Actualités

Pour un aménagement cohérent de Saint Paul

Création de trois communes en projet avec Solidarité-Partage

Céline Tabou / 22 février 2014

A l’occasion d’une conférence de presse, Ary Yee Chong Tchi Kan a exposé les défaillances de l’aménagement actuel de la ville de Saint Paul, proposant un aménagement des hauts de la ville et la création de trois communes.

JPEG - 45.9 ko
Frédérique Técher, Ary Yée Chong Tchi Kan et Raïssa Noël.

Aux côtés de Raïssa Noël et Frédérique Técher, le candidat PCR de Saint Paul a pointé du doigt le déséquilibre qu’il existe entre les Bas et les Hauts de Saint Paul, qui peut être résorbé par une réaménagement des déplacements et une participation active des citoyens dans les décisions prises par les élus.

Réduire les embouteillages

Enjeu du nouvel aménagement de Saint Paul, la route des Tamarins a, par sa réalisation, définie une identité propre » avec d’un côté les Hauts et de l’autre les Bas. « A partir de là, il faut profiter de la route des Tamarins », pour développer la zone haute de Saint Paul. Pour Ary Yee Chong Tchi Kan, « l’aménagement de Saint Paul est très simple », car l’ensemble des équipements structurants se situe sur le littoral.

La commune est ainsi coupé en deux, d’un côté, Savanna et la ville historique et de l’autre, Saint Gilles le Bains, La Saline. « C’est le résultat de choix politiques de toutes les municipalités qui se sont succédées depuis un demi siècle dans une parfaite continuité idéologique ». Pour « Solidarité-Partage », l’important est un « rééquilibrage de la carte communale à Saint-Paul » par la création de nouvelles communes. Seule « alternative à la concentration du pouvoir dans un seul lieu de décision ».

Prenant l’exemple de la Ville et Savanna, le candidat du PCR, a expliqué que « la ville était asphyxiée par les embouteillages », après avoir « été sauvée par la route digue qui lui a servi de protection et de déviation du trafic de voitures qui n’avaient rien à faire en ville ». Cependant, Ary Yee Chong Tchi Kan a dénoncé le souhait des élus d’une extension vers Savanna, avec la construction d’un pont, ce qui « va aggraver encore plus les déplacements ».

Ce dernier a également mit en avant l’urbanisation de Cambaie, qui « va accentuer la pression » sur un espace situé entre la Rivière des Galets et Savanna. D’autant que « la ville actuelle va connaître de graves inondations avec la montée du niveau de la mer et l’Étang asséché, qui ne peut plus jouer son rôle d’exutoire », a indiqué Ary Yee Chong Tchi kan, ajoutant « Savanna connaîtra le même sort ».

Le candidat a ainsi expliqué que la persistance des élus à développer la même zone, « le reste de cette immense commune est abandonnée. La population doit faire de longs kilomètres en véhicule pour satisfaire ses besoins élémentaires ». Raison pour laquelle, « Solidarité-Partage » veut « permettre aux Citoyens de gérer leurs affaires, eux-mêmes ».

Trois nouvelles communes

« Aujourd’hui, la situation exige le courage politique de créer de nouveaux centres de décisions politiques, avec à la tête, des jeunes et des femmes », a affirmé Ary Yee Chong Tchi Kan, qui propose la création de trois Conseils Municipaux dans les Hauts : la Saline, Saint-Gilles-les-Hauts et Guillaume. Pour se faire, la liste « Solidarité-Partage » compte mettre en place des collectifs pour la création de chaque commune.

Raïssa Noël va piloter le collectif pour la création de la commune de La Saline, où « la population très travailleuse, où le mot chômage n’existait pas, a basculé dans la précarité et le chômage. Le désespoir touche également la vie politique car la population se sent à l’écart. Nous voulons lui redonner une place centrale : un lieu de décisions politiques réelles. Par et pour ses habitants ».

La clé de ce développement sera la route des Tamarins, qui va « créer une nouvelle réalité, un point d’appui supplémentaire pour sortir de l’enfermement par les hauts ». « Nous voulons le renouveau de la Saline, sur la base des principes du Conseil Municipal des Pauvres », a expliqué la jeune femme. Il s’agira de mettre en place « une politique économique et sociale de proximité qui va donc des emplois de proximité. Et pour mettre un tel programme en place, il faut des élus de proximité ».

De son côté, Frédérique Técher se chargera de Saint-Gilles-les-Hauts, qui subit « une pression urbaine hors norme et un trafic de circulation croissant. A certaines heures et certains endroits, l’embouteillage est invivable ». Cette dernière a indiqué que « la route des Tamarins est un atout qu’il faut s’en saisir, pour redéfinir les ambitions pour le siècle en cours » comme la hausse démographique et les changements climatiques.

Cette dernière a expliqué : « Je suis née et habite à Saint-Gilles-les-Hauts depuis quarante ans. Il faut réorganiser Saint-Gilles-les-Hauts en une véritable ville. Nous sommes des personnes de Saint Gilles les Hauts et nous voulons décider pour Saint-Gilles-les-Hauts. Nous ! Nous en avons marre de subir des décisions qui viennent d’ailleurs ». L’objectif de la liste sera d’inclure Saint-Gilles-les-Hauts, dans « un projet global d’aménagement ».

 Céline Tabou  


Kanalreunion.com