Actualités

Première vague de licenciements à Air Austral dans 3 jours ?

Les anciens cadres d’Air France vont-ils couper les ailes de la compagnie réunionnaise ?

Témoignages.re / 12 mai 2012

Selon les informations qui ont filtré dans la presse, les anciens cadres d’Air France propulsés en toute précipitation à la direction d’Air Austral veulent réduire l’activité de la compagnie réunionnaise. Voilà qui confirme bien les craintes liées à l’expulsion des Réunionnais de la direction d’Air Austral, car tant que les Réunionnais dirigeaient la compagnie, la sauvegarde de l’emploi et le développement d’Air Austral étaient la priorité.

C’est dans 4 jours que se réunira le prochain Conseil de surveillance d’Air Austral qui fixera les orientations décidées par la nouvelle direction. Rappelons que le nouveau chef du directoire est un cadre qui travaillait à Air France, tandis que le numéro est un autre ancien cadre d’Air France, qui avait laissé un mauvais souvenir lors de son passage à Air Austral. Il avait en effet refusé l’autorité du directeur réunionnais de la compagnie et avait claqué la porte d’Air Austral. Il est donc revenu par la fenêtre.

Ces orientations seront la deuxième feuille de route proposée par le directoire depuis le début de l’année.

Une première mouture avait été présentée par l’ancienne direction réunionnaise d’Air Austral, elle a été refusée par Didier Robert ce qui a créé un précédent. Jamais en effet, un responsable politique n’avait imposé ses volontés aux professionnels du transport aérien en charge de la direction opérationnelle.

Le refus du redressement

Pourtant, ce plan de redressement permettait de revenir à l’équilibre sans licenciements. Le directoire présidé par Gérard Éthève prévoyait de suspendre les liaisons vers Bangkok et l’Océanie, et en contrepartie d’augmenter la fréquence des liaisons d’Air Austral entre La Réunion et la France. Cela aurait notamment permis de consolider le leadership que détenait alors la compagnie réunionnaise sur cette ligne, loin devant Air France.

Mais conformément à sa politique de démolition des intérêts réunionnais, Didier Robert a refusé ce plan de redressement. Il a imposé le statu-quo puis soutenu le remplacement du directeur réunionnais par un salarié d’Air France.

Ce coup de force réalisé, les ex-cadres d’Air France vont donc présenter leur plan. Et d’après le "JIR" de jeudi, des lignes vont être fermées. La suspension de la ligne vers l’Océanie est le seul point commun avec la proposition de l’ancienne équipe. Pour le reste, les anciens employés d’Air France choisissent de maintenir la ligne vers Bangkok pour des raisons politiques selon le "JIR", ce qui ne manque pas d’étonner. Le pire est ailleurs, car d’après le "JIR", toutes les lignes entre La Réunion et la France seront supprimées à l’exception des vols vers Paris, Marseille et Lyon. À cela s’ajoute la délocalisation d’avions et d’équipages vers des aéroports français.

Un cadeau à Air France

Si ces informations se vérifient dans 4 jours, manifestement, il sera clair que le grand bénéficiaire de ce plan ne sera pas Air Austral mais bien Air France. C’est un cadeau qui est fait à l’ancienne compagnie du monopole puisqu’Air Austral se désengage de la ligne La Réunion-France, là où elle concurrence Air France. Mais pouvait-on s’attendre à autre chose de la part d’une direction dont le chef travaillait encore il y a quelques semaines à Air France ?

Ce désengagement aura des conséquences : des emplois délocalisés, une diminution de l’activité avec pour effet des suppressions de postes.

Il n’a fallu que quelques semaines pour créer les conditions d’un plan social à Air Austral. Les anciens cadres d’Air France vont-ils confirmer mardi les informations parues jeudi dans le "JIR" ?

Les responsables de cette manœuvre sont en tout cas pressés d’agir, car ils savent qu’avec le changement de président de la République la situation a changé. La responsabilité en incombe à Didier Robert, qui a fait de la gestion d’Air Austral un sujet politique.

 M.M. 


Kanalreunion.com