Actualités

Paul Vergès prend la tête du combat

La Réunion, la seule région gagnée par l’UMP

Geoffroy Géraud-Legros / 22 mars 2010

À l’issue du scrutin, l’UMP ne détient plus que deux régions. La Réunion est la seule conquête du parti de Nicolas Sarkozy. Responsable : l’Union refusée par le Parti socialiste, qui livre les travailleurs à la casse sociale.

Sur tout le territoire de la République, les forces de progrès ont infligé une défaite cuisante à la politique anti-sociale de l’UMP. Le parti de Nicolas Sarkozy ne détient aujourd’hui que deux Régions : La Réunion, et l’Alsace, où il demeure au pouvoir. La responsabilité en incombe entièrement au Parti socialiste et aux Verts, alliés de circonstance, qui ont refusé l’Union des forces de progrès. Ce n’est pas la première fois que le PS à La Réunion enlève la victoire aux forces de progrès. En 1981 Daniel Cadet fit gagner Jean Fontaine, représentant de la droite « Ultra », qui rejoignit d’ailleurs le Front national en 1984. En 1988, Jean-Claude Fruteau refusait de jouer le jeu du désistement républicain et faisait battre Paul Vergès.

Socialistes et Verts livrent La Réunion à l’UMP

À l’inverse, il y a deux ans seulement, Patrick Lebreton a pu bénéficier du désistement loyal d’Élie Hoarau pour gagner son siège de député.
Le 14 mars dernier, à l’issue du premier tour de ce scrutin régional, la victoire contre l’UMP semblait certaine. L’Alliance arrivait en tête avec un peu plus de 30% des voix. Les socialistes, arrivés après l’UMP, ne recueillaient pour leur part que 13% des voix. Didier Robert totalisait 26%. La logique élémentaire et toute la tradition progressiste auraient voulu que les socialistes rejoignent la liste sûre de l’emporter.
Sur le seul fondement de l’ambition, ils en ont décidé autrement ; avec l’appui des Verts, ils ont choisi de livrer le pays à la politique de casse sociale impulsée depuis Paris. Aucune excuse ne peut être invoquée : Martine Aubry et Axel Urgin, respectivement première secrétaire du Parti socialiste et secrétaire national de ce parti à l’Outre-mer, ont pourtant demandé à Michel Vergoz de prendre ses responsabilités, et de faire de la victoire en marche en France et dans l’Outre-mer une victoire totale.
Pour une poignée de places, 5 ou 6, la tête de liste socialiste et ses suiveurs en ont décidé autrement. Pour des ambitions personnelles, ils ont refusé de donner une chance à La Réunion. L’histoire les jugera.

Geoffroy Géraud-Legros



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Cela me rappelle les municipales de St-Paul, où l’addition des voix de droite dépasse le nombre de celle qui gagne finalement… En politique 2 + 2 font rarement 4

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Comme la censure au JIR est active, je vous adresse le copier/ coller du message envoyé au JIR ce lundi 22 mars 2010 à 12h 50 et qui sera, probablement, censuré :

    ‹PS TRAHISON ! C’ EST VERGOZ QUI LIVRE LA RÉUNION À SARKOZY !
    Cessez de nous enfumer et de nous censurer. Robert et les siens étaient minoritaires sans VERGOZ et les siens. PS, LA HONTE ! Censurez-moi comme vous l’avez fait la semaine passée, vous ne me ferez pas taire. Faut-il s’en étonner de la part du JIR ? Jacques TILLIER n’était-il pas au JIR ? Ses bafouilles n’ont jamais pu me duper, j’y décelais le parfum délétère du FRONT NATIONAL, bien avant que, tout à coup ma mémoire me rappelle : "TILLIER, TILLIER mais oui, c’est le mec de MINUTE !" donc oui, censurez-moi !›

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com