Actualités

Pour une Réunion nouvelle dans une dynamique de victoire

Dernière ligne droite avant le premier tour des régionales

Manuel Marchal / 4 décembre 2015

La vérité du terrain s’imposera à toutes les manipulations, c’est le message de la liste d’union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile dans sa dernière conférence de presse de la campagne du premier tour des élections régionales. À 48 heures du vote, la mobilisation s’amplifie, la dynamique de victoire ne se dément pas, dit en substance Patrick Lebreton en conférence de presse ce jeudi.



  • Pierre Thiébaut, Jean-Yves Ananélivoua et Guito Crescence
  • Michèle Caniguy, Patrick Lebreton et Catherine Gaud
  • Délégation du CSAPR

JPEG - 74.9 ko

Pour une Réunion nouvelle tenait ce jeudi sa dernière conférence de presse avant le premier tour. Les parlementaires Michel Vergoz et Jean-Claude Fruteau étaient dans la salle aux côtés des colistiers de la liste d’union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile.
Patrick Lebreton a commencé par remercier « celles et ceux qui font campagne sur le terrain avec énergie »

« Nous sommes dans une dynamique montante de victoire », a-t-il souligné, « nous avons le soutien d’Axel Kichenin de Sainte-Marie ». Parmi les nouveaux soutiens figure aussi une élue du groupe LPA du Conseil municipal de Saint-Benoît. À eux s’ajoute celui d’une organisation professionnelle, le CSAPR. C’est une adhésion au programme de l’union, qui donne une place centrale des TPE-PME, dans un engagement sur plusieurs mandats. Le Comité de parrainage permettra d’apporter une contribution à ce débat.

Patrick Lebreton a fait tout d’abord un point sur le déroulement de la campagne. « À aucun moment nous n’avons ralenti, et nous sommes sortis plus forts des épreuves », dit-il. Il a également cité les attentats en France, et demandé à ne pas passer sous silence ceux produits récemment en Afrique, au Nigeria et en Tunisie récemment.

Une campagne de vérité

« Nous avons décidé de mettre des vérités sur la place publique, nous étions la liste à abattre en bien des endroits », a-t-il ajouté. « Nous poursuivrons cette progression jusqu’à la dernière minute du premier tour et du second tour ». « Nous sommes la liste qui monte, nous le voyons sur le terrain », a-t-il dit, en soulignant que « nous constatons dans le même temps l’effondrement du candidat sortant depuis qu’il a été pris en flagrant délit de mensonge sur le dossier de la NRL. Le Quotidien a confirmé ce que nous disions depuis le début de cette campagne : la banqueroute du littoral ». Cela a ouvert les yeux sur la méthode Didier Robert : « enfumage et malhonnêteté ».
« On a eu droit à un ultime coup de bluff, la dernière carte truquée est sortie » : le dernier sondage IPSOS et tout le SAV qui va avec.« Deux instituts différents donnent une vérité différente. Incompréhensible disparité en ce qui nous concerne. Un nous donne à moins de 5 %, l’autre à 9,8-10 %. C’est du simple au double », a-t-il précisé. Pour Patrick Lebreton, « la seule vérité vient du terrain ».

« Qui peut croire que la liste conduite par Lebreton regroupant le PCR, le Progrès, un quasi-majorité des secrétaires de section PS, du PRG et du MRC avec la société civile ferait moins de 5 % ? C’est absolument ridicule et scandaleux. C’est de la manipulation et de la désinformation dans les derniers jours de la campagne », dit-il avec force. « La vérité c’est que ce dimanche, nous serons au second tour ».

La manipulation des sondages

« M. Fabing a appelé mon conseiller politique en disant ceci : il ne faut pas confondre désir de victoire et intention de vote. Selon mes informations vous serez au second tour », mais ce n’est pas ce que dit le sondage. « IPSOS est client de la Région. C’est le réseau copain coquin. Sa dernière enquête est une totale escroquerie. Je peux répondre à cet individu qu’il perpètre des attentats médiatiques », affirme-t-il, « IPSOS est le seul institut à l’approche d’une élection qui n’interroge pas les sondés sur l’intention de vote mais les souhaits de victoire ». Pour la tête de la liste d’union des forces de progrès, la méthode a un but : « sauver le soldat Didier Robert ».

Patrick Lebreton note également qu’il a été le seul des candidats dont le principal meeting n’a fait l’objet d’aucun reportage dans le service public.
« On a eu du Didier Robert partout. C’est cette politique copain coquin que nous allons vaincre ». « Les moyens illégaux pleuvent », déclare Patrick Lebreton, « Didier Robert utilise dans l’affolement tous les moyens. Nous sommes face à une entreprise qui emploie des méthodes totalement condamnables ».
Ainsi, « les ressortissants de la CCIR reçoivent de la propagande à la gloire de Didier Robert. Le listing de la CCIR est-il utilisé par Didier Robert et Ibrahim Patel ? ». « Avant-hier, une chef d’entreprise a vu débarquer sur son lieu de travail un coursier apportant de la propagande de Didier Robert », souligne Patrick Lebreton pour qui ce sont « les méthodes d’un candidat aux abois.

Sauvons les emplois

« Nous réaffirmons vouloir porter un projet, car notre île est en danger ». D’où la présence aux côtés des candidats de l’Union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile d’une délégation du syndicat CSAPR conduite par Michèle Allamèle. Ces artisans réclament la fin du monopole du RSI et de la CGSS, rendu possible par une directive européenne qui doit être appliquée. Le choix d’une autre caisse de santé permettrait aux patrons et aux salariés de gagner en pouvoir d’achat. Ils alertent sur la fin des mesures de la LODEOM dans trois ans, qui marqueront la fin des abattements sur les cotisations. Cela compliquera encore davantage la situation de nombreuses entreprises qui ont aujourd’hui des difficultés à s’en sortir avec 40 % d’exonération de cotisations sociales. « Patrick Lebreton s’est engagé à notre côté pour sauver les entreprises de La Réunion. La seule issue pour sortir les entreprises de La Réunion de ce marasme, qui est soutenu par les présidents de chambre et de la Région ».
La tête de liste de Pour une Réunion nouvelle rappelle en effet qu’un des points du programme est le soutien aux TPE-PME, qui créent 70 % des emplois à La Réunion. « Notre rôle est d’accompagner ces entreprises. Ce n’est pas ce que proposent Didier Robert et nos concurrents ».

Halte aux vieilles méthodes

Catherine Gaud a ensuite pris la parole pour souligner que les méthodes de Didier Robert durant cette campagne électorale sont les mêmes que celles utilisées pendant les cinq ans de son mandat. Pressions sur les personnes vulnérables en emploi-vert, clientélisme, opacité et mensonges, c’est pour que ces méthodes disparaissent de La Réunion que Terla s’est engagée dans le rassemblement des forces de progrès conduit par Patrick Lebreton.

Maurice Gironcel insiste sur la mobilisation des militants sur le terrain. Même à Saint-Denis, le dynamisme est du côté de Pour une Réunion nouvelle, avec un accueil chaleureux de la part de tous ceux qui souffrent, quelle que soit leur couche sociale.
« Certains veulent nous dire le résultat du second tour avec les sondages.
La demi-finale se joue le 6 décembre, et seront qualifiés pour le 13 décembre », rappelle le secrétaire général du PCR, pour qui « la Région doit être au service du peuple et pas d’un chef d’entreprise ».

L’avenir dans notre région

En conclusion, Patrick Lebreton précise que « dans cette campagne, nous avons voulu que cette Réunion nouvelle intègre tous ceux qui se sont investis pour La Réunion ». C’est pourquoi la mobilisation des représentants des populations de l’océan Indien est très forte, et se manifeste au travers de la 4e place sur la liste de Laïnati Ali.

« Nous avons une Réunion à construire demain dans un environnement élargi jusqu’à l’Afrique de l’Est, un espace d’aujourd’hui 170 millions d’habitants », ajoute la tête de liste de l’union des forces de progrès selon qui il faut « veiller à ce que le fil qui maintien la cohésion de notre société soit sans cesse renforcé ». « Il faut arrêter de gruger les gens en leur disant ce n’est pas la peine d’aller voter. S’il y a un vote, c’est pour une Réunion nouvelle ».

MP3 - 1.6 Mo
Patrick Lebreton


Kanalreunion.com