Actualités

Propositions du PCR pour le désenclavement du Sud

Problèmes de circulation dans le Sud

Manuel Marchal / 11 février 2016

Face aux problèmes de circulation récurrents dans le Sud, le PCR propose la prolongation de la route des Tamarins jusqu’aux Lianes, la réalisation d’une route nouvelle de Pierrefonds à La Ravine des Cabris et la réalisation de la liaison Asile-Balance à Saint-Pierre afin de désenclaver la population des Hauts et des bourgs de mi-pente. Le remplacement des radiers par des ponts est également un principe de sécurité publique. Pour accélérer ces chantiers, le PCR revendique la création d’un Office des routes réunionnais. Son premier embryon pourrait être un syndicat mixte intercommunal à vocation unique pour l’aménagement routier du Sud. De plus, les investissements ne doivent plus être concentrés sur les 12 kilomètres d’une route en mer.

JPEG - 79.6 ko
Conférence de presse du Parti communiste réunionnais.
Johanny Gibralta, secrétaire de la section PCR du Tampon, Nazir Vally, chef de file de l’opposition à Saint-Pierre, Ghislaine Cataye, secrétaire de la section PCR de Saint-Pierre, et Yvan Dejean, secrétaire général du PCR.

Depuis lundi, le passage au large des côtes d’une dépression tropicale est à l’origine d’importants problèmes de circulation. Le Sud est particulièrement touché. Face à cette situation, le PCR a présenté ses propositions.

Ghislaine Cataye, secrétaire de la section PCR de Saint-Pierre, explique l’ampleur du problème. À chaque période de fortes pluies, la population du Sud est confrontée aux pires difficultés pour se déplacer.

Route de moyenne altitude

Yvan Dejean déclare que l’objectif est de mettre fin à la prise d’otage des Réunionnais des hauts à chaque intempérie, tout en favorisant le développement des quartiers à mi-hauteur de Saint-Leu à Saint-Joseph. « La micro-région Sud est l’arrière-pays de La Réunion ; c’est le seul espace qui nous permettrait d’accueillir encore de la population », explique le secrétaire général du PCR. Mais pour le moment, ses habitants pas d’autre choix que de prendre un barreau pour descendre sur le littoral et aller ailleurs.

Sur ces derniers jours, un simple coup de pluie a braqué sur les difficultés, des milliers de familles sont bloquées chez elles faute de pouvoir circuler. « Nous constatons l’absence d’un réseau routier sécurisé et fiable. Le radier du Ouaki est fermé à chaque fois. Personne n’avance de solution définitive, d’autant plus que 22.000 nouvelles immatriculations chaque année, sans que les routes ne suivent », dit en en substance le dirigeant communiste. C’est le moment où jamais d’agir.

Nouveau pont pour développer La Rivière

L’INSEE note qu’à l’horizon 2020, quand La Réunion approchera un million d’habitants, la population à mi-hauteur sera de 200.000 habitants. Soit pas loin de la population réunionnaise en 1946. La Rivière passera de 27.000 à 31.000 habitants. « Pour le développement de cette nouvelle commune, la question du désenclavement se pose ».

Actuellement l’accès à La Rivière se fait par la route Hubert Delisles, pas confortable et sécurisée, par le radier du Ouaki, et Saint-Louis.

« C’est pourquoi nous préconisons un pont sur le Bras de Cilaos, qui rejoindra le pont sur le Bras de la Plaine, pour désenclaver La Rivière ». C’est l’amorce du désenclavement des zones à mi-pente, préfigurant la liaison de Stella aux Lianes, soit une véritable route de moyenne altitude.

Cet élément dynamique pour le développement du Sud donnerait la possibilité de circuler d’un bout à l’autre de La Réunion sans problème, « toute La Réunion y gagnerait ».

Permettra de développer les quartiers avec infrastructures nécessaires.

Désenclaver Saint-Pierre

Nazir Vally, chef de file de l’opposition à Saint-Pierre, appelle à des investissements conséquents dans le Sud. Des années de négligence emmènent une catastrophe économique. Avec la pluie, ce sont des difficultés pour les employés et les clients des commerçants pour arriver au coeur de Saint-Pierre. La route des Tamarins a élargi la clientèle. Mais les automobilistes perdent trop de temps pour entrer dans la capitale du Sud.

Pour désenclaver Saint-Pierre, le PCR propose une déviation de l’Asile de Terre Sainte à la Balance. Il préconise aussi un grand échangeur à Pierrefonds, point de départ d’une route vers la Ravine des Cabris jusqu’à la Ligne des 400 au Tampon afin de se connecter sur le pont du Bras de la Plaine : c’est la Croix du Sud. Les habitants à mi-pente n’auront plus besoin de descendre à Saint-Pierre pour aller dans l’Ouest. Dans la ville de Saint-Pierre, un nouveau pont de la rue Presbytère vers Terre-Sainte est également nécessaire.

La Rocade Sud au Tampon

Johanny Gibralta, secrétaire de la section communiste du Tampon, constate la « galère absolue » pour circuler. Le désenclavement de cette ville importante passe par la réalisation de la Croix du Sud, du pont du Bras de Cilaos, et de la Rocade Sud. Ce dernier projet a été ficelé et étudié pendant la mandature de Paul Vergès à la Région, mais a été cassé par la nouvelle équipe. « C’est un investissement de plus de 120 millions d’euros, les études étaient faites. Le tracé est toujours là. La commune va-t-elle le remettre en route ? ». Le PCR est opposé à une déviation vers le Grand-Tampon « car c’est vide là-bas. La population se concentre à Trois-Mares, Bras de Pontho. D’où la proposition de relancer ce projet, ce qui en outre redonnera du travail aux entreprises et aux artisans.

Pour un Office des routes réunionnais

Avec ces projets, il est également impératif de mener une grande campagne de sécurisation des radiers, indique Yvan Dejean.

Pour coordonner ces travaux qui impliquent de nombreux acteurs ayant chacun une compétence sur le réseau routier, le PCR propose un Office des routes réunionnais, « seule structure qui donnerait la possibilité aux maires de moderniser leur réseau routier, elle serait aussi chargée d’éradiquer l’ensemble des radiers de La Réunion ». L’Office des routes réunionnais serait l’institution compétente dans la gestion de toutes les routes à La Réunion.

Son premier embryon pourrait se situer dans le Sud, avec le regroupement des maires du secteur dans un syndicat mixte intercommunal à vocation unique pour l’aménagement routier du Sud. « Nous sommes prêts à travailler avec tous les maires du Sud pour le SYMVU Routes », déclare le secrétaire général du PCR.

Financement par le fonds de développement

Cette réforme de la gouvernance doit aussi s’accompagner d’un rééquilibrage des investissements. La presse d’hier a en effet annoncé que le montant du projet de raccordement de Saint-Denis à la nouvelle route du littoral si un jour elle était construite : 600 millions d’euros pour quelques centaines de mètres. Cela s’ajoute aux fonds nécessaires pour construire 12 kilomètres d’une route en mer. « Pourquoi mettre 3 milliards dans le Nord, et le Sud ? », dénonce Nazir Vally, « un milliard devrait revenir au Sud, et avec cette somme on pourrait régler les problèmes de circulation ».

Pour financer ces chantiers, Yvan Dejean rappelle une autre proposition du PCR : le fonds de développement. Le projet de loi sur l’égalité réelle ouvre sur ce point une perspective. Le PCR demande de prendre comme référence le PIB par habitant, d’évaluer le déficit de La Réunion par rapport à la France dans ce domaine, et de le compenser par la somme correspondante qui serait versée dans un fonds de développement géré à La Réunion.


Kanalreunion.com