Actualités

« Prendre en charge l’avenir de La Réunion »

La visite de François Chérèque est un tournant

Céline Tabou / 28 octobre 2013

Après avoir mis en avant les conséquences de la loi du 19 mars 1946, Paul Vergès a pointé du doigt les changements constants dans le monde et à La Réunion. La hausse démographique, les changements climatiques et les crises conjoncturelles et structurelles ont un impact sur La Réunion.

« Il faut réfléchir au dynamisme démographique et à l’évolution de la situation économique et sociale, car l’environnement géoéconomique a changé par rapport à 1946 » , a indiqué Paul Vergès. Ce dernier a mis en avant le développement rapide des pays émergents tels que la Chine et l’Inde, qui sont les puissances mondiales de demain et Madagascar, dont la démographie va exploser. Ce contexte géopolitique concerne La Réunion, car l’île pourrait être isolée dans un monde francophone, si la politique culturelle française n’est pas à la hauteur des enjeux à venir, a expliqué Paul Vergès.

Face à ce bilan depuis 1946, « je pense qu’il n’est pas possible que François Chérèque, qui vient pour voir comment mettre en place les dispositifs de lutte contre la pauvreté, traite les conséquences, sans prendre en compte les causes de la pauvreté à La Réunion » . D’autant que l’ « on va vers une aggravation de la situation et une explosion sociale » , avec l’augmentation des prix, du nombre d’illettrés, de personnes sans emploi et de pauvres.

Paul Vergès a pointé du doigt deux mesures qui ont été supprimées par le gouvernement : le RSTA et prochainement la prime COSPAR : « cela devient une catastrophe, le gouvernement continue sa politique et les représentants à La Réunion se taisent », car « quand il y a une telle atteinte au pouvoir d’achat des plus modestes. Comment agir sur le fond du problème ? » .

Le sénateur a souligné que la venue de François Chérèque « doit être précédée et accompagnée d’un débat entre Réunionnais sur les sources mêmes de la situation actuelle, mais ce n’est pas dans l’état d’esprit des élus locaux » , a déploré Paul Vergès. Avec le passé syndical de François Chérèque, Paul Vergès espère que ce dernier cherchera les raisons de la pauvreté, auquel cas « il s’agit d’un travail ingrat et impossible » .

« On arrive à un tournant compte tenu du passé de François Chérèque, on a l’espoir qu’il va chercher les causes », car « s’il ne va pas à la base des conséquences, on aura un nouveau plan qui n’empêchera pas l’augmentation de la pauvreté, face à la hausse démographique » et aux inégalités du système. « J’espère que les Réunionnais se ressaisiront, prendront en charge l’avenir de La Réunion » , a conclu Paul Vergès.

Céline Tabou


Kanalreunion.com