Actualités

Projet dit de NRL, filière canne-sucre, APE : 3 sujets décisifs au programme

Visite de Corina Cretu, Commissaire européenne à la Politique régionale

Manuel Marchal / 4 mai 2015

À la veille de l’arrivée de Corina Cretu, Commissaire européenne chargée de la Politique régionale, Paul Vergès a tenu une conférence de presse pour rappeler trois sujets sur lesquels la responsable européenne ne pourra pas faire l’impasse : le projet dit de nouvelle route du littoral, l’avenir de la filière canne et les conséquences des accords de partenariat économique.

JPEG - 63.2 ko
Paul Vergès hier en conférence de presse.

Paul Vergès a rencontré hier 3 mai les journalistes pour préciser les enjeux de la visite de la Commissaire à la politique régionale qui arrive aujourd’hui dans l’île.

« C’est une rencontre qui va peser très lourd dans les années à venir », a introduit Paul Vergès au sujet de la visite de Corina Cretu, Commissaire européenne chargée de la Politique régionale. « Elle vient donner un point final à la programmation des crédits européens qui vont s’appliquer de 2014 à 2020 », a expliqué le sénateur. En effet, la responsable de la politique régionale d’une Union européenne de 28 États membres, soit plus de 250 régions, va consacrer quatre jours à une région ultrapériphérique située à 10.000 kilomètres de l’Europe.

Visite importante

Le sénateur a donc tenu à saluer l’importance de cette visite compte-tenu des sujets abordés dans cette programmation de 6 ans.
« Dans ces 6 ans, nous savons que des décisions prises vont s’appliquer », a précisé Paul Vergès. Le parlementaire a choisi de mettre trois sujets en avant :

1. Tout d’abord la nouvelle route entre Saint-Denis et La Possession, appelée Nouvelle route du littoral par les auteurs du projet.
2. Le sort de la filière canne-sucre. Quelle décision pour les 38 millions d’aide nationale qui doivent s’ajouter aux 90 millions après 2017 ?
3. Les accords de partenariat économique entre l’UE et les pays anciennement colonisés de l’ACP vont être signés. L’économie de La Réunion devra s’intégrer non seulement à l’Europe, mais aussi à la concurrence d’un ensemble de pays voisins peuplés de 600 millions d’habitants qui a des coûts de production beaucoup moins élevés.

« Dépasser le statut des RUP »

« Ces trois événements sont décisifs », a dit Paul Vergès. La conférence de presse a développé ces trois points décrits dans les pages suivantes. Voici la conclusion de l’exposé du sénateur : « Mme Cretu est membre de la Commission », elle va visiter par bateau les travaux de la NRL, elle doit aller à l’usine sucrière de Bois-Rouge et parler des crédits européens. Paul Vergès a estimé que la Commissaire européenne « est impliquée dans la recherche de solutions pour amplifier et dépasser le statut des RUP ». Il ne s’agit plus seulement de l’intégration à l’Europe de 500 millions d’habitants mais aussi dans la région est-africaine forte de 600 millions d’habitants. C’est cette double intégration qui est porteuse du dépassement du statut de Région ultrapériphérique.

Pour l’union des Réunionnais sur l’essentiel

« Le monde politique réunionnais confronté à ses responsabilités historiques », a rappelé Paul Vergès, en notant de cette classe une « discrétion exemplaire sur ces problèmes, alors que le sort des Réunionnais est en cause ». Ce silence concerne en particulier les personnes qui sont déjà candidates pour conduire une liste aux régionales. Avenir de la nouvelle route du littoral, de la filière canne et de l’économie réunionnaise dans les APE, autant de sujets décisifs qui plaident pour une union des Réunionnais sur l’essentiel, comme l’a souligné le sénateur.

PDF - 3.3 Mo
Au Parlement européen, Paul Vergès avait joué un rôle important dans la création du concept de RUP. Ici la visite d’une délégation du Parlement européen à La Réunion en 1985, découlant de son initiative.


Kanalreunion.com