Actualités

Où est votre majorité ?

Question à MM. Fouassin, Gonthier, Hamilcaro….

Témoignages.re / 18 juin 2010

Depuis 2008, un groupe d’élus s’est plusieurs fois autoproclamé majoritaire. Mais pour que l’Élysée impose le renouvellement de la Commission permanente du Conseil général à la présidente du Département, ce groupe a dû réussir à persuader Paris qu’il était capable de réunir une majorité. Mais comme à chaque fois depuis mars 2008, la réalité s’est imposée. Mais où est donc la majorité sur laquelle Objectif Réunion pense s’appuyer ?

Au cours de ces dernières semaines, Objectif Réunion a laissé entendre qu’une recomposition de la majorité du Conseil général était possible. Cette thèse a été reprise par des médias, et elle a même reçu le soutien de l’Élysée. Or, l’assemblée plénière de mercredi a rappelé la situation. Objectif Réunion compte 19 élus, ce qui est loin de la majorité, voilà la réalité, et c’est cette réalité qui existe depuis le dernier renouvellement du Conseil général.
Rappelons qu’en mars 2008, au lendemain des cantonales, un groupe d’élus de la majorité sortante décide de ne pas reconduire la présidente du Conseil général. Pourtant, cette dernière s’était impliquée dans la campagne électorale, et elle avait été sur le terrain soutenir les conseillers généraux de sa majorité sortante. La stratégie mise en œuvre par ce groupe d’élus allait ensuite échouer. Car étant minoritaires, ils n’ont pas pu prendre la direction du Conseil général.
De plus, ce refus de reconduire Nassimah Dindar au moment du vote pour la présidence n’a pas été expliqué, et deux ans plus tard, il ne l’est toujours pas. Au lieu de donner une réponse à cette question, Objectif Réunion ne cesse de manœuvrer pour tenter de renverser la majorité du Conseil général. L’an passé, ce parti avait voulu profité de conséquences de décisions judiciaires pour faire basculer plusieurs communes et pour changer la donne au Conseil général, mais le verdict des urnes ne lui a pas été favorable.
Malgré tout, si les élections partielles de 2009 ont confirmé les résultats de 2008, une partie des conséquences des décisions judiciaires continuaient de produire leurs effets, en enlevant deux membres à la Commission permanente du Conseil général.
Au lendemain des régionales de mars dernier, Objectif Réunion a de nouveau voulu faire basculer la majorité du Conseil général. Mais il n’y avait pas d’élections. Il aurait donc fallu que des élus rejoignent Objectif Réunion. C’est là qu’Objectif Réunion fait intervenir l’Élysée pour appuyer ce projet.

Des conséquences à plusieurs niveaux

Voici trois semaines, la présidente du Conseil général a été convoquée à l’Élysée, en présence du créateur d’Objectif Réunion, Didier Robert. C’est donc lors d’une réunion à Paris en présence du président de la Région qu’est imposée la décision d’inscrire le renouvellement de la Commission permanente à l’ordre du jour d’une assemblée plénière extraordinaire du Conseil général. Il est évident que pour s’impliquer à ce point-là, l’Élysée devait avoir l’assurance qu’Objectif Réunion était capable d’avoir une majorité pour demander le renouvellement de la Commission permanente, et donc pour créer les conditions d’un changement de majorité à la direction du Conseil général.
L’assemblée extraordinaire est convoquée, et un vote a lieu. Mais comme depuis mars 2008, Objectif Réunion n’a pas la majorité. MM. Fouassin, Gonthier, Hamilcaro et Lagourgue se trompent de combat, ils ne peuvent pas réunir une majorité. Et ceux qui ont utilisé l’Élysée pour arriver à leurs fins voient aujourd’hui les conséquences de leur manœuvre. Non seulement la dernière manœuvre d’Objectif Réunion contribue à renforcer la majorité du Conseil général, mais en plus, l’Élysée est éclaboussé par le flop de la dernière trouvaille des stratèges d’Objectif Réunion.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com