Actualités

« Plus un communiste a de responsabilités, plus il doit être modeste, moins il doit être vaniteux »

L’intervention de Paul Vergès

Témoignages.re / 20 février 2012

Après le discours d’Élie Hoarau sur la culture des valeurs toujours défendues par le Parti communiste réunionnais, le fondateur de ce parti, âgé de 87 ans dans quelques jours et plus que jamais au service de son peuple, a pris la parole à la fin de cette Conférence extraordinaire. Et Paul Vergès, au cours d’une intervention à la fois très touchante et de haut niveau (un exemple que certains politiques et journalistes devraient suivre !), a lui aussi mis en avant ces idées pour faire avancer le Parti.

Pendant toute son allocution, Paul Vergès a exposé des faits pour aider les communistes réunionnais mais aussi tous nos autres compatriotes à prendre conscience de l’enjeu considérable des prochaines échéances électorales (présidentielle et législatives). Celles-ci peuvent avoir une importance décisive, historique, sur le siècle à venir, comme ce fut le cas pour le 19ème siècle avec l’abolition de l’esclavage le 20 décembre 1848, décidée quelques mois plus tôt par le pouvoir révolutionnaire à Paris. Et comme ce fut le cas pour le 20ème siècle avec l’abolition du statut de colonie de La Réunion par la loi du 19 mars 1946, votée notamment grâce aux députés Raymond Vergès et Léon de Lépervanche, élus par les Réunionnais en octobre 45 avec le soutien notamment des syndicats ouvriers et agricoles.
Voilà pourquoi les élections à venir dans les prochains mois sont un « rendez-vous historique aussi important que celui des années 45-46 », a déclaré Paul Vergès, car « il est inacceptable que, malgré les avancées obtenues par les luttes des communistes depuis plus de soixante ans, autant de Réunionnais soient encore victimes aujourd’hui des mœurs coloniales ». (voir encadré) D’autant plus que notre croissance démographique et les changements sur la planète (réchauffement climatique, crise du système capitaliste) vont nécessiter de profonds changements de politique à La Réunion.

Soutien du P.C.R. aux protestations

Afin de mettre en œuvre ces changements, déclare Paul Vergès, « il faut à tout prix renforcer l’unité des Réunionnais sur notre plan de développement. C’est un objectif qui dépasse les ambitions personnelles, afin de créer une Réunion solidaire et d’élever le niveau du débat politique car les Réunionnais ne veulent plus de la misère ».
D’où le soutien exprimé par Paul Vergès à tous nos compatriotes qui protestent actuellement contre les injustices dont ils sont victimes. Nous devons continuer à mener tous ensemble des luttes menées dans le passé pour la liberté, l’égalité des droits, le respect de la dignité.

« Un peuple majeur »

Ces luttes font partie du trésor du P.C.R., qui tout au long de son Histoire s’est battu pour la liberté d’expression, d’opinion et de vote des Réunionnais, pour l’amélioration des droits sociaux des plus pauvres, pour les droits des femmes, pour la connaissance de notre passé, pour le respect de notre identité culturelle réunionnaise, notre langue, notre musique, nos religions, etc. Ce combat il faut le continuer sans avoir aucune prétention individualiste mais en défendant l’intérêt commun. (voir encadré)
D’où cette idée forte émise par Paul Vergès en conclusion : « Plus un communiste a des responsabilités, plus il doit être modeste, moins il doit être vaniteux. Surtout si nous voulons faire voter des lois pour changer la situation sociale actuelle dans notre pays, où il y a trop de misère, trop de chômage, trop d’inégalités. C’est ainsi que nous marquerons le 21ème siècle. C’est notre responsabilité. Et le succès de la Conférence extraordinaire d’aujourd’hui peut faire de 2012 une nouvelle étape dans ce sens afin de prouver que les Réunionnais sont un peuple majeur, capable de prendre en mains le destin de son pays ».

Correspondant



Priorité aux plus pauvres

Outre les valeurs idéologiques et morales dont les communistes doivent être porteurs, Paul Vergès a insisté sur la gravité de la situation sociale aujourd’hui dans le pays, malgré les avancées obtenues dans divers domaines grâce aux combats du passé, au nom du principe défendu notamment par un de nos députés : "nou lé pa pliss, nou lé pa moin, rèspèkt anou". Il est inacceptable que près de 150.000 Réunionnais soient privés aujourd’hui du droit à un emploi stable, que la moitié de la population soit sous le seuil de pauvreté pendant que d’autres gagnent 53% de plus qu’en France, qu’il y ait plus de 120.000 illettrés, que 30.000 foyers soient à la recherche d’un logement.
Comme cette crise sociale réunionnaise va être aggravée par l’évolution mondiale, nous devons mettre en œuvre un plan de développement spécifique, qui accorde la priorité aux plus pauvres, toujours sacrifiés, a souligné Paul Vergès. D’où l’importance que les Réunionnais soient informés des propositions du P.C.R., afin qu’ils se les approprient et participent en citoyens responsables à leur réalisation.



Fidèles à nos camarades réprimés

Une partie de l’allocution de Paul Vergès a été consacrée à l’hommage qu’il a rendu aux nombreux militants communistes qui ont été violemment réprimés lorsqu’ils ont lutté non pas pour obtenir un poste et des avantages personnels mais pour la liberté de leur peuple. Il a cité par exemple les « sept martyrs réunionnais » tués entre 1949 et 1978 dans le cadre des violences néocoloniales dont parle Eugène Rousse dans un ouvrage paru en novembre 2010 : Marcel Dassot, François Coupou, Héliar Laude, Thomas Soundarom, Édouard Savigny, Joseph Landon et Rico Carpaye.
« Ces communistes ont été réprimés car ils étaient communistes. Et ceux qui sont des élus communistes aujourd’hui le sont grâce à ceux qui ont payé de leur vie les combats qu’ils ont menés à l’époque », a déclaré Paul Vergès. C’est un appel à tous les Réunionnais : soyons fidèles à nos camarades réprimés afin de continuer à résister et à se battre pour une vie meilleure.


Kanalreunion.com