Actualités

Paul Vergès : « cela doit amener les responsables politiques à sortir de leur calme olympien »

Plus de 160.000 Réunionnais à Pôle emploi ; les cultures ravagées, l’eau coupée et les communications perturbées par un cyclone

Témoignages.re / 12 janvier 2013

Répondre aux inquiétudes de l’opinion, le devoir de dire notre vérité et la conception de la responsabilité d’un élu, tels étaient les principaux thèmes abordés hier lors de la conférence de presse de Paul Vergès. Le passage du cyclone Dumile a confirmé l’aggravation de la crise structurelle de l’économie et de la société réunionnaise. Il n’est plus possible de continuer comme auparavant sous peine d’une situation explosive à La Réunion. 2013 s’annonce plus grave encore que 2012. À la différence des parlementaires et des autres élus qui se cachent et se taisent, Paul Vergès est dans l’action et en rend compte. La population pourra le vérifier encore dans quelques jours, au début de la semaine prochaine.

JPEG - 43.9 ko

En ce début d’année 2013, les événements n’incitent guère à l’optimisme. Les mauvaises nouvelles s’accumulent sur le plan économique. Le sénateur cite quelques exemples. Entre les défaillances des entreprises et la délocalisation de la propriété de notre capital et des bénéfices qui vont avec, notre économie est à bout.

Elle n’a pas la capacité de créer les emplois nécessaires aux travailleurs réunionnais et aux jeunes qui arrivent. L’INSEE annonce une hausse moyenne de la population supérieure à 10.000 habitants par an. 10.000, c’est environ le nombre de jeunes Réunionnais qui obtiennent le bac chaque année.

Pour eux, la société réunionnaise n’offre pas de solution, elle est en crise structurelle. Les effets sont multiples. Hier, Paul Vergès a insisté sur les répercussions dans deux domaines : le social et le politique.

La violence sociale infligée aux Réunionnais

Cette situation de crise a des conséquences sur le plan social : ce sont les plus de 160.000 Réunionnais inscrits à Pôle emploi. Dans le cadre actuel, ce problème est impossible à résoudre, et il a de graves conséquences. Paul Vergès note que « 70% des enfants de La Réunion ne vont pas en vacances. L’enfant subit dès sont entrée dans la vie les conséquences de cette crise » .

Le chômage de masse entraine une plus grande insécurité. Le sénateur rappelle que récemment, un car a été la cible de coups de feu à Domenjod. Le même jour, un autre était caillassé au Chaudron.

« Tout le monde admet l’augmentation de la violence dans la société, conséquence de la violence sociale que subissent les Réunionnais » , ajoute Paul Vergès.

Les conséquences politiques

Cette crise a aussi des conséquences sur le plan politique. Le dernier cyclone a été un révélateur de son ampleur. Le parlementaire communiste indique que

« La Réunion a droit à 7 députés, 11 parlementaires au total. C’est une force de frappe considérable, et 9 appartiennent à la majorité gouvernementale.

Pourquoi sont-ils frappés de mutisme, à droite à gauche au centre ? » . Devant l’aggravation de la crise sociale et les effets du cyclone, ils ne disent rien.

Ces effets, c’est par exemple la destruction des vergers et des cultures maraîchères. C’est la ruine d’une année de travail pour un agriculteur. « Quelles sont les mesures proposées par ces élus ? Que disent-ils ? »

Paris est déjà prévenu

Paul Vergès est ensuite revenu sur les échanges qui avaient eu lieu durant la campagne électorale avec le candidat devenu président de la République. C’est le risque d’une très grave crise sociale si rien n’est fait pour remédier aux origines de la crise structurelle. Le précédent de la Guadeloupe en 2009 avait été rappelé. Cet épisode avait coûté son ministère à Yves Jégo. L’improvisation sur la résolution a eu des répercussions dans tout l’Outre-mer. « Cela n’est rien par rapport à ce qui se passera à La Réunion » , François Hollande était prévenu. Car le poids de La Réunion dans celui des Outre-mer est considérable. Notre île a une population supérieure à la Guadeloupe et la Martinique réunies. Quant au nombre de demandeurs d’emploi, il est supérieur à la somme des Antilles et de la Guyane, soit plus que dans ces trois DOM.

Avec la croissance démographique continue, « cela doit amener les responsables politiques à sortir de leur calme olympien » , ajoute Paul Vergès.

Ils doivent donc élever leur niveau de responsabilité à la hauteur de la gravité de la situation. « Si rien n’est fait, le pire est à craindre. Si une initiative est prise, alors l’espoir peut renaître » , conclut Paul Vergès. Si nous nous organisons et agissons, alors « nous aurons inauguré une nouvelle ère de La Réunion qui aura des conséquences aussi importantes que l’abolition du statut colonial » .

M.M.

L’économie continue de plonger

• La conférence de presse d’hier a été l’occasion pour Paul Vergès de rappeler plusieurs éléments de la crise économique. Il y a eu cette semaine l’examen au tribunal de commerce des comptes de deux entreprises de l’ancien président de FRBTP. Elles sont en sursis, cela représente de nombreux travailleurs. La crise des établissements Caillé vient de connaître une nouvelle évolution. Pour éponger ses dettes, le groupe vend le Géant Casino de Saint-Pierre au groupe Hayot. Ce dernier apparaît maintenant comme le sauveur d’un groupe Caillé qui voici plusieurs années s’était opposé à l’implantation d’une grande surface Hayot à Saint-Pierre.

Cet événement s’inscrit dans une tendance : celle du transfert vers l’extérieur des bénéfices réalisés à La Réunion. Les deux dernières usines sucrières sont ainsi la propriété de la filiale d’une coopérative de planteurs de betteraves, Tereos Internacional, dont le siège est à Sao Paulo au Brésil. Le groupe automobile Foucques avait été racheté par la Compagnie française de l’Afrique occidentale (CFAO). Cette dernière appartient désormais à un fonds japonais.

Pour le tourisme « 2013 sera catastrophique » , rappelle Paul Vergès, reprenant les propos tenus par le président de l’Union des hôteliers de La Réunion dans la presse de mercredi.

À cela s’ajoutent les 10.000 lettres de relance adressées par la Caisse de sécurité sociale à des patrons de TPE. Parmi ces derniers, nombreux sont ceux qui affirment qu’ils ne pourront pas payer la protection sociale dont ils bénéficient.

Cette crise de notre économie se traduit par une grave crise sociale : plus de 160.000 Réunionnais à la recherche d’un travail.
L’inquiétant silence des politiques après le cyclone

• Le passage du cyclone Dumile a mis en évidence deux problèmes : l’adduction d’eau et les communications.

Notre population augmente au rythme de plus de 10.000 par an, et elle atteindra 1 million. Tous auront besoin d’eau. Dumile a révélé de graves défaillances dans ce secteur. L’eau manque dans la partie la plus peuplée du Sud. Mais ces personnes privées d’eau continuent à payer un abonnement. Silence des politiques.

Même silence au niveau des communications en temps de cyclone. Quand la rivière Saint-Étienne en crue a emporté le pont de la rivière Saint-Étienne, Paul Vergès avait proposé un grand chantier : le remplacement des plus de 500 radiers par des ponts. C’est un projet à la réalisation immédiate, qui ne demande pas d’études et de financements comme un ouvrage d’art type nouveau pont de la rivière Saint-Étienne. Cet appel n’a pas été suivi. Les Réunionnais en paient les conséquences.

Pour le plus long terme, le sénateur rappelle que la route des Tamarins constitue le premier maillon de la route de moyenne altitude. Elle doit être prolongée entre Stella et les Hauts de Saint-Joseph. Le pont du Bras de La Plaine est déjà construit, il reste à faire le pont au-dessus du Bras de Cilaos et à aménager l’itinéraire existant de la ligne de 400.

Cette route est de la compétence du Conseil général, et entre Saint-Leu et Saint-Joseph, ce ne sont pas les conseillers généraux qui manquent. Mais là aussi, ils se murent dans le silence, qu’attendent ces élus pour agir ? Car le temps perdu ne se rattrape pas, et si la route de moyenne altitude était en service, il n’y aurait pas d’embouteillage entre Saint-Louis à Saint-Pierre.
6 ans pour réparer le dégât d’un cyclone

• Cela fait 6 ans que le pont de la rivière Saint-Étienne s’est écroulé, et son remplaçant n’est toujours pas en service. Entre les études, les appels d’offres et les travaux, il s’est écoulé plus qu’un mandat de conseiller régional.

Voilà qui rappelle la responsabilité de la direction actuelle de la Région dans la crise actuelle, avec la suppression du tram-train. Le mandat de cette majorité va passer sans que cette perte ne soit compensée alors que tout était prêt. Martine Aubry, alors première secrétaire du PS aujourd’hui au pouvoir, s’était engagée sur la résolution du problème de la dotation ferroviaire. L’égalité avec les autres Régions devait être obtenue.

« La plus grande responsabilité des élus de La Réunion est de ne pas voir les investissements dans l’avenir » , conclut Paul Vergès.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Not Gran Moun i di sak le vre .
    J avoue que j aime lire ce que Paul VERGES dit. J aime parce que ce grand HOMME a une vision de la vie dans notre Terre REUNIONNAISE que les autres n ont pas.
    Lorsqu il a declare que , je le cite : Tous les elus sont pourris . Il a certainement raison quand je regarde ce que font les elues, les elus. Quand Notre Timonier declare : je ne suis candidat a rien , pour justifier qu il n a pas l intention de s inscrire a l U . D. I. alors que d autres y vont de bon ker. Il a raison.
    J ai toujours apprecie ce REUNIONNAIS . Il a toujours ete avec son PEUPLE . Depuis qu il a menti sur son age pour aller rejoindre DE GAULLE en Angleterre en passant par sa cladestinite jusqu a ce jour. J avoue Paul VERGES m inpressionne . Dois je vous avouer que je forme le voeux en ce debut de cette annee que ce Gran Moun soit eternel . Que not bon Die gard a li lontan. Pou in foi , mi koz sanm bon Die.
    Ce qui me revolte quand je lie ses prophesies c est quelles seront realites . Je suis prevenu et je prends les mesures.
    Je n ai pas besoin d aller voir Madame Soleil . Mi li sak not Gran Moun i di et mi fe.
    Je partage son analyse . L annee 2013 sera dure. Une annee de misere. Une annee de galere pour nos jeunes.Mais ...
    Il a encore raison et toujours raison : TOUT depend de NOUS et de NOUS SEULS.
    Notre avenir c est NOUS qui le construirons.
    Dalon ! Dalon ! Alon ! Alon ! bouge ban zelues, zelus. Zot la tro dormi.
    Je me souviens de cette phrase de mon Papa : Na pli tan pou dormi. Lev marmaye ! Alon ! Leve !
    Dobout tanbi ! Alon ! Dobout tanbi ! Na travay po fe. Vi akout a nou Madam. Vi akout a nou, Mesye. Na travay pou fe. Dobout ! Dobout !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com