Actualités

Patrick Lebreton conduira la liste d’union PCR-Progrès. Paul Vergès sollicité pour présider le Comité de parrainage

Meeting du Progrès : annonce des responsabilités partagées aux élections régionales et ensuite

Témoignages.re / 7 septembre 2015

Le Progrès a tenu son meeting à Grand-Bois. Selon les organisateurs, près de 2.000 personnes ont répondu à l’appel de ce parti. Des délégations d’autres partenaires de la liste d’union étaient présentes, dont le Parti communiste réunionnais. Patrick Lebreton conduira la liste d’union PCR-Progrès. Il a demandé à Paul Vergès de présider le Comité de parrainage qui comptera Jean-Claude Fruteau dans ses membres. Le chemin de fer sera relancé, avec un démarrage des travaux à Saint-Benoît et à Saint-Joseph. Patrick Lebreton dit « non à la banqueroute du littoral ». Le projet sera évalué et modulé au besoin, car pas question de dépasser 1,6 milliard d’euros.

JPEG - 77.4 ko
Union des forces de progrès à la tribune du meeting de Grand-Bois. Rémy Massain (PRG), Maurice Gironcel (PCR), Mélissa Mogalia (secrétaire section PS Plaine des Palmistes), Patrick Lebreton (Progrès), Michèle Caniguy, Yvan Dejean (PCR), Ary Yée Chong Tchi Kan (PCR).

Grand succès pour le lancement de la campagne des régionales du Progrès ce dimanche matin à Grand-Bois. Près de 2.000 personnes avaient fait le déplacement, dont les parlementaires du Progrès : outre Patrick Lebreton, il y avait Jean-Claude Fruteau, Michel Vergoz et Jean-Jacques Vlody. Une délégation du PCR composée de trois membres de sa direction était invitée. Elle comprenait Yvan Dejean, Maurice Gironcel et Ary Yée Chong Tchi Kan, trois secrétaires généraux. D’autres personnalités des forces de progrès étaient présentes, dont Rémy Massain, président du Parti des radicaux de Gauche de La Réunion, et Michèle Caniguy, conseillère départementale du Groupe de concertation pour le développement de La Réunion. Chacun des intervenants du Progrès a salué l’union réussie entre le PCR et le Progrès. Les diviseurs ont aussi été fustigés, en premier lieu la présidente du PLR en perte de vitesse qui a rendu impossible l’union des socialistes.

Mme Bello la diviseuse

Après les interventions de Christine Soupramanien, Guito Crescence, Mélissa Mogalia, Mickaël Nativel et Jean-Claude Fruteau, Patrick Lebreton a monté à la tribune. Le président du Progrès a salué le succès d’un rassemblement de socialistes avec aux côtés du Progrès, des responsables de plusieurs sections du PS qui ont choisi l’union. Outre Mélissa Mogalia de la Plaine des Palmistes, le président du Progrès a également cité Brice Hérode, dirigeant de la section socialiste du Port, ainsi que la présence du premier secrétaire de la section de Saint-Leu. Il a dénoncé la capitulation de la direction de la Fédération socialiste face à Mme Bello : « comment peut-on accepter que notre rose soit coupée pour être brandie en trophée par une candidate qui n’a même pas gagné aux municipales ». « C’est une erreur historique mais il faudra pardonner pour élargir le rassemblement au second tour », a-t-il poursuivi.
Il a également rappelé combien Huguette Bello avait accablé Jean-Claude Fruteau lors de sa visite à Saint-Benoît plutôt que de viser Didier Robert, responsable du coma circulatoire dans le centre-ville de Saint-Benoît.
Patrick Lebreton a mis en avant la dimension progressiste du rassemblement, composé de personnes attachées à l’avenir de leur île et à la solidarité.

Création du Comité de parrainage

« Ce jour est un rassemblement historique, c’est avec émotion et fierté que je vois mes amis du PCR avec nous comme nous sommes avec eux. Merci d’être avec nous en frères et en alliés ». Le président du Progrès poursuit : « j’ai écouté attentivement Paul Vergès. Je partage votre analyse et votre approche sur les élections régionales ». C’est tout d’abord que les candidatures ne précèdent pas les échanges, sur le projet et sur la base du respect. « Paul Vergès ne disait pas autre chose », a-t-il ajouté avant d’affirmé avec force : « nous pouvons le faire ». Notre rapprochement est « simple, sain et légitime ». « Communistes et socialistes, nous avons réconcilié la grande famille de la gauche réunionnaise ».
Cette union trouve sa traduction dans la création d’un Comité de parrainage. « Il nourrira nos réflexions, il sera le lieu de dialogue entre les générations », explique Patrick Lebreton qui fait plusieurs propositions : « je souhaite que ce Comité soit présidé par Paul Vergès. Je souhaite que Jean-Claude Fruteau soit dans ce comité aux côtés du président Paul Vergès. Paul Vergès et Jean-Claude Fruteau seront ensemble pour écrire l’avenir ».

Oui au train entre Saint-Joseph et Saint-Benoît

C’est la ligne de la perpective qui marque une des différences entre l’union PCR-Progrès et les autres candidats. Le président du Progrès note que tous les autres mettent 2015 sur leurs affiches, alors que pour sa campagne, les dates inscrites sont 2015-2021, pour « porter un projet réunionnais sur tout un mandat ».
Le programme annonce des investissements dans l’Est, zone sinistrée sous Didier Robert, et le Sud. C’est la déviation de Saint-Benoît à la Plaine des Palmistes. L’aéroport de Pierrefonds, « œuvre d’Elie Hoarau et d’André Thien Ah-Koon », doit décoller. C’est l’engagement de construire la rocade du Tampon.
Dans les projets, « je rejoins mes amis du PCR qui portent la légitimité » de l’idée d’un train. « Il faut une voie ferrée de Saint-Benoît à Saint-Joseph, et les travaux débuteraient par les deux extrémités.
Patrick Lebreton propose aussi « une grande université rurale » pour la promotion des Hauts, d’utiliser les leviers dont dispose la Région pour favoriser l’emploi des jeunes, d’investir dans la formation pour relancer le plan de construction des lycées bloqué depuis 2010.
Le député-maire de Saint-Joseph partage le projet du PCR d’aller vers les deux grands services, ce qui rejoint la proposition du Progrès de développer l’économie solidaire. « Ce sera un outil de négociation et de pression face aux gouvernements actuels et futurs ».
Pour le développement des énergies renouvelables, Patrick Lebreton plaide pour augmenter les compétences de la collectivité. Plus de responsabilités aussi pour discuter avec les pays voisins.

JPEG - 63.6 ko
Patrick Lebreton est pour la construction d’un chemin de fer.

« Non à la banqueroute du littoral »

Le président du Progrès place le projet sous le signe de la responsabilité financière. « Non à la banqueroute du littoral », affirme-t-il. Il précise que le projet est difficile à stopper « mais s’il faut le moduler, je le ferai ». Une expertise sera lancée pour évaluer le coût. « Au-delà de 1,6 milliards d’euros, nous ne pouvons lever davantage d’impôts des Réunionnais, pour un segment de route de 10 kilomètres ».
Le député-maire de Saint-Joseph a ensuite donné le top-départ de la campagne, « pour une Réunion solidaire, ambitieuse et qui donne sa place à sa jeunesse ».
Et de conclure : « oui, je serai votre candidat ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Quand toutes les forces politiques, sociales, économiques...mette en commun leurs volontés de sortir la Réunion des difficultées , chomage, formation, emploi, administratif, logement , la liste est longue, nous le savons tous ! alors mettons nos forces en commun pour emprunter le chemin de l’Humanisme, du progrés social où les personnes sont respectées dans leurs droit. Oui une autre société est possible loin de la tyrannie de la finance où les plus faibles sont méprisés, piétinés, relégués aux oubliettes.
    Toutes qui contribue à cette société ont évidemment leurs places, puisqu’elles participent àce grand chantier, nous n’avons point l’embarras du choix au regard des indicateurs socio- economique actuelles. Donn à nou la min pou avanssé

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com