Actualités

Préparons le changement en 2012 dès le 20 mars

Pour en finir avec la casse sociale

Témoignages.re / 8 mars 2011

Voter contre l’UMP aux élections cantonales, c’est permettre à la majorité au Conseil général de renforcer son rôle de rempart face à une politique de casse sociale menée par le gouvernement UMP et relayée à La Réunion par Didier Robert et ses 25 candidats.

Premier pas vers la remise en cause de la casse sociale de Nicolas Sarkozy, ces élections cantonales seront le moyen de montrer à la majorité au pouvoir qu’il en est assez de cette politique faisant porter la responsabilité de la crise sur les plus pauvres.
L’élection cantonale sera l’occasion pour les Réunionnais, premières victimes de ce plan de rigueur, de dire « Non à Sarkozy et sa politique de casse sociale ». La réforme des retraites n’est qu’un début de ce que Nicolas Sarkozy et ses amis veulent casser.
Rappelons que « Les traitres de la retraite : Didier Robert, Jean-Paul Virapoullé, René-Paul Victoria et Anne-Marie Payet » comme les avaient appelé l’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à La Réunion (AJFER) et l’Alliance Réunionnaise contre la Pauvreté (ARCP), ont choisi de voter pour des lois qui vont affecter la vie quotidienne déjà guère épanouissante financièrement.
Avec un taux de chômage de 28,9%, 52% de la population vivant sous le seuil de pauvreté, et 55% des jeunes sans emploi, les décisions prises par le gouvernement vont à l’encontre de l’avenir des jeunes, des travailleurs. Pour stopper la casse sociale, il faudra changer en 2012. Préparons dès maintenant le changement en votant pour les candidats qui s’opposent à la casse sociale.


Les mesures de casse sociale du gouvernement

Ces différentes mesures mises en place par le gouvernement ont privilégié les plus riches, au détriment des plus pauvres et des travailleurs :

Suppression de postes dans la Fonction publique : -16.000 postes à l’Éducation nationale, -8250 à la Défense et -3127 au Budget. Au total, 31.411 équivalents temps plein seront supprimés l’an prochain. À La Réunion, c’est la révolte contre les 162 postes d’enseignants supprimés.

Gel des dotations de l’État vers les collectivités, quels seront les moyens de l’action sociale ?

Baisse des crédits concernant plus de la moitié des missions de l’État, notamment l’Écologie (-4,5% sur un an), les relations avec les collectivités (-4,2%), l’Outre-mer (-3%), la Ville et le Logement (-2,6%), l’Agriculture (-2,5%) ou encore la Solidarité et l’Insertion (-1,8%).

Baisse de 21 millions d’euros de la LBU qui sert à construire les logements sociaux.

Baisse du taux de remboursement de centaines de médicaments et hausse du ticket modérateur (qui reste à la charge du patient ou de sa mutuelle) sur les soins courants (médecins, kinés etc.).

Hausse du forfait hospitalier.

Suppression de la rétroactivité des allocations logement, regroupement de l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation de logement sociale (ALS) et l’allocation de logement familiale (ALF)

Suppression de l’abattement de 15 points sur les cotisations patronales de Sécurité sociale proposé aux ménages déclarant leur employé au salaire réel.

Disparition du crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt.

Annulation des déclarations de revenus multiples pour les impôts l’année du mariage, du Pacs et du divorce.

Réduction de moitié (de 50% à 25%) du crédit d’impôt sur les installations photovoltaïques.

Les étrangers sans-papiers disposant de moins de 600 euros par mois devront payer un forfait de 30 euros afin de bénéficier de l’Aide médicale d’État à destination. Cette décision gouvernementale fait courir aux 215.000 personnes concernées « des risques sanitaires sérieux ».


Finissons-en avec la casse sociale, préparons le changement en 2012
Pour changer en 2012, la défaite de l’UMP dès le 20 mars


Kanalreunion.com