Actualités

Pour une Réunion nouvelle à la Région : transparence, sérieux budgétaire et responsabilité financière

L’union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile présente le coût de la première étape du programme de 20 ans

Manuel Marchal / 2 décembre 2015

Pour une Réunion nouvelle annonce 5,5 milliards d’euros d’investissement pour les 20 prochaines années. La première étape de ce plan, ce sont les élections régionales. Patrick Lebreton a décliné hier les 2 milliards de projets prévus pour la période 2015-2021. Ce programme sera la priorité et un audit réalisé dès le changement de majorité à la Région afin de connaître précisément les dépenses superflues. La nouvelle route du littoral, NRL, sera la variable d’ajustement. Autrement dit, ce programme ne devra pas être remis en cause par un dérapage du coût du chantier lancé avec une incroyable légèreté par Didier Robert et ses amis.

JPEG - 63.4 ko
Julien Magamootoo, Patrick Lebreton, Catherine Gaud et Maurice Gironcel.

Aux côtés de Patrick Lebreton tête de liste de l’union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile, Pour une Réunion nouvelle était représentée par Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, Catherine Gaud, membre de Terla, et Julien Magamootoo.
Patrick Lebreton fait tout d’abord le bilan de la gestion de Didier Robert. « Il a fragilisé financièrement sa commune. Président de la CASud, Didier Robert a laissé derrière lui une ardoise conséquente que les usagers continuent de payer ». Il y voit « la marque de fabrique et constante de sa gestion des fonds publics ».

« Didier Robert est un mauvais gestionnaire récemment épinglé par la revue Capital qui a dû classer notre région parmi les plus mal gérées de France », déplore la tête de liste de Pour une Réunion nouvelle. Le clientélisme imprègne donc fortement « le système Didier Robert ». Dernier exemple en date, un dossier du Quotidien sur la Nouvelle route du littoral. « La vérité éclate et Didier Robert ne peut plus cacher ses mensonges ».

Non à « la banqueroute du littoral »

Patrick Lebreton a été le premier à dénoncer « la banqueroute du littoral ». Devant le flou qui entoure le prix de cette route, « dans notre mandat, la NRL sera la variable d’ajustement. Plus que jamais tout le monde sent la nécessité d’un audit ». « Nous avons dénoncé le dérapage financier programmé de ce gros chantier de cette majorité régionale », affirme le député-maire de Saint-Joseph, « tout le monde conclut que NRL coûtera plus que 1,6 milliard d’euros. La Région le savait. Les Réunionnais paieront la facture ».

Pour Patrick Lebreton, l’importance est d’éclairer les électeurs, pas de les éblouir ou les aveugler. Il constate que les promesses de la campagne de 2010 n’ont pas été réalisée. Seul le chantier de la NRL a été lancé. L’autoroute de la mer entre les ports de Bois-Rouge et du Gol n’a pas connu la moindre amorce de commencement, tout comme la liaison rapide entre Saint-Benoît et Saint-Pierre en passant par les plaines.
Quant aux promesses du président sortant, elles révèlent le manque de sérieux. L’élargissement du dispositif aux Réunionnais de France avec le même montant que le dispositif actuel n’est pas réaliste. La construction d’un port à Bois-Rouge coûtera entre 700 millions d’euros et un milliard, mais Didier Robert affirme que cela ne dépassera pas 200 millions.
Le candidat de l’union fustige aussi Ibrahim Patel qui utilise aujourd’hui le fichier de la CCIR pour faire des appels pour la campagne de Didier Robert.

Audit financier et organisationnel

Patrick Lebreton met en avant le sérieux budgétaire de son projet, conçu pour être réalisé sur plusieurs mandats. C’est pourquoi l’union sur un programme avec le PCR s’est accompagnée de la création du Comité de parrainage présidé par Paul Vergès, qui est avec Pierre Lagourgue un des deux grands présidents de Région que La Réunion ait connu. C’est un projet sur 20 ans, avec une première partie qui sera mise en œuvre au cours des 6 ans à venir. « La NRL sera la variable d’ajustement du projet que nous mettrons en place ».
Patrick Lebreton commandera un audit financier et organisationnel pour faire toute la lumière sur le fonctionnement de la Région. L’audit commande la chasse au gaspillage. Il faudra rationaliser les moyens.

Transparence

Les résultats de cet audit seront connus de tous les Réunionnais. « Il faudra rendre compte. Ce principe de transparence est inscrit dans notre gestion, cela découle de la charte de principe de Terla », précise la tête de liste de l’union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile, « après cela, nous pourrons prioriser nos chantiers et notre programme d’actions ».

Il place la future gestion régionale « sous le sceau de la responsabilité financière ». « Nous ne pourrons pas tout faire en un seul mandat, et tous ceux qui disent qu’ils feront tout dans ce mandat sont des menteurs », affirme-t-il. « Au premier et au deuxième tour, on part sur ces valeurs ».

2 milliards sur 6 ans

Pour une Réunion nouvelle a un projet de 5,5 milliards d’euros, hors NRL, à réaliser sur plusieurs mandats. Pour la période 2015-2021, 2 milliards d’euros d’investissements sont prévus.
Ils se déclinent de la manière suivante :

Plan d’urgence pour les entreprises, 200 millions d’euros pour les artisans, petits commerçants. « Cela existe dans d’autres régions ».

Projet aéroportuaire commun à Gillot et Pierrefond : 260 millions d’euros. Une part sera consacrée à la base low-cost de Pierrefond, à l’installation dans l’aéroport du Sud d’une plate-forme de sécurité civile et militaire, avec la délocalisation de la base aérienne de Gillot.

Programme portuaire, 50 millions d’euros.

Politique des transports : 510 millions d’euros dont
80 millions pour réaliser les études du TCSP entre Saint-Benoît et Saint-Pierre, notamment pour trouver le site sur lequel passera l’infrastructure.
Déviation haute de Saint-Benoit : 130 millions d’euros
Route des plaines : 90 millions
Rocade du Tampon : 130 millions
Dernière section de la déviation de Saint-Joseph : 120 millions d’euros
Des fonds seront consacrés à la modernisation de la RN2 entre Sainte-Anne et le Grand-Brûlé, avec éradication des radiers et élargissement des ponts.

La création de deux grands services : 90 millions d’euros.

Projet d’économie circulaire : 300 millions d’euros

Politique d’éducation, 100 millions d’euros pour 3 nouveaux lycées, avec éventuellement en plus un CFA des métiers du sport, de la culture et du numérique d’un montant estimé entre 35 et 40 millions.

Logement : 200 millions d’euros

Plan d’aménagement des hauts : 80 millions d’euros.

Université indianocéanique : 200 millions d’euros

Finie l’opacité

Julien Magamootoo indique que cette politique de responsabilité financière sera dotée d’outils de pilotage. Elle s’appuiera sur un indice de performance pour chaque subvention, aide, pour avoir un retour sur investissement. Ce sera un instrument régulier pour évaluer les politiques tous les mois.

Ce sera donc une gouvernance qui se basera sur la transparence. Aujourd’hui, l’accès aux documents de la Région comme le compte administratif sont très difficiles. Le site de la Région Réunion est le plus opaque de celui toutes les Régions. « Il est impératif d’être en transparence, car la critique une condition essentielle à la démocratie », souligne Julien Magamootoo. L’Union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile est « pour une nouvelle gouvernance qui n’a pas peur de la critique pour faire avancer cette Région Réunion ».

MP3 - 643.9 ko
Patrick Lebreton
MP3 - 998.4 ko
Maurice Gironcel


Kanalreunion.com