Actualités

Peut être « entendus » par Manuel Valls

Des députés PS demandent des modifications au plan d’économies

Céline Tabou / 24 avril 2014

Les députés socialises ont été reçus mardi 22 avril par le Premier ministre, Manuel Valls, afin d’échanger sur leurs proposition de plan d’économies. Ces derniers « pensent avoir été entendus » sur des aménagements pour les petites retraites et les fonctionnaires. Cependant, aucune décision n’a été prise, a indiqué le président du groupe à l’Assemblée, Bruno Le Roux.

Bruno Le Roux a expliqué à la presse qu’ils avaient « posé un certain nombre de questions et de problèmes : la question des petites retraites, sur lesquelles nous souhaitons qu’il y ait un geste, la question plus générale des plus modestes face à l’impôt (?) la question des fonctionnaires, avec le retour de la croissance ».

50 milliards d’économie assurés

A l’issue d’une réunion entre le Premier ministre et une délégation d’une douzaine de députés, concernant le gel du point d’indice des fonctionnaires annoncé jusque 2017, « il devrait y avoir une clause de revoyure pour faire en sorte que l’horizon n’apparaisse pas trop lointain pour des revalorisations », a indiqué le président du groupe PS.

C’est au cours du week-end de Pâques que plusieurs députés avaient étudié un certain nombre d’alternative possibles pour alléger le poids sur les ménages modestes et les plus démunis. Maintenant l’objectif de réaliser 50 milliards d’économies, ces derniers ont proposé de ne pas geler ni le point d’indice des fonctionnaires jusqu’en 2017 ni les prestations sociales jusqu’en octobre 2015.

« Je pense que nous avons été entendus, il y a une prise en compte des demandes qui ont été faites par le groupe socialiste mais le dialogue continue avec le gouvernement » d’ici le vote du 29 avril sur le programme de stabilité, a indiqué le rapporteur de la proposition des onze députés socialistes, Bruno Le Roux. Ce dernier a toutefois contrarié la volonté d’une douzaine de député PS de réduire à 35 milliards le plan d’économie au lieu de 50 milliards.

Tentative d’apaisement

Face au mécontentement la semaine dernière d’une grande partie des députés, à l’annonce de son plan d’économie, « le Premier ministre ne voulait pas que l’annonce qui avait secoué un peu tout le monde la semaine dernière soit un contre-exemple de sa volonté de travailler avec les députés, a expliqué Thierry Mandon. Face aux pressions de Bruxelles et aux doutes grandissant de la majorité, Manuel Valls fait face à des députés socialistes qui estiment que l’exécutif, et principalement François Hollande, ne les a pas suffisamment écoutés depuis près de deux ans.

Bien loin de la volonté du gouvernement d’ouvrir le dialogue contrairement à l’époque de Nicolas Sarkozy, Manuel Valls se retrouve désormais avec une majorité réduite, sans les écologistes et des voix socialistes et radicales de gauche de plus en plus forts qui contestent la politique libéral de François Hollande.

Mercredi, les onze députés ont rencontré le secrétaire d’État au budget Christian Eckert et le ministre des Finances Michel Sapin reçus. De son côté, Manuel Valls va s’entretenir avec les écologistes et les radicaux de gauche, afin que « tout soit calé d’ici le week-end », avant le vote du 29 avril, a indiqué Thierry Mandon.

 Céline Tabou  


Kanalreunion.com