Actualités

Propositions du PCR pour le logement

Dans 6 jours, la conférence sociale, économique et environnementale

Témoignages.re / 23 octobre 2012

Outre l’emploi et la vie chère, les Réunionnais sont confrontés à une autre urgence, celle du logement. Depuis de trop nombreuses années, le modèle est incapable d’assurer le respect du droit au logement des Réunionnais. Cette crise a des répercussions très importantes, car elle accentue les inégalités.

JPEG - 55.5 ko
Le PCR propose 8 mesures pour que le droit des Réunionnais au logement soit respecté.
(photos Toniox)



La crise du système : 25.000 familles en attente d’un logement social


Depuis plus de 60 ans, La Réunion est intégrée à la France, un des pays les plus riches du monde. Tout au long de cette période, la compétence du logement est du ressort du gouvernement français. Malgré tous les moyens à sa disposition, Paris n’a jamais été capable de régler le problème de la crise du logement à La Réunion.
Des Réunionnais continuent de vivre dans des habitats insalubres, les bidonvilles n’ont pas disparu. Cette crise a lieu dans un pays où la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.
Le résultat, ce sont 25.000 familles en attente d’un logement social. Et leur nombre va continuer à augmenter si rien ne change car la croissance démographique continue à La Réunion.

JPEG - 46.7 ko
66 ans aprs l’intégration de La Réunion un des pays les plus riches du monde, il existe encore des Réunionnais qui vivent dans des conditions difficiles. Aujourd’hui, c’est l’impasse.



Propositions du PCR


Aujourd’hui, 25.000 familles sont en attente d’un logement social. Si actuellement, le modèle actuel montre son incapacité à régler le problème de la crise du logement, il pourra d’autant moins y arriver avec les besoins imposés par la croissance démographique.
Il est en effet estimé que 180.000 logements seront à construire d’ici environ 2030. Cela représente une moyenne de 9.000 par an dont 5.000 logements sociaux.
Pour atteindre cet objectif, le PCR propose 8 leviers :

1. Revalorisation et programmation pluriannuelle de la LBU dans une loi programme

La ligne budgétaire unique est la subvention versée chaque année par l’État pour financer la construction et la réhabilitation de logements sociaux. Le PCR propose d’éviter que ce montant soit remis en cause à chaque loi de finances et d’assurer une visibilité sur plusieurs années pour les acteurs de la production de logements sociaux.

2. Maintien de la défiscalisation, tant pour le logement social que pour le logement libre, dans des conditions à définir avec les partenaires concernés

La défiscalisation est une autre subvention de l’État. Elle est versée à des contribuables qui investissent dans la construction de logements dans notre pays. Jusqu’en 2009, la défiscalisation a servi à booster le secteur privé, ce qui a permis à notre pays de construire un total de 10.000 logements par an. Réorientée vers le logement social, elle n’a pas permis de compenser le coup d’arrêt à la construction privée par une hausse importante de la production de logements sociaux. Le bilan contrasté fait par un rapport du Sénat montre que le dispositif actuel est à revoir.

3. Remettre sur les rails un produit d’accession sociale

C’est aussi ce que dit le rapport du Sénat. L’arrivée de la défiscalisation dans le financement du logement social a accentué une tendance : les logements construits sont trop chers pour les revenus des allocataires de minima sociaux. Le logement social doit donc se réorienter vers sa vocation première : favoriser la promotion sociale par le respect du droit au logement pour tous.

4. Mobilisation du foncier disponible

Du foncier pouvant accueillir des logements existe à La Réunion. Il doit être à l’abri d’une inflation liée à la spéculation.

5. Taxation de la plus value foncière afin de compléter le financement de l’aménagement

La décision d’un maire peut transformer du jour au lendemain un terrain agricole en zone constructible. Le prix du foncier est alors multiplié. En cas de vente, le propriétaire empoche une plus-value confortable. C’est dans cet enrichissement que se situent des marges de manœuvre pour une taxe finançant l’aménagement des terrains destinés à accueillir des logements sociaux.

6. Plan de réhabilitation de logements dégradés

Le parc social vieilli, il a besoin d’être remis à neuf périodiquement.

7. Innover et expérimenter des opérations d’autoconstruction

Nombreux sont les Réunionnais capables de construire leur maison. Ce potentiel gagne à être encadré pour faire baisser le coût de la construction en s’appuyant notamment sur la solidarité familiale.

8. Lancement d’un appel à projets pour la conception de logements adaptés au mode de vie et au climat réunionnais


Conséquence :

L’Etat doit convoquer, en partenariat avec le Conseil général, une conférence extraordinaire du Comité départemental de l’habitat afin d’arrêter ces orientations.


Kanalreunion.com