Actualités

Pour une autre politique et « une Réunion nouvelle »

Grand succès du meeting unitaire des forces de progrès

Correspondant Témoignages / 28 septembre 2015

Ce dimanche matin du 27 septembre, au parc du Bocage à Sainte-Suzanne, s’est déroulé un événement porteur d’un grand espoir pour le peuple réunionnais lors des élections régionales des 6 et 13 décembre prochains. En effet, pas loin de 2.500 personnes ont répondu à l’appel du mouvement Le Progrès et du Parti Communiste Réunionnais pour participer au premier grand meeting unitaire de la liste qui sera conduite par Patrick Lebreton. L’ambiance chaleureuse et émouvante créée par la foule comme par les allocutions de grande qualité prononcées par divers intervenants a prouvé à quel point ce scrutin peut vraiment être l’occasion de tourner une nouvelle page de notre histoire en changeant de politique par la libération du peuple réunionnais.



JPEG - 74.9 ko

Ce rassemblement a commencé par une très belle animation musicale du groupe Baba Cool, conduit par Klaris Champirave, qui a notamment rendu hommage à « nout zansèt esklav la sorte marron » pour conquérir leur liberté « o 20 désanm ». Un spectacle beaucoup apprécié par le public, où l’on a remarqué notamment la présence de nombreux responsables de toutes les Sections du PCR et du Progrès ainsi que de plusieurs Sections de la Fédération du Parti Socialiste opposées à leur liste.
À noter aussi la présence de plusieurs personnalités politiques, comme les dirigeants du Progrès, du PCR, du Parti des Radicaux de Gauche, mais aussi celle de responsables syndicaux et associatifs comme Bruny Payet, ancien dirigeant de la CGTR, Gilmée Vochré, Maire du premier Conseil Municipal des Pauvres etc…

« Une union saine, solide et durable »

Le meeting fut animé par Nadine Damour, qui a d’abord donné la parole à Maurice Gironcel, co-secrétaire général du PCR, maire et conseiller départemental de Sainte-Suzanne. Celui-ci a félicité les participants à cet événement pour leur mobilisation en faveur de l’union des forces de progrès dans le pays ; « une union saine, solide et durable », comme celle qui a permis en 1945 avec l’élection des députés Raymond Vergès et Léon de Lépervanche le vote de la loi pour l’abolition officielle du statut de colonie de La Réunion.
70 ans après, les Réunionnais bâtissent leur union sur la base d’« un contrat politique entre divers partis en faveur d’un programme réunionnais, fait par les Réunionnais pour les Réunionnais », a déclaré Maurice Gironcel.

Éliminer la pauvreté

Ensuite, c’est Raïssa Noël de Saint-Paul qui a pris la parole au nom du Comité de l’Appel de l’Ermitage, lancé par des pauvres de toute l’île le 18 décembre 2012 pour abolir l’extrême pauvreté à La Réunion. Ce combat essentiel des Réunionnais est encouragé par le Sommet de l’ONU qui s’est tenu à New-York le vendredi 25 septembre dernier, où 193 chefs d’État se sont prononcés pour les nouveaux objectifs du développement durable dans les 15 ans à venir et notamment éliminer la pauvreté sous toutes ses formes, partout dans le monde.

« L’émancipation du peuple réunionnais »

La conseillère départementale de Sainte-Suzanne/Cambuston/Petit Bazar, Michèle Caniguy, a également fait une intervention très intéressante en rappelant tous les combats menés par nos ancêtres contre l’esclavage, l’engagisme et le colonialisme mais aussi les luttes des Réunionnaises contre les violences et les inégalités. Elle a aussi rendu hommage à toutes celles et tous ceux qui « ont construit la culture créole réunionnaise », en dénonçant le clientélisme et l’assimilationisme de la Région actuelle.

« Le scrutin le plus important depuis 70 ans »

Troisième intervenant dans ce meeting : Paul Vergès, pour qui « ce scrutin dans 70 jours sera le plus important depuis 70 ans » en raison des immenses défis à relever dans les années à venir et dont les candidats soutenus par les néo-colonialistes ne parlent à aucun moment. Après avoir rappelé en détail tous ces défis, il a mis l’accent sur l’importance des réformes fondamentales à mettre en œuvre, notamment en termes de gouvernance démocratique et populaire réunionnaise avec l’instauration d’un « nouveau statut de La Réunion pour l’avenir ».

« Nous parlons pour les Réunionnais, pas pour Paris »

Enfin, Patrick Lebreton a pris la parole et il a tenu comme les autres intervenants un excellent discours, qui a enthousiasmé la foule en appelant « notre peuple à s’unir autour des forces progressistes pour écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire ».
Le député-maire de Saint-Joseph a aussi mis l’accent sur le fait que ces élections ne doivent avoir rien à voir avec les intérêts personnels et avec le clientélisme, car « nous sommes au service de notre peuple ; nous parlons pour les Réunionnais, pas pour Paris ». D’où l’importance accordée par le président du Progrès au Comité de Parrainage de sa liste, qui « sera un outil essentiel, présidé par Paul Vergès, avec son expérience, son intelligence et à ses côtés Jean-Claude Fruteau, pour enrichir notre programme et le mettre en œuvre au mieux ».

Un prochain grand rendez-vous 

Contrairement à d’autres, le socialiste Patrick Lebreton et ses amis du Progrès « ne veulent pas prendre la direction de la Région pour tuer le PCR car nous avons le devoir de marcher ensemble pour l’avenir de La Réunion ». C’est pourquoi il a annoncé le « lancement d’une campagne d’adhésions à un comité de soutien à notre liste et à notre projet afin de désintoxiquer les Réunionnais des sondages trafiqués ».
« Déjà aujourd’hui on voit la force de notre certitude et la certitude de notre force ; c’est grâce à elle et en nous mobilisant tous ensemble que nous allons faire gagner notre pays pour une Réunion nouvelle », a conclu la tête de liste longuement ovationnée par la foule. Une foule qui a chanté avec émotion et bonheur une des célèbres chansons du groupe Baster de Thierry Gauliris — « gran matin nou sava rod tamarin » — et qui a été heureuse d’apprendre son prochain grand rendez-vous : le dimanche 11 octobre à Saint-Louis.


Kanalreunion.com