Actualités

Où est l’intégration de La Réunion dans sa région ?

Paul Vergès et la future loi d’orientation découlant du rapport Lurel

Témoignages.re / 23 mars 2016

Démographie et mondialisation auront également une influence décisive. En 1946, les îles de la COI comptaient moins de 10 millions d’habitants. Aujourd’hui, leur population s’élève à 30 millions. En 2057, La Réunion sera dans un environnement démographique de près de 60 millions d’habitants dont 55 millions à Madagascar. Le rapport n’en parle pas.

JPEG - 70.3 ko

Actuellement, l’Union européenne et les États-Unis discutent d’un accord de libre-échange. Il sera signé bien avant le terme des 5 plans territoriaux de 5 ans et pèseront sur La Réunion. L’autre problème dont la signature sera encore plus rapide, c’est l’Accord de partenariat économique entre les pays européens et leurs anciennes colonies, qui succèdent aux accords préférentiels de Lomé dénoncés à la suite de la création de l’Organisation mondiale du commerce.

L’UE a encouragé l’intégration de régions entières d’Afrique dans des unions organisant l’intégration économique de ces pays. C’est en train de se résoudre, rappelle Paul Vergès. L’accord du Caire rassemble 28 pays d’Afrique australe et orientale. Leur population est aujourd’hui de 638 millions d’habitants. Elle approchera le milliard d’habitants en 2100. Madagascar sera un pays émergent en 2050. Les missions des États-Unis et de la Chine dans ce pays rappelle cette échéance. C’est une actualité qui n’est pas dans le rapport Lurel.

Francophonie en voie de disparition ?

« Comment définir une stratégie sans tenir compte de cet élément », interroge Paul Vergès, « comment allons-nous faire face à cette décision sur la liberté du commerce entre La Réunion et ses voisins immédiats ? »

De plus, un atout de La Réunion va disparaître dans une génération : le niveau de formation. Les jeunes diplômés peuvent contribuer au développement de Madagascar, à condition d’un soutien de la France à une politique valorisant la francophonie. Sinon l’anglais prendra la place.

« Cela passe par la création d’une Université de l’océan Indien qui sera francophone », poursuit Paul Vergès. Cette proposition est une convergence entre intérêts français et réunionnais. Malheureusement, elle n’est pas à l’ordre du jour du rapport commandé par le gouvernement.


Kanalreunion.com