Actualités

Pour quelles raisons le "JIR" soutient-il Michel Vergoz ?

J.B. / 15 juin 2011

À la veille de la réunion du bureau fédéral du PS, le "JIR" titrait : « le PS plus que jamais soucieux de son unité » et volait au secours du soldat Vergoz. Invité hier de la Matinale de "Radio Première", Mickaël Nativel, avocat dionysien, conseiller municipal et dirigeant socialiste, a montré que la réalité est loin de correspondre à la vision de notre confrère.

Dans l’Histoire de La Réunion, c’est sans doute la première fois que le "Journal de l’île" s’implique à ce point dans la stratégie du PS pour les sénatoriales. Vendredi, notre confrère est venu au secours de Michel Vergoz, candidat déclaré à un siège de Sénateur. Principal artisan de la victoire de l’UMP aux Régionales, l’ancien giscardien est aujourd’hui un soutien indiscutable de l’UMP à la Région. Sur bons nombres de dossiers, il vote avec l’UMP. En commission permanente, il assure la défense de Didier Robert lorsque les arguments de l’UMP sont mis à mal par les élus de l’Alliance. Son directeur de campagne aux régionales a même été embauché par l’actuel président de Région au poste de "chargé de mission". Ces quelques éléments suffisent pour montrer l’importance du positionnement à droite de l’intéressé. Comment faire confiance à une telle girouette ?
Les prochaines sénatoriales peuvent amener une alternance au Sénat pour la première fois depuis le début de la Cinquième République. L’enjeu est capital, car un tel changement peut accélérer la défaite de l’UMP en 2012. Tout cela sera très serré, et se jouera à une voix près.

Le "JIR" dans sa logique

Le JIR est au courant de tout cela. Il tente le tout pour le tout pour sauver l’UMP de la défaite sénatoriale ; une fois de plus, comme aux régionales, il compte sur Michel Vergoz pour sauver l’UMP de la défaite. Ce soutien fragilise la position de ce dernier, car le "JIR" est un journal conservateur et n’a donc aucune raison de soutenir la défense des causes progressistes.

Le lendemain de la parution de cet article s’est tenu le Conseil fédéral du PS. Et selon les propos de Mickaël Nativel, hier, sur Radio Première, il a fallu battre le rappel pour que cette instance dépasse la dizaine de délégués habituels. Beaucoup de conseillers manquaient à l’appel. C’est donc ce petit comité qui a acté une préférence pour Michel Vergoz en tant que tête de liste, plutôt que Mickaël Nativel. Jusqu’au prochain épisode ?
Hier, Mickaël Nativel a annoncé qu’il maintient sa candidature. Ce sont en effet les adhérents des sections socialistes qui doivent dire quel est le choix de la fédération, avant la validation par la direction nationale du PS. Cela signifie que l’affirmation du "JIR" a tenu quatre jours. Car manifestement, ce n’est pas l’unité du PS derrière l’éventualité de voir Michel Vergoz siéger au Sénat. Il n’y a donc que le "JIR" pour tenter de faire croire à cette unité.
Qui a donc intérêt à faire courir pareil bruit de couloir ?

L’UMP encore sauvée par Vergoz ?

Sur la base des actes de Michel Vergoz, et du positionnement politique de notre confrère, les inspirateurs de cette campagne pour l’ancien giscardien ne sont pas des soutiens des forces de progrès, loin s’en faut.
L’UMP sent qu’il peut ne plus faire partie de la majorité du Sénat. Pourra-t-il compter sur un soutien inespéré comme en 2010, lorsque Michel Vergoz lui a offert la Région ?

J.B.


Retour de la censure à Télé Réunion ?

Hier soir dans son journal, Télé Réunion n’a pas parlé de la conférence de presse du député réunionnais au Parlement européen. Elie Hoarau présentait hier le programme BEST, protection et valorisation des Outre-mer, en présence de la presse et de représentants d’associations.
Une équipe de Télé Réunion était présente à cette conférence de presse, mais son travail n’a pas été diffusé hier soir. Diffusion aujourd’hui ou retour de la censure ?


Kanalreunion.com