Actualités

NRL, port de Bois-Rouge et ville nouvelle de Cambaie condamnés d’avance par le changement climatique

Les orientations de la Région Réunion compromettent l’avenir de La Réunion

Manuel Marchal / 24 février 2016

Une étude publiée hier dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences annonce que le niveau de la mer n’est jamais monté aussi vite depuis 3.000 ans. Le même jour, la Région Réunion annonce que les principaux investissements qu’elle soutient seront la route en mer, la construction d’un port et d’une zone d’activité économique à Bois-Rouge et la ville nouvelle de Cambaie. Le point commun de tous ces projets est de se trouver au bord de la mer, le lieu de tous les dangers à cause du changement climatique.

JPEG - 57.3 ko
Depuis 50 ans, des milliards ont été engloutis dans la route du littoral. La Région Réunion soutient trois projets qui seront chacun un gouffre financier aussi important. Une grande partie des richesses produites par les générations futures servira à payer la facture de la NRL, du port de Bois-Rouge et de la ville nouvelle de Cambaie.

Hier, la séance plénière de la Région Réunion était consacré à l’examen des orientations budgétaires. Dans ses propos liminaires, Didier Robert a dit que ces orientations sont la traduction des engagements pris lors de la campagne des élections régionales. Parmi les promesses figure l’engagement de mobiliser l’essentiel des investissements sur trois projets : la route en mer dite NRL, la création d’un port en eau profonde à Bois-Rouge couplé à une zone d’activité économique, la construction d’une ville nouvelle à Cambaie.

Ces trois équipements fixent l’aménagement du territoire pour les décennies à venir. Tous ont un point commun : se situer au bord de la mer. Ils s’opposent à deux des conclusions de la COP21. La Conférence de Paris sur le climat appelle à réduire les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. La NRL va augmenter la contribution de La Réunion à ces émissions, car elle privilégie le tout-automobile. Selon les dernières annonces de Gilbert Annette, la connexion de la NRL au réseau routier se fera en 2023. En prenant en compte cette date optimiste, ce délai verra l’augmentation du parc automobile. Cela représente tout de même au bas mot 100.000 voitures de plus qu’aujourd’hui, d’où un total de 500.000 véhicules dont les gaz d’échappement émis pendant les heures quotidiennes d’embouteillage iront polluer l’atmosphère.

L’autre grande conclusion de la COP21, c’est de protéger la population des effets du réchauffement climatique en menant une politique d’adaptation. Cela implique en particulier la déplacement des équipements et des habitations à l’intérieur des terres. Le littoral est en effet la zone de tous les dangers. C’est là où se manifeste une des conséquences les plus spectaculaires du changement climatique, la montée du niveau de l’océan.

Le danger vient de la mer

Une étude parue hier dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences couvre la variation du niveau de la mer au cours des trois derniers millénaires. Elle constate qu’entre 1900 et 2000, les océans et les mers de la planète ont monté d’environ 14 centimètres sous l’effet de la fonte des glaces, notamment dans l’Arctique. Le siècle dernier « a été extraordinaire comparé aux trois derniers millénaires et la montée des océans s’est même accélérée ces 20 dernières années », a souligné Robert Kopp, professeur adjoint au département des sciences de la Terre de l’université Rutgers.

Ces scientifiques ont estimé que sans la hausse de la température planétaire observée depuis le début de l’ère industrielle, la montée des océans aurait été moitié moindre au 20e siècle. (New Jersey, est). D’ores et déjà, les prévisions les plus pessimistes du GIEC sont dépassées, car les auteurs de cette étude pensent que les océans seront plus haut de 1,3 mètre. Et ce n’est qu’un début, car la mécanique est enclenchée.

Les observations prennent en effet en compte les effets de la pollution engendrée par une humanité bien moins nombreuse qu’aujourd’hui. Aux environs de 1850, elle comptait à peine un milliard d’habitants. Un siècle plus tard, en 1950, 2,5 milliards d’habitants peuplaient la Terre. Et l’utilisation massive du charbon et du pétrole ne concernait que les pays d’Europe et d’Amérique du Nord. Cela a suffit à provoquer les changements constatés.

La montée du niveau de la mer ne fait que commencer

Aujourd’hui, la population de la Terre dépasse 7 milliards d’habitants et atteindra plus de 9 milliards en 2050. Le modèle de développement occidental polluant s’est diffusé dans le monde entier. Il s’applique notamment en Inde et en Chine, deux pays qui à eux seuls regroupent l’équivalent de la population mondiale en 1950. En Occident, malgré le transfert de nombreuses industries en Asie, les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas. Des sommes considérables sont investies dans la recherche de nouveaux types de pétrole afin de perpétuer ce modèle désastreux pour l’environnement. Ce sont les sables bitumeux au Canada, ou le pétrole de schiste aux États-Unis.

La pollution va donc continuer à augmenter. Elles sont responsables de l’accélération de la fonte des glaciers. L’élévation de la température commence à libérer des gaz à effet de serre prisonniers depuis des milliers d’années des terres gelées de l’extrême Nord. La diminution de la surface des zones enneigées en permanence augmente également la quantité de chaleur reçue du soleil. Cette dynamique peut donc avoir des effets exponentiels.

L’équivalent de trois routes du littoral

La Réunion a déjà subi les conséquences d’erreurs dans l’aménagement du territoire. La suppression du train et la construction de la route du littoral est payée tous les jours par les Réunionnais, 50 ans après la décision. Ces 12 kilomètres de route ont englouti une part importante de la richesse créée à La Réunion au cours du demi-siècle écoulé. Car au prix de la construction de deux routes s’ajoute celui de l’entretien quotidien et des heures perdues dans les embouteillages.

Cette fois, la Région Réunion veut imposer trois erreurs majeures dans l’aménagement du territoire. La montée du niveau de la mer condamne en effet par avance la NRL, le port de Bois-Rouge et les 35.000 logements de la ville nouvelle de Cambaie. Ce phénomène impose de mettre en œuvre dès maintenant des mesures qui permettront à Port-Réunion de continuer à fonctionner avec un océan plus haut de plusieurs mètres.

Si jamais la Région Réunion persévérait sur ces trois projets, alors les générations futures auraient à gérer les conséquences de trois erreurs, chacune aussi importante que la route du littoral. Ce serait alors l’essentiel de la richesse créée à La Réunion qui serait engloutie dans la réparation des décisions prises actuellement.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le réchauffement climatique qui a commencé vraiment vers le début du 20eme siècle a commencé à s’accélérer à la fin du 20eme siècle , au début des années 1990 , mais il continue actuellement de s’accélérer .

    Chaque année la surface de la banquise du pole nord se réduit un peu plus en été , et d’ici une dizaine d’années , elle aura complètement disparue en été . Par ailleurs , parallèlement à cette réduction de la surface de la banquise on constate que les glaciers du Groenland se couvrent de particules noires produites par l’activité industrielle et deviennent gris, ce qui leur fait perdre leur capacité de renvoi des rayons du soleil . Le cumul de ces deux phénomènes,la disparition de la banquise du pôle nord et la neige noire ou grise qui s’installe sur le Groenland ont pour conséquences de diminuer considérablement la capacité de renvoi des rayons du soleils des zones polaires, si bien que la température estivales de ces zones augmentent plus rapidement qu’’ailleurs et aggravent les conséquences de l’activité humaine dans le réchauffement de la planète . Mais ce qui est encore plus grave , c’est que l’augmentation de la température dans les zones polaires jusqu’à un niveau au dessus de zéro° va entrainer également un réchauffement du permafrost , cette zone couvrant des dizaines de millions de KM2 qui s’étend depuis l’Est de la Sibérie, jusqu’à l’Ouest de l’Alaska ,sur toute la longueur du cercle polaire , et qui contient une quantité phénoménale de matière organique qui en se réchauffant va se décomposer et produire des gaz à effet de serre , mais qui contient aussi des milliards de tonnes de gaz à effet de serre déjà produites à l’époque où cette partie de la terre bénéficiait d’un climat plus chaud , mais qui sont restée emprisonnées dans la terre gelée lors de la dernière glaciation .

    La prise de conscience du réchauffement climatique va entrainer une lente modification du comportement des humains qui vont probablement ralentir leur consommation de gaz à effet de serre . Mais ce ralentissement du réchauffement climatique provoqué par le changement des habitudes humaines suffira- t-il pour arrêter l’accélération du réchauffement planétaire provoqué par la terre elle même, qui a déjà perdu une grande partie de sa capacité de renvoi de la chaleur du soleil hors de l’atmosphère et qui a déjà atteint le seuil réchauffement du permafrost au dessus duquel il ne fallait pas arriver ?
    Personne ne peut réellement le dire , si bien que l’augmentation du niveau de la mer pourrait être bien plus élevée que celle prévue à la fin du 21eme siècle . Ceci d’autant plus qu’il est également très difficile de dire qu’elle sera l’accroissement de la population mondiale . Actuellement , la terre compte environ 7,4 milliards d’être humains , mais il ne faut pas oublier que sur ces 7,4 milliards , il y a plus de 4 milliards qui vivent dans la pauvreté ( C’est à dire qui ne sont pas riches )et près d’un milliard qui vivent dans des conditions de pauvreté extrêmes . Or chacun sait que , la pauvreté est un important facteur d’augmentation de la population .Les gens pauvres font des enfant malgré leur pauvreté leurs enfants constituent une chance de sortir de la pauvreté , une garantie de ne pas être abandonnés lorsqu’ils seront malades ou lorsqu’ils seront très âgés . Lorsque la démographie est le seul système de protection sociale des pauvres , ils continuent de faire des enfants , et dans ces conditions si la pauvreté sur terre ne diminue pas , il est probable que la population mondiale ne compte pas seulement 9 millions d’individus en 2050, mais plutôt 11 millions et que vers la fin du 21ème siècle elle compte plutôt 16 ou 17milliards plutôt que 11 milliards . Cet accroissement de la population mondiale va bien entendu ravoir des conséquences sur le réchauffement climatique .

    C’est vrai qu’il y encore beaucoup d’incertitude sur l’étendue du réchauffement climatique et sur ses conséquences sur la planète . Mais on ne peut plus douter de son existence et ne pas le prendre en compte dans la gestion des équipements existants mais aussi dans la programmation des équipements futurs devient une faute grave . Le problème c’est que la faute des responsables politiques est sanctionnée par le résultats des urnes . Mais lorsque les urnes ont donné leur verdict, rien n’empêche les responsables politiques de modifier leur programme pour tenir compte des réalités ." L’erreur est humaine , mais persévérer dans l’erreur est diabolique" Si la terre est en train de se réchauffer , c’est parce que les hommes ont commis des erreurs dans le choix de leur mode de vie . Il n’est peut être pas trop tard pour en changer . Persister dans celui qui existe actuellement serait diabolique .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com