Actualités

Poursuivons le débat

Forum des idées sur les Outre-mers du PS

Manuel Marchal / 28 avril 2011

C’est hier qu’avait lieu à Paris le Forum des idées sur les Outre-mer organisé par le Parti socialiste. Parmi les Réunionnais invités, une délégation du PCR a pris part aux débats. Ils se sont conclu par la présentation de cinq principes : rassembler les forces de gauche et de progrès, la fin de la République coloniale, la relégitimation de l’investissement public Outre-mer, un nouveau pacte de croissance et de solidarité pour chaque territoire, et accroître la décentralisation en respectant la volonté de la population en matière institutionnelle.

Une délégation réunionnaise composée notamment de membres du PCR a participé hier après-mdi à Paris au Forum des idées sur les Outre-mer organisé par le PS. Deux thèmes étaient abordés avant une conclusion par Axel Urgin, secrétaire national du PS à l’Outre-mer.
Les débats ont été ouverts par l’intervention de Martine Aubry, première secrétaire du PS. Elle a tout d’abord dressé un réquisitoire de la politique du gouvernement, marquée par un désengagement de l’État dans les Outre-mers, notamment dans les domaines sociaux. La dirigeante du PS a insisté sur une ligne politique nouvelle marquée par le respect mutuel, et sur une nouvelle considération pour l’Outre-mer. Plusieurs Réunionnais sont ensuite intervenus dans le débat.
À tout d’abord commencé l’atelier "Culture et identité". L’intervention de Françoise Vergès a été remarquée. La présidente du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage a proposé des préconisations pour valoriser le mieux possible notre mémoire. Il a notamment été question des propositions de l’ancienne majorité de la Région dans ce domaine. Françoise Vergès a évoqué l’intégration de modules visant à une meilleure connaissance des Outre-mer dans toutes les écoles de la République, ce qui permettra d’avoir ensuite un autre regard sur nos territoires.

Notre singularité

Gilles Leperlier est ensuite intervenu pour donner un point de vue sur la situation des jeunes. L’épanouissement n’est pas possible sans tenir compte de l’environnement géographique de notre île, a-t-il dit en substance. Cet environnement doit être intégré dans les programmes d’enseignement.
Gilles Leperlier a mis l’accent sur la situation d’urgence sociale et sur la proportion considérable de jeunes privés d’emploi. Cette situation découle notamment de l’incapacité du modèle mis en place depuis 60 ans, car notre île a une réalité différente de toutes autres régions de la République. C’est pour cela que « l’assimilation doit être abolie », a-t-il précisé, car les défis sont sans commune mesure avec les réponses que sont censées apporter des lois inscrites dans un cadre national.
Paul Vergès a également apporté sa contribution au débat. Il a retracé les problématiques. Pas de développement sans tenir compte de la singularité de notre situation, a-t-il dit en substance. Paul Vergès a notamment mis en évidence la situation des revenus. La moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, c’est dire l’ampleur considérable du défi que doit relever notre pays dans un contexte de forte croissance démographique.
Cela implique donc une politique qui donne les moyens du développement tout en tenant compte d’une approche propre à chaque Outre-mer.

Cinq principes

Dans l’atelier de l’après-midi, Patrick Lebreton a salué la politique énergétique menée par l’ancienne majorité de la Région. Il a insisté sur le rétablissement de l’investissement public et a souligné la nécessité d’un traitement différencié des Outre-mers. Pour sa part, Gilbert Annette a largement évoqué la question de l’éducation, avec des propositions quant aux moyens à mettre en œuvre pour lutter contre l’illettrisme.
En conclusion Axel Urgin, secrétaire national du PS à l’Outre-mer a décliné cinq principes qui sont un point de départ pour un approfondissement de la réflexion : rassembler les forces de gauche et de progrès, la fin de la République coloniale, la relégitimation de l’investissement public Outre-mer, un nouveau pacte de croissance et de solidarité pour chaque territoire, et accroître la décentralisation en respectant la volonté de la population en matière institutionnelle.
Maintenant, le débat qui doit se poursuivre pour que les Réunionnais s’emparent de cette possibilité de changement l’année prochaine afin de faire avancer des propositions pour faire face à l’urgence sociale et pour mettre en œuvre une politique de développement durable et solidaire, indique le PCR.

M.M.


Antenne Réunion à la botte de la Région

Voici deux semaines, l’Alliance avait organisé une conférence de presse pour faire le bilan de la première année de la présidence de Didier Robert à la Région. Antenne Réunion n’est pas venu.

Hier, Didier Robert a organisé une conférence de presse pour faire le bilan de sa première année de présidence de la Région. Antenne Réunion est venu et a rendu compte dans son journal télévisé du soir.

Hier, l’Alliance a organisé une conférence de presse sur le sujet de la nouvelle route du littoral. Antenne Réunion a boycotté.

Il est donc clair que cette chaîne de télévision est à la botte de l’UMP qui dirige la Région.


Kanalreunion.com