Actualités

Plus d’hésitation : dans cinq mois Sarkozy doit être battu

Après les vœux de Sarkozy

Témoignages.re / 2 janvier 2012

La cérémonie des vœux du chef de l’État a été un aveu d’impuissance à cinq mois des élections. À aucun moment il n’assume ses responsabilités et rejette la faute sur les autres. Si son nouveau plan d’austérité est appliqué, ce sera la catastrophe. Dans cinq mois, il doit être battu, et c’est Sainte-Suzanne qui donnera le signal de la défaite de Sarkozy.

La cérémonie des vœux du chef de l’État a encore été l’occasion pour Nicolas Sarkozy de discréditer sa fonction en l’associant à une opération de com’ à des fins partisanes. À l’écouter, il n’est en rien responsable de ce qui arrive, le gouvernement a fait ce qu’il avait à faire, mais lui en tant que président de la République, qu’a-t-il fait ?
Le résultat de sa politique et de sa déclinaison par la Région Réunion ont fait grimper le chômage à un niveau sans précédent. En novembre dernier, plus de 151.000 Réunionnais étaient inscrits à Pôle emploi.

L’aggravation de la crise à La Réunion

Depuis le début de ce gouvernement, l’UMP s’est évertuée à tenter de reprendre aux Réunionnais ce qui avait été chèrement acquis par la négociation pied à pied. Au début du mandat de Sarkozy, La Réunion avait déjà un plan de relance bien avant que les effets de la crise financière touchent la France. C’étaient le tram-train et la nouvelle route du littoral, près de 3 milliards de chantiers déjà sur les rails.
Sous la direction de Paris, les préparatifs de la nouvelle route du littoral vont prendre plus d’un an de retard par rapport à ceux du tram-train sous la compétence de la Région. Puis ce sont des recours qui retardent la réalisation du tram-train. Malgré tout, le financement est acquis.
Mais tout est remis en cause lorsqu’un membre du parti de Sarkozy prend la direction de la Région. En quelques semaines, c’est la perte des trois milliards d’euros d’investissements. Et pour La Réunion, il n’y a plus aucun plan de relance, le chômage s’envole et atteint des sommets. Voilà le bilan de la politique de Sarkozy à La Réunion.

Le résultat de la politique soutenue par Sarkozy

Pour expliquer son échec en France, Sarkozy s’en prend aux importations d’autres pays et dénonce les délocalisations. Mais il est pourtant un soutien sans équivoque à la concurrence libre et non-faussée. C’était pour que ce dogme soit inscrit dans les traités européens que Sarkozy avait fait campagne pour le "oui" au referendum de 2005. C’est parce qu’il est pour la mise en concurrence des travailleurs que le chef de l’État a trouvé le moyen de passer outre le résultat de référendum, en faisant adopter par le Parlement le Traité de Lisbonne. Le résultat de la politique que soutient Sarkozy, c’est l’état de la France.

Première étape dans 27 jours

Ce bilan catastrophique va s’aggraver si Sarkozy reste au pouvoir. Dans cinq mois, c’est la présidentielle. C’est l’unique possibilité de changer de président de la République pour que cesse cette politique qui fait tant souffrir la population.
La première étape de la présidentielle, c’est le lancement de la dynamique par la victoire à Sainte-Suzanne dans 27 jours. Ce sera le premier signal de la défaite de Sarkozy dans cinq mois.


Kanalreunion.com