Actualités

Pour relever les défis majeurs du développement durable du Sud...

En direct des élections

Témoignages.re / 20 mars 2010

Depuis 2006, le Collectif pour le développement de la micro-région Sud dénonce les déséquilibres du Sud par rapport au Nord et à l’Ouest. Mais aussi l’immobilisme de nombreux élus et les incohérences d’aménagement : refus du tram train, incinérateur, construction du multiplexe sur le front de mer… Et encore, les désaccords entre élus du même bord politique.

À deux jours du 2ème tour de l’élection régionale, le collectif présidé par Krishna Damour met l’accent sur les infrastructures qui, malgré l’inertie de certains élus du Sud, ont été réalisées : le Campus de formation professionnelle de l’océan Indien (accueil de 3.000 jeunes en mécanique et transports), l’ouverture de la route des Tamarins qui a élargi le marché du Sud, le lycée Pierre Lagourgue du Tampon, la déviation de Grands-Bois… Il convient aussi de citer les projets très engagés comme le pont de la Rivière Saint-Etienne dont les travaux viennent de commencer, la piscine olympique de Saint-Louis, la déviation de Saint-Joseph, le Centre observatoire satellitaire et le Centre énergétique hydro-thermique de Saint-Pierre. « Le point commun de ces équipements, c’est qu’ils sont financés sous maîtrise d’ouvrage de la Région présidée par le candidat de l’Alliance. Ceci est un fait ». De plus, la Région a été au-delà de ses compétences pour aider les municipalités, par exemple pour la réhabilitation des écoles. 276 millions d’euros pour Saint-Pierre entre 1998 et 2010. Le déséquilibre entre le Sud et le Nord n’est pas pour autant comblé. Et Krishna Damour rappelle quelques éléments fondamentaux pour le Sud : 140.000 résidents supplémentaires d’ici 2020, chômage (48% de la population active), 18% de l’ensemble des érémistes, plus faible pourcentage de jeunes diplômés, augmentation des personnes âgées, etc. « Les décisions qui seront prises ou pas dans les quatre années à venir conditionneront le futur du Sud pour les années à venir », explique le responsable du collectif. On aura donc besoin de bâtisseurs à la Région et le collectif souhaite que « ce soit des bâtisseurs aptes à repositionner le Sud ». Or, « ce ne sont pas moins de trois bâtisseurs qui ont déjà prouvé leur volonté de conduire le Sud vers le développement durable, qui se trouvent sur la liste de l’Alliance : Paul Vergès, Élie Hoarau et André Thien Ah Koon ».

Pour le tram-train

C’est clair pour Paul Vergès. Cela l’est tout autant pour Élie Hoarau et André Thien Ah Koon qui, malgré leurs orientations politiques différentes, ont été les initiateurs du démarrage du Sud avec la réalisation de l’aéroport de Pierrefonds, le Campus universitaire du Tampon, l’IUT de Terre-Sainte, le port de plaisance du Sud, le boulevard Bank, le développement de l’hôpital de Saint-Pierre, et leur volonté de créer le Centre hospitalier universitaire (CHU) à Saint-Pierre, le projet d’un axe à mi-hauteur jusqu’aux Lianes de Saint-Joseph, la gare routière de Saint-Pierre, la rocade du Tampon abandonnée par l’actuel maire, etc. Le maire du Tampon, qui siège au Syndicat mixte de Pierrefonds, ne s’est pas signalé par une grande activité. « Qu’a-t-il fait pour améliorer la traversée du Tampon pour rejoindre l’Est ? Pour renforcer l’enseignement universitaire technique à Saint-Pierre ? Pour pousser l’aménagement économique de Pierrefonds ? », interroge Krishna Damour. Le positionnement du collectif, qui « a toujours souligné que la politique des transports influe sur le dynamisme de la micro-région », pour l’Alliance « est également motivé par le fait que c’est la seule liste qui prône la voie ferroviaire ». Krishna Damour s’interroge sur la présence du maire de Saint-Pierre sur la liste de Didier Robert, farouchement contre le tram train, alors que le président de la CIVIS, il y a peu, faisait voter une motion à l’unanimité pour l’aménagement du tram train entre l’Étang-Salé et Terre-Sainte. Le responsable du Collectif pour le développement de la micro-région Sud, parce qu’il croit que la présence d’Élie Hoarau et d’André Thien Ah Koon garantit l’avenir du Sud, « appelle à voter pour la liste de l’Alliance conduite par Paul Vergès », pour « relever les défis majeurs du développement durable du Sud ».

Correspondant


La Région a été au-delà de ses compétences pour aider les municipalités, par exemple pour la réhabilitation des écoles. 276 millions d’euros pour Saint-Pierre entre 1998 et 2010.


Kanalreunion.com