Actualités

Pour qu’une Réunionnaise siège au Sénat, un seul bulletin : l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais

Gélita Hoarau, candidate à sa réélection

Céline Tabou / 21 septembre 2011

Sénatrice sortante et seule Réunionnaise qui aura la possibilité de siéger à partir de dimanche dans la Haute assemblée, Gélita Hoarau explique les enjeux du scrutin à quatre jours du vote.

Quel bilan faites-vous de la campagne qui vient de se dérouler ?

La campagne s’achève, tous les candidats de notre liste, solidairement, ont mené une campagne très dynamique. Nous avons pu rencontrer pratiquement la totalité de nos grandes électrices et grands électeurs à travers nos déplacements dans toute l’île. Des débats parfois longs mais très fructueux ont été engagés entre les candidates, candidats et les grandes électrices et grands électeurs. Au-delà de nos grandes électrices et grands électeurs, des contacts individuels et nombreux ont eu lieu avec d’autres. Tout cela s’est passé dans un tel esprit de confiance et d’amitié qu’ils nous font espérer le succès pour dimanche.

Quels seront les dossiers que vous allez poursuivre prochainement au Sénat ?

Plutôt que de dossiers je parlerai de chantier à poursuivre. Je pense en particulier à contrecarrer la politique néfaste du gouvernement, je pense aussi à poursuivre l’action pour la défense des intérêts des Réunionnaises et des Réunionnais. Enfin, j’espère que dans moins d’un an une alternance politique interviendra. Il appartiendra donc aux parlementaires de travailler avec la population et les membres du nouveau gouvernement à l’élaboration d’un vrai plan de développement durable dans les domaines économique, social, culturel, administratif et écologique.

Comment expliquez-vous que la liste d’Union pour la défense des Réunionnais et Réunionnaises est la seule liste à permettre à une femme d’être élue sénatrice ?

C’est un problème de fidélité à des principes. Nous avons toujours souhaité unir les Réunionnaises et les Réunionnais à partir d’un projet pour La Réunion et nous avons toujours souhaité la mobilisation des compétences des hommes et des femmes de ce pays.

Que représente pour vous le possible basculement à gauche du Sénat aux prochaines élections sénatoriales ?

La première étape c’est de mettre un coût d’arrêt à la politique de casse sociale et de régression économique menée par le pouvoir actuel et ses supporters à La Réunion. La deuxième étape ce sera, je l’espère, celle du changement qui interviendra dans 8 mois.

Propos recueillis par Céline Tabou


L’aveu de la défaite de l’UMP

Didier Robert dit que l’UMP vise deux élus dimanche
La composition de la liste montre que l’UMP ne croit pas à son propre coup de bluff. Elle est un aveu de la défaite annoncée dimanche prochain.
En effet, en deuxième position figure Jacqueline Farreyrol qui est députée. Elle ne pourra donc pas siéger puisqu’elle est déjà parlementaire. Et même si elle démissionnait, son suivant sera dans le même cas car il sera touché par la loi sur le cumul des mandats.
Cela montre bien que Jacqueline Farreyrol n’est là que pour apporter une caution féminine à la liste UMP. Et cela confirme que l’UMP, aussi bien officiellement qu’en congé, a décidé de ne pas faire siéger de sénatrice réunionnaise le 1er octobre prochain.
Cela n’est pas sans nous projeter 10 années en arrière, quand l’UMP mettait la pression sur Anne-Marie Payet afin qu’elle démissionne de son nouveau mandat de sénatrice pour laisser la place à Edmond Lauret, troisième sur la liste conduite par Jean-Paul Virapoullé qui avait pu obtenir deux élus. 10 ans ont passé, et pour l’UMP-Réunion, l’égalité est toujours difficile à admettre.


L’assurance d’un mandat complet pour une sénatrice réunionnaise

Seule liste rassemblant plusieurs forces politiques, l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais est également la seule à reconduire en position éligible une sénatrice sortante, c’est Gélita Hoarau.
En seconde position sur la liste de l’UMP en congé, Anne-Marie Payet ne sera pas élue dimanche. C’est ce qu’avoue Jean-Paul Virapoullé quand il affirme qu’il a un potentiel de 200 et quelques grands électeurs. Cette fanfaronnade est bien en dessous du minimum pour avoir deux élus.
Quant à l’UMP officielle, la composition de sa liste montre qu’elle ne souhaite pas l’élection d’une sénatrice, car comment expliquer autrement la présence en seconde position d’une candidate qui est déjà parlementaire ?
Seule liste d’union, et par conséquent la seule à pouvoir briguer l’élection de deux sénateurs, l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais est donc la seule à garantir l’élection d’une sénatrice dès dimanche prochain.
C’est aussi l’assurance de voir siéger une sénatrice durant toute la durée du mandat.
Alors dimanche prochain, ne perdez pas votre voix. Un seul bulletin permet l’élection d’une sénatrice, c’est celui de la liste d’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais.


Votez pour la liste d’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais

Jeudi, la liste conduite par Paul Vergès a été déposée en Préfecture, voici sa composition :

Tête de liste :
Paul Vergès

Liste :
Gélita Hoarau
Michel Dennemont
Paulette Adois Lacpatia
Joé Bédier
Françoise Dennemont


Joé Bédier, Gélita Hoarau, Paul Vergès, Paulette Adois Lacpatia, Michel Dennemont, Françoise Dennemont lors de la présentation à la presse de la liste, le 22 août dernier à Saint-Denis.
(photo Imaz Press Réunion)

Cette liste donne la possibilité aux Réunionnais d’avoir deux représentants au Sénat qui feront entendre leur voix tout en combattant sans défaillir la politique de casse sociale de ce gouvernement.
Cette liste permet la représentation des centristes du groupe MODÉRÉS au Sénat. Paul Vergès s’est en effet engagé à céder son siège à Michel Dennemont dès que plusieurs dossiers importants auront été débattus en début de législature.

Alors, le 25 septembre, votez pour la Liste d’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais.


Kanalreunion.com