Actualités

PCR à François Hollande : « il faut changer tout de suite »

Après celle de deux ministres, la perspective de la venue du président de la République à La Réunion

Correspondant Témoignages / 28 juin 2014

Hier à Saint-Pierre, la direction du Parti communiste réunionnais a tenu une conférence de presse. Représenté par les secrétaires généraux Ary Yée Chong Tchi Kan, Fabrice Hoarau et Yvan Dejean, le PCR a tiré les enseignements de la visite de Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin et a mis en évidence les problèmes qui seront à l’ordre du jour de la visite de François Hollande à la fin du mois de juillet. Le 20 juillet, le PCR présentera ses propositions.

JPEG - 61.4 ko
Manifestation de planteurs lors de la dernière visite ministérielle. Le PCR demande à François Hollande de donner une position claire sur l’avenir de la filière canne avec la fin du quota sucrier, et donc du prix garanti, dans trois campagnes.

Les deux ministres en visite, celui de l’Intérieur et des Outre-Mer étaient à La Réunion il y a de cela une semaine. Depuis ils sont rentrés sur Paris. De leur séjour, il ressort, pour le PCR, deux éléments.

1 : Ils n’ont fait aucune annonce. En dehors de quelques policiers supplémentaires qui est un maigre lot de consolation face aux nombreux problèmes de l’île.

2 : Les Réunionnais se sont fait entendre et ont dit leurs revendications. Des planteurs, aux jeunes qui ont à nouveau posé la nécessité que les Réunionnais accèdent à l’emploi dans leur pays, des retraités agricoles, en passant par l’intersyndicale et les socio–professionnel qui ont clairement dit que le compte n’y était pas. Les deux ministres n’ont apporté aucune réponse à ce mécontentement général.

Pour le PCR, la visite des deux ministres, apparemment, n’avait qu’un seul but : préparer la venue du Président de la République, fin juillet à La Réunion. Face à la situation actuelle que va-t-il décider ?

François Hollande doit répondre aux inquiétudes

La visite d’un président de la République à La Réunion est un événement. Les Réunionnais sont en droit d’attendre des réponses à leurs inquiétudes. Voici les plus importantes pour le PCR :

- Un taux de chômage le plus élevé de la République (30%). Avec l’augmentation de la population il s’aggravera encore plus puisque dans les 15 ans à venir la population active augmentera de 150.000 personnes. Le taux d’emploi à La Réunion est très faible : 44% soit 20% de moins qu’en France et 26% de moins par rapport aux objectifs européens qui sont de 70% de taux d’emploi.
- Un niveau de vie très bas, 42% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté national.
- Un taux d’illettrisme record (116 000 personnes).
- Un PIB par habitant de 17.700 euros soit 40% inférieur au PIB français en moyenne.
- Des inégalités insupportables en matière de revenus. A La Réunion, 20% des plus riches concentrent 47% des richesses et 20% des plus pauvres concentrent quant à eux 7% des richesses.
- Dans le domaine de la santé publique, La Réunion détient le triste record d’être au sixième rang mondial concernant le taux de prévalence du diabète.
- Le taux de mortalité infantile est de 7,6 pour mille à La Réunion contre 3,8 pour mille en France.
- Le développement des services du fait de la départementalisation et de l’augmentation de la population fait que ceux-ci pèsent de plus en plus sur la structure macro économique de l’île. (84,5% de la Valeur Ajoutée alors que les secteurs primaire et secondaire représentent d’un côté 1,5%, de l’autre 14%. Ce déséquilibre entre les secteurs d’activités s’accentuera encore compte tenu de la pression démographique.
- Sur le plan du logement les attentes sont importantes. Plus de 25000 familles en attente d’un logement décent.

Le danger de la nouvelle route du littoral

A cela s’ajoute un problème qui risque de peser lourdement sur les contribuables réunionnais : la nouvelle route du littoral. Tous les experts s’accordent à dire que les prévisions budgétaires pour la réalisation de cette route seront largement dépassées. La Région reconnaît que sur les 1,6 milliards octroyés par l’Etat, le coût supplémentaire est dores et déjà de 200 millions. Tous dépassement sera à la charge de la collectivité régionale, rappelle le PCR.
Comment va-t-elle faire ? Ce seront aux Réunionnais de supporter les conséquences ?

Ces chiffres ne sont pas contestables. Le PCR propose à ceux qui les remettent en cause de se joindre à la revendication d’un audit économique et financier sur ce projet. Il est surprenant que la NRL soit le seul grand projet qui ne fasse pas l’objet d’un tel audit, pourquoi ne le fait on pas ?

Cette NRL aura des conséquences environnementales. Le PCR constate que l’envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète , Nicolas Hulot, n’a pas contesté cette opinion, car il a déclaré publiquement que de son point de vue : « il serait nécessaire de réfléchir encore sur des solutions alternatives ».

« Sur ce problème précis, nous attendons également le positionnement du président de La République », souligne le PCR, « et cela d’autant plus que Le Conseil National pour l’Environnement et le Conseil Régional de l’Environnement ont donné deux avis négatifs en considérant l’impact sur l’environnement. Le gouvernement a décidé de passer outre ».

Pour le PCR, il est clair que ce dossier sera présent lors de la Conférence de Paris sur le Climat en décembre 2015. « Comment le gouvernement pourra t’il concilier son discours général sur la protection de l’environnement et s’accommoder d’un dossier pour lequel les organismes officiels pour la protection de l’environnement ont donné un avis défavorable ? »

Téréos fermera-t-il l’usine de Bois-Rouge ?

Dans le même temps d’autres dossiers sont sur la table, ajoute le PCR :

- Octroi de Mer. « Nous apprenons aujourd’hui, au détour d’un commentaire dans la presse, que la Ministre dit qu’elle plaide pour encore un an le dispositif. C’est la première fois que nous apprenons cette position. Pourquoi la ministre ne s’est pas exprimé sur ce sujet quant elle était ici il y a une semaine ? Pourquoi la vérité n’a pas été dite sur ce sujet ? »

- APE, accords de partenariat économique. « Le Président de la République va aller aux Comores ? Que va-t-il dire sur cette question ? »

- Fin des quotas sucriers. Après les déclarations du Commissaire européen Dacian Ciolos et après que nous ayons appris qu’une réunion s’est tenue à Paris entre les parlementaires socialistes et la ministre des Outre-Mer, nous posons solennellement la question : Téréos va-t-il fermer l’usine de Bois Rouge en 2018 ?

Face à cela le Président de La République doit s’exprimer. Le PCR constate que les représentants de François Hollande à La Réunion l’ont chargé de tous ces dossiers, et que maintenant lui seul doit porter toute la responsabilité.

Correspondant


Kanalreunion.com