Actualités

Paul Vergès très inquiet pour l’avenir de La Réunion

Conférence de presse du sénateur

Témoignages.re / 19 octobre 2016

Quelques jours après le vote en première lecture par l’Assemblée nationale du projet de loi sur l’égalité réelle outre-mer, Paul Vergès, sénateur de La Réunion, tenait une conférence de presse sur le thème : Une loi décidant de l’avenir des Réunionnais pour un quart de siècle. La situation sera-t-elle meilleure ou pire ?

« Nous allons dans les années à venir et pour les 25 ans fixés par le gouvernement vers une situation catastrophique pour La Réunion ». Paul Vergès se dit « terrifié par des hommes d’État à Paris qui ne voient pas les conséquences de phénomènes planétaires sur des régions d’outre-mer comme La Réunion ». « Qui va payer les pots cassés ? C’est la population ».

Le sénateur de La Réunion n’est guère optimiste au sujet de l’avenir de La Réunion, à la suite du vote en première lecture par l’Assemblée nationale du projet de loi sur l’égalité réelle outre-mer.

Si ce texte comporte des mesures d’urgence sociale, elles ne sont qu’un rattrapage. Ces mesures devaient s’appliquer depuis longtemps, comme le prévoyait la loi votée le 19 mars 1946.

Pour Paul Vergès, on veut créer à La Réunion et dans l’outre-mer un immense espoir et des remerciements au président de la République. Cela montre l’esprit d’assistance qui existe. Ce qui aurait dû être appliqué voici 70 ans sera appliqué, et on dit : « remercier le gouvernement ». Remercier pour son retard ?

Le sénateur insiste également sur l’oubli des inégalités internes à La Réunion dans le texte. Une partie de la population bénéficie d’une prime de vie chère, et pas l’autre. Or, Nicolas Sarkozy a prévu de supprimer la sur-rémunération, et dans le rapport préparatoire du projet de loi, Victorin Lurel préconisait une discussion à ce sujet dans 10 ans.

Paul Vergès note également que l’Egalité réelle abordée tardivement dans le calendrier. Au sénat, le vote du projet de loi aura-t-il lieu en décembre ou en janvier ? Si c’est en janvier, alors le vote définitif à l’Assemblée nationale interviendra plus tardivement. Cette loi sera-t-elle applicable avant l’élection présidentielle, car le budget 2017 doit en tenir compte ?


Kanalreunion.com