Actualités

Pose de la première pierre du pont en 2X2 voies de la Ravine du Chaudron

Aménagement de l’entrée Est de Saint-Denis

Témoignages.re / 5 septembre 2013

Aux côtés de la Région Réunion et de la Ville de Saint-Denis, la CINOR a procédé hier à la pose de la première pierre du pont en 2X2 voies de la Ravine de Chaudron, une future réalisation qui s’insère dans le projet global d’aménagement de l’entrée Est de Saint-Denis.



JPEG
Cet événement a constitué une occasion idéale pour la CINOR de rassembler les habitants des quartiers environnants, les représentants d’entreprises et magasins du secteur et du territoire — venus nombreux — et les diverses collectivités impliquées autour de ce projet de construction.

Un projet que bon nombre d’invités ont pu découvrir dans les détails avec cette évidence : c’est un projet qui répondra aux besoins de la population. Car qui, en venant de l’Est, n’a pas connu les embouteillages du matin pour rallier soit le secteur Est de Saint-Denis, soit le centre-ville. Des embouteillages qui sont source de beaucoup de temps perdu aussi bien pour les usagers que pour les acteurs du monde économique.

Peut-être faut-il le rappeler : l’actuelle voie, communément appelée « radier du Chaudron », est fréquentée par 4.500 véhicules en heure de pointe. Elle dessert d’importantes activités économiques et commerciales allant des quartiers du Chaudron et de Primat jusqu’à la Technopole, le Stade de l’Est, le Parc des Expositions et, on l’oublie, un cimetière.

Ce radier était bel et bien devenu un point noir du trafic routier, notamment pendant la saison des pluies, où sa fermeture s’avère des plus pénalisantes en générant encore plus de problèmes pour ceux qui, en bus ou en voiture, vont travailler ou tout simplement faire leurs courses dans ce secteur économique des plus actifs.

Construction de deux ouvrages d’art de 70 mètres de longueur

En juin dernier, la C.I.NO.R. a donc décidé le lancer les travaux de construction d’un projet qui porte sur la construction de deux ouvrages d’art de 70 mètres de longueur. Ces ouvrages constituent ainsi un grand giratoire reliant les deux rives de la ravine et comportant 2 voies de circulation dont une sera, à terme, dédiée à la circulation de bus, une piste cyclable et des trottoirs.

La pose de la première pierre de ce pont, réalisé par la CINOR sur ses fonds propres à hauteur de 6 millions, correspondant à 59% du financement global — 31% pour l’Europe et 10% pour la Région —, donne le coup d’envoi officiel du chantier dont la livraison est programmée pour le second semestre 2014.

Un départ “lancé”, car les travaux ont démarré en juin dernier sans temps mort.

Après la phase de travaux préparatoires, on s’attèle actuellement à la déviation des réseaux et fibre optique.

Concernant les travaux de recalibrage de la ravine, les seuils amont et aval ont été réalisés et les travaux d’enrochement se poursuivent.

Enfin, s’agissant des ouvrages d’art, les fondations des piles de l’ouvrage amont ont été réalisées et l’élévation des piles et la réalisation des culés sont en cours, alors que les fondations de l’ouvrage aval sont en cours.

Il restera ensuite à réaliser avant la fin de cette année, en remplacement de l’actuel radier, un radier provisoire qui permettra le maintien de la circulation pendant l’élévation des deux ponts avec mise en service prévue pour fin septembre.

Suivront, conformément au planning, la réalisation des travaux d’appuis de l’ouvrage amont, du tablier des ouvrages et du recalibrage de la ravine.

Sous peu, ce sont plus d’une cinquantaine d’intervenants, de collaborateurs et d’ouvriers qui vont s’activer sur ce site et démontrer la force que peut représenter l’union des compétences.

C’est le groupement d’entreprises SBTPC/Dodin Campenon Bernard qui va en effet réaliser ces travaux jusqu’à son terme pour un objectif commun : réussir la construction de ce giratoire routier qui, avec ses multiples voies (piétons, auto, bus et vélo), répondra aux enjeux de développement durable en prenant en compte les modes de circulation dits « doux ».

Ce projet fait partie de ceux pour lesquels la CINOR a dégagé 200 millions d’euros pour la période 2013-2014. Des projets d’équipements structurants qui non seulement vont répondre aux besoins immédiats de la population, mais également apporter une contribution non négligeable au soutien économique et social de notre île, qui passe par la commande publique, laquelle concourt à la création d’activités générant l’emploi.

Faire du Nord un territoire « dynamique, solidaire, soucieux de son environnement et où il fera bon vivre... ». « Oui, on est bien sur le bon chemin », a confié le Président de la CINOR, Maurice Gironcel, pour qui le pari a été rendu possible parce que la CINOR, du haut de ses 15 ans, est une collectivité de projets qui va de l’avant et qui travaille hier, comme aujourd’hui, dans un esprit de partenariat et de concertation dans le cadre d’un projet pour tous, partagé par tous.

« Avec cette future réalisation qu’est le pont du Chaudron, je porte aujourd’hui la certitude que le Nord disposera bien d’un équipement de premier plan. J’en suis heureux. Car c’est pour nous un formidable moyen de valoriser notre territoire, ce Beau Pays auquel on est tous attachés », a conclu le Président de la CINOR.

Coût de l’opération : 10,6 millions d’euros T.T.C.

Le co-financement de cet aménagement se répartit comme suit :

- 59% CINOR

- 31% Europe

- 10% Région Réunion

Le planning :

Début des travaux : juin 2013

Mise en service : 2ème semestre 2014
Le souci d’insérer

Depuis ces dernières années, la CINOR intègre dans ses marchés une clause d’insertion qui lui a permis en 2012, sur la base de 51.000 heures à temps complet, d’insérer 30 personnes.

Sur ce chantier de la ravine du Chaudron, la CINOR a contracté — en partenariat avec le groupement d’entreprises : SBTPC et Dodin Campenon Bernard — avec neuf personnes et deux autres candidats qui viennent de débuter une formation d’un mois au CFA de Saint-André avant une mission d’intérim prévue début octobre.

La CINOR confirme que la bataille à mener est bien celle de l’emploi. Mutualiser l’action des différents acteurs et l’accessibilité du service à tous les publics concernés par l’emploi, sans oublier ceux issus des quartiers, tels sont les objectifs majeurs de la CINOR en matière d’emploi.

« Oui, il faut redonner espoir. Il nous revient de nous mobiliser afin de tracer les voies de ce développement durable, solidaire et humain pour notre pays », plaide le Président de la CINOR.
Une bouffée d’oxygène pour le secteur du BTP

Le chantier du pont de la Ravine du Chaudron est une bouffée d’oxygène pour le secteur du BTP. C’est peut-être le dernier chantier de cette importance à La Réunion avant bien longtemps, a précisé le président de la CINOR.


Kanalreunion.com