Actualités

Penser à l’avenir de La Réunion

Conférence de presse de Paul Vergès

Céline Tabou / 11 décembre 2013

Lors de sa conférence de presse, lundi 9 décembre, le sénateur Paul Vergès a mis en avant l’importance d’une union entre tous les acteurs politiques pour pouvoir sortir La Réunion de la crise économique et sociale qu’elle connait aujourd’hui.

JPEG - 113.6 ko
Paul Vergès se demande si « les candidats à La Réunion se rendent compte que les planteurs vont connaitre la crise dès l’an prochain ».

En plein débat sur le budget et face à l’évolution de la situation économique et sociale en France et à La Réunion, de nombreux secteurs professionnels sont mobilisés contre les mesures prises par le gouvernement.

La confusion entraine des dérives

« On est devant une situation où tous les sondages montrent que dans l’alternance (UMP/PS), aucun des deux partis ne reculent, ni n’avancent. Le recul de l’un ne profite pas à l’autre  », a expliqué Paul Vergès. Ce dernier a mis en avant «  la confusion  » existante dans la société et notamment sur le plan politique, où «  la confusion et la radicalité débouchent sur n’importe quoi. D’autant que l’année 2014 est un tournant  », car la déception prend le pas sur « les quelques espoirs » suscités par François Hollande.

D’un point de vue économique, «  il n’y aura pas de redressement, on le voit chaque jour des annonces de liquidation » et des difficultés économiques, qui «  gagnent tous les secteurs de l’économie et se traduit sur le marché du travail », a expliqué ce dernier. Evoquant la hausse des taxes en 2014, qui «  va amener des conséquences supplémentaires  », touchant ainsi «  toutes les couches sociales » et les collectivités. Paul Vergès a évoqué l’aggravation économique et sociale et notamment celle des budgets des collectivités territoriales, qui va se traduire par une explosion sociale. De plus, le chaos sur la scène politique avec «  les alliances, les divorces et les retours » ne présagent pas de rassemblement au-delà des clivages politiques pour l’avenir de La Réunion, a expliqué le sénateur.

Sur la canne à sucre

Concernant l’avenir de la canne à sucre à La Réunion, « le problème se pose chaque année, c’est de savoir si on plante ou pas pour les sept prochaines années, car il s’agit d’un investissement. C’est donc aujourd’hui qu’il faut en parler » . « Est-ce que les candidats à La Réunion se rendent compte que les planteurs vont connaitre la crise dès l’an prochain » , a indiqué Paul Vergès. Ce dernier s’est demandé si «  les planteurs doivent-ils ou pas planter pour sept ans ?  ». D’ailleurs, qu’en est-il des 25.000 hectares de cannes qui « meurent » et des 12.000 emplois mis en cause ? Le sénateur a indiqué que les « contrats dans les mairies ne dépassent pas 2017, que va-t-on faire des planteurs » d’ailleurs « beaucoup (de candidats, ndlr) n’ont jamais une canne à sucre ».

Sur la surrémunération

« Si l’on supprime la surrémunération, tout va s’effondrer  », a indiqué Paul Vergès. Ce dernier a pointé du doigt «  l’irresponsabilité  » des élus qui n’en ont jamais parlé. « Il faut anticiper sinon on va vers une catastrophe » a alerté le sénateur, qui a affirmé qu’il faut « réveiller tous les Réunionnais, affronter la vérité et proposer des choses, car si on attend le ministre des Outremers, Victorin Lurel, on peut toujours attendre » .

Céline Tabou


Kanalreunion.com