Actualités

• Élargissons le rassemblement autour de l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais
• Sarkozy doit comprendre que les Réunionnais résisteront jusqu’au bout

Dans deux jours, les Sénatoriales : objectif deux sénateurs

Manuel Marchal / 23 septembre 2011

Le Fonds monétaire international vient de publier des prévisions de croissance revues à la baisse. Dans ses recommandations, il préconise la relance de l’investissement pour sortir de la crise. C’est précisément le contraire du choix du gouvernement et de l’Union européenne qui s’enfonce dans l’austérité. Cette politique de l’UMP a des effets désastreux dans notre pays. Priorité à la résistance pour défendre les intérêts du pays sans concession à Paris : une seule liste porte cette valeur, l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais.

Le dernier Sommet européen a été bien incapable de régler le problème de la Grèce, qui est celui de toute l’Europe. Pour tenter de venir en aide aux banques françaises qui ont prêté de l’argent dans ce pays, un plan a été initié par Nicolas Sarkozy. Il vise à nationaliser les pertes éventuelles en transférant sur la puissance publique les conséquences d’un éventuel défaut de paiement de l’État grec. Les pays de la zone euro ont en effet décidé d’appliquer des plans d’austérité pour faire face à la crise. C’est donc le choix de diminuer les investissements. Nicolas Sarkozy va même encore plus loin en proposant d’exclure le financement des investissements par l’Europe dans les RUP intégrées dans des États ayant un budget trop déséquilibré.
Cette politique ne règle rien, et l’Europe s’enfonce dans la crise. Après l’Irlande et la Grèce, c’est au tour de l’Italie d’être sur la sellette avec la dégradation de sa note. À quand le tour de la France ?

L’austérité mène dans le mur

Mercredi, le Fonds monétaire international (FMI) a publié ses nouvelles prévisions. Le scénario du pire est clairement évoqué : la récession en Europe et aux États-Unis.
Pour sortir de la crise, l’institution financière internationale propose d’appliquer des plans de relance. C’est ce type de stratégie que le président des États-Unis a annoncé comme argument de campagne électorale : 3.000 milliards injectés dans l’économie de son pays.
À peine deux mois après son arrivée à la tête du FMI, Christine Lagarde est devenue une avocate de la relance, alors qu’en tant que ministre de l’Économie, elle appliquait la rigueur.
La prise de position du FMI montre bien que la compression des dépenses publiques et le maintien des privilèges fiscaux des plus riches ne mènent à rien. Mais c’est pourtant vers cette impasse que se dirigent les Européens en sabrant dans les dépenses publiques. La baisse des salaires des fonctionnaires en Grèce et en Espagne n’a pas redressé la situation, et pourtant d’autres mesures d’austérité sont en préparation.

L’UMP-Paris fait payer les Réunionnais

Sur la base de cette stratégie, Paris met l’Outre-mer à contribution dans sa volonté de récupérer 100 milliards d’euros en trois ans. Dès la prise de pouvoir de l’UMP à la Région, une ministre avait été envoyée à La Réunion pour dire que les Réunionnais devront contribuer au plan d’austérité. L’application de cette orientation ne s’est pas fait attendre. Le Budget 2011 a prévu une baisse de la Ligne budgétaire unique (LBU) utilisée pour financer le logement social. Il a aussi été marqué par des restrictions dans l’Éducation nationale. Des postes ont été supprimés, ce qui a entrainé une rentrée scolaire des plus chaotiques qui restera dans les annales.
Comme si tout cela ne suffisait pas, le gouvernement vient de faire voter un budget rectificatif pour économiser 12 milliards d’euros de plus où l’Outre-mer ne sera pas épargné.

Virapoullé, Farreyrol et Didier Robert aux ordres de l’UMP-Paris

Au Parlement, les sénateurs et députés UMP ne se sont pas opposés à ces restrictions imposées à notre pays. Trois de ses élus sont candidats dimanche, sur les listes de l’UMP officielle et de l’UMP en congé suspendue. Samedi dernier, Didier Robert a même justifié le sacrifice imposé à l’Outre-mer en affirmant « que nous devons participer aux efforts de solidarité nationale » à un prix qui reste à définir.
Sachant que depuis 2007, les parlementaires UMP ont toujours voté pour les mesures néfastes à notre pays, il est certain que si l’UMP-Réunion arrive à être représentée au Sénat, sa ligne sera toujours la même. Elle laissera l’UMP-Paris fixer le prix que les Réunionnais devront payer pour essayer de boucher le déficit sans précédent créé par Sarkozy, et elle votera pour ce qui sera décidé sans état d’âme.

Sarkozy doit comprendre qu’il devra dégager

Avec l’aggravation prévisible de la situation en Europe, l’UMP prépare une offensive sans précédent contre l’Outre-mer en agitant l’épouvantail de la Grèce, qui montre jusqu’où l’austérité peut aller.
Ce sont toutes les couches de la population qui sont sous la menace de ces restrictions budgétaires, à commencer par celles dont le revenu est fixé directement par Paris.
Dès lundi, c’est un combat décisif qui s’engage. La priorité, c’est de résister pour défendre les intérêts du pays, sans que ces intérêts puissent faire l’objet de la moindre concession à un parti parisien. Seule liste d’union de forces politiques réunionnaises, l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais est capable de faire passer avant toute chose l’intérêt de notre population.
Se situant dans une démarche d’opposition aux mesures de casse sociale du gouvernement, la victoire de la liste conduite par Paul Vergès sera un signal pour préparer le changement en 2012. Pas une voix pour les fossoyeurs du développement de La Réunion, l’élection de deux sénateurs de l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais doit faire comprendre à Nicolas Sarkozy qu’il doit maintenant préparer ses valises.

M.M.


Baisse des salaires des fonctionnaires : l’UMP officielle et l’UMP en congé aphones

En Grèce, le gouvernement a décidé d’une baisse à deux chiffres du salaire des fonctionnaires en Grèce. En Espagne, ce sont les enseignants qui sont visés. Leur traitement a baissé de 5% l’an dernier. Mais dans les Régions dirigées par l’UMP espagnole, le Parti populaire, le pouvoir vient de remettre une couche. Les enseignants devront être face à des élèves 20h par semaine au lieu de 18, et enseigner deux matières au lieu d’une.
Mardi, 80% des enseignants se sont mis en grève, et ils ont défilé aux côtés des élèves et des parents à Madrid. La présidente de la Région de Madrid, membre du Parti populaire, leur a adressé cette réponse cinglante : « 20 heures, c’est en général moins que ce que travaille le reste des Madrilènes ». Et de surenchérir en promettant de remettre en cause la gratuité de l’école pour les élèves âgés de plus de 16 ans.
Face à ces violentes attaques contre les fonctionnaires, aucune réaction de l’UMP, aussi bien la liste officielle que la liste en congé suspendue. Ce silence veut-il dire que si le gouvernement UMP décide d’imiter la Grèce ou l’Espagne, les élus UMP représentant La Réunion seront ses godillots ?


Votez pour la liste d’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais

Tête de liste :
Paul Vergès

Liste :
Gélita Hoarau
Michel Dennemont
Paulette Adois Lacpatia
Joé Bédier
Françoise Dennemont

Cette liste donne la possibilité aux Réunionnais d’avoir deux représentants au Sénat qui feront entendre leur voix tout en combattant sans défaillir la politique de casse sociale de ce gouvernement.
Cette liste permet la représentation des centristes du groupe MODÉRÉS au Sénat. Paul Vergès s’est en effet engagé à céder son siège à Michel Dennemont dès que plusieurs dossiers importants auront été débattus en début de législature.

Alors, le 25 septembre, votez pour la Liste d’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais.


Kanalreunion.com