Actualités

« Paul Vergès et le PCR ont raison : il faut changer de régime politique à La Réunion ! »

Discours d’Yvan Dejean lors de la célébration du 20 décembre par la Section communiste de Saint-Pierre

Témoignages.re / 27 décembre 2016

La Section communiste de Saint-Pierre a célébré le 20 décembre à l’occasion d’un déjeuner dansant organisé au restaurant Colibri. Ce 20 décembre est le premier qui suit la disparition de Paul Vergès, décédé le 12 novembre dernier. À cette occasion, la direction du PCR a rendu un hommage au fondateur du Parti par un discours prononcé par Yvan Dejean, co-secrétaire général du PCR. Il est reproduit ci-après, avec des intertitres de Témoignages.

JPEG - 69.4 ko
Yvan Dejean lors du rassemblement du PCR le 4 septembre dernier, la dernière assemblée à laquelle a participé Paul Vergès.

Le Parti Communiste Réunionnais ne saura jamais assez remercier Paul Vergès pour le combat exemplaire qu’il a mené tout au long de sa vie. Tout le monde sait qu’il s’est engagé très jeune dans les Forces Françaises Libres pour lutter contre le fascisme triomphant en Europe. Tout le monde sait qu’il n’a pas voulu continuer une carrière militaire parce que cela signifiait aller en guerre contre les peuples colonisés par La France : l’Indochine, Madagascar, l’Algérie…

Au contraire, il s’est engagé pour les combats anti-colonialistes. Il s’est engagé pour la liberté des peuples à décider de leur destin. De retour à La Réunion au milieu des années 50, il a bien compris que la loi de départementalisation de 1946 n’apportait pas toutes ses promesses d’égalité et qu’il appartenait aux Réunionnais de décider de leur avenir. C’est pour cela qu’il a fondé le PCR, avec comme mot d’ordre l’Autonomie.

L’Autonomie politique, c’est-à-dire la compétence de décider, à La Réunion, de ce qui est bon pour les Réunionnais.

Et on va y arriver à l’Autonomie. Parce que tout le monde voit bien : 70 ans de départementalisation n’a pas permis de développer La Réunion de façon équitable pour tout le monde ! Le cadre politique de 1946 a donné tout ce qu’il a pu et dans ce cadre nous ne pouvons plus aller plus loin pour apporter une solution durable aux défis de notre temps.

JPEG - 29.6 ko
L’allocution d’Yvan Dejean en hommage à Paul Vergès aux côtés de plusieurs responsables du PCR, comme son président Élie Hoarau. (photos A.D.)

La conscience d’être Réunionnais

Paul Vergès et le PCR ont raison : il faut changer de régime politique à La Réunion ! Et cette idée est entrain de gagner toute la classe politique réunionnaise.

Mais pour pouvoir imaginer ça, l’Autonomie, seulement 13 ans après la loi de 1946, il fallait avoir une certaine conscience. Une conscience de quelque chose que Paul Vergès avait. Et que Paul Vergès a infatigablement essayé de faire partager avec les membres du Parti et la population d’une manière générale :

Paul Vergès avait conscience qu’il était Réunionnais. Que le peuple qui vit à La Réunion est Réunionnais. C’est à dire pas seulement Français. Pas seulement Malgache, ni seulement Mozambicain, Indien, Malbar, Zarab, ou Chinois, mais Réunionnais et qu’il ne fallait pas nous demander de choisir entre nos ancêtres.

Des Réunionnais dans la République Française et dans l’Union Européenne installés sur une île dans l’Océan Indien, avec comme voisins, non pas l’Allemagne et la Belgique, mais Madagascar, Maurice, Mayotte, l’Afrique du Sud, l’Inde et la Chine…

Et, en tant que peuple, les Réunionnais ont le droit de décider de leur destin. C’est ça l’Autonomie. C’est ça le plus grand message que Paul Vergès nous a légué, à
nous communistes. Et, sans doute, un de ses plus grands mérites aura été d’envisager tout cela dans une démarche d’infatigable rassembleur.

« Se rassembler pour assumer ses responsabilités »

Nous devons partager cette analyse avec le maximum de forces possible autour de nous pour que, quel que soit le pouvoir en place en France, il voit qu’à La Réunion, il y a un peuple qui a envie de prendre son destin en main. Un peuple qui a envie de se rassembler pour assumer ses responsabilités.

Commémorer aujourd’hui le 20 décembre c’est à la fois un moment pour se souvenir qu’au prix de grand sacrifice des êtres humains se sont battus pour leur liberté mais c’est aussi une occasion de se projeter dans l’avenir pour ouvrir une nouvelle ère qui est celle de la responsabilité.

Nous communistes, dans la voie ouverte par Paul Vergès, nous poursuivrons ainsi, avec toutes les bonnes volontés, l’œuvre de décolonisation de notre pays.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Il n’est pas nécessaire d’être communiste pour comprendre que les intérêts des réunionnais doivent être gérés par les réunionnais . Il est peut être temps en effet qu’ils prennent conscience que seule une véritable autonomie politique gérée au niveau local dans le respect des institutions de la république leur permettra de progresser rapidement et peut être dans un avenir proche d’accéder à tous les droits auxquels doivent prétendre les citoyens de France . Toutes les régions de France sont différentes , certaines sont riches d’autres sont pauvres , mais les français doivent être tous égaux qu’ils habitent à paris , en Martinique, à la Réunion ou en Bretagne. Mais comme dit l’humoriste il y a certains qui sont plus égaux que d’autres et certains français sont encore des français entièrement à part .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com