l’Etat la responsabilité finale, précise Paul Vergès, « on est en plein entêtement diabolique ».

Prudence de Nicolas Hulot

Ce comportement est pour le moins paradoxal alors que ce même gouvernement va organiser la conférence sur le Climat l’an prochain. Si l’entêtement continue, alors un dossier sur la nouvelle route du littoral sera remis à toutes les délégations participant à la conférence de Paris sur le Climat.

Nicolas Hulot adopte en tout cas une attitude prudente : relancer la concertation pendant au mois 6 mois et reconsidérer les alternatives possibles.

M.M.


Kanalreunion.com