Actualités

Parti communiste réunionnais : solidarité avec les jeunes professeurs en lutte

Des solutions immédiates sont possibles

Témoignages.re / 17 mai 2010

Dans un communiqué, le Parti communiste réunionnais, réaffirme son soutien à la lutte menée par de jeunes enseignants réunionnais pour travailler à La Réunion. Le Parti communiste réunionnais rappelle qu’il a déjà fait des propositions allant dans le sens de la recherche d’une solution. Le PCR précise également que la situation imposée à ces jeunes contredit la déclaration faite par le président de la République lors du CIOM. La réunion de cet après-midi au Rectorat impliquant notamment la Région doit régler cette situation, souligne le PCR, « tout doit être mis en œuvre pour que ces jeunes soient affectés à La Réunion ».

« Depuis plus d’un mois les jeunes professeurs réunionnais occupent le hall de la Région pour exiger légitimement leur affectation à La Réunion. Cela fait également un mois que le Président de la Région a donné des garanties aux jeunes en lutte, pour le moment sans réponse.

A quelques jours de l’arrivée de la ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce PENCHARD, une réunion est organisée en urgence entre le recteur de l’académie et le Président de la Région pour trouver une solution.

Le Parti Communiste Réunionnais, réuni ce samedi 15 mai en Comité Central, a réaffirmé sa pleine solidarité aux jeunes professeurs en lutte. Nos parlementaires sont d’ailleurs intervenus publiquement dans leur assemblée respective en ce sens ainsi que les élus de l’Alliance au Conseil régional. Le PCR rappelle également la nécessité de mettre en place un moratoire sur le système de recrutement actuel qui crée des injustices chaque année.

Lors du CIOM du 6 novembre 2009, le Président de la République lui même rappelait la priorité à donner au recrutement des originaires dans leur département.

Personne ne comprendrait que cet après midi, on ne puisse pas régler cette situation qui n’a que trop duré. Pour faire faire face à l’urgence, des solutions immédiates et temporaires sont envisageables comme des affectations de travail provisoire (ATP) dans l’attente de trouver une solution définitive. Tout doit être mis en œuvre pour que ces jeunes soient affectés à La Réunion. »


Kanalreunion.com