Actualités

Propositions du PCR pour les prix et les revenus

25 propositions du PCR pour une nouvelle politique à La Réunion –8–

Parti Communiste Réunionnais / 6 mars 2015

Le Parti communiste réunionnais propose des mesures pour lutter contre la vie chère. Dans l’urgence, il revendique 6 % de hausse pour les bas revenus, conformément au différentiel de coût de la vie entre La Réunion et la France diffusé dans le dernier rapport de la Cour des comptes.

PDF - 3.8 Mo
Télécharger les 25 propositions du PCR, pour une nouvelle politique à La Réunion.

Coût de la vie

Agir sur les prix et contre les monopoles, mettre en place une structure d’autorité (au-delà d’un observatoire des prix) maîtrisant toutes les données de la formation des prix (d’un bout de la chaîne à l’autre) et pouvant dicter des règles opposables (à titre expérimental, article 72 de la Constitution – voir la nouvelle gouvernance), de nature à lutter contre les monopoles ou des situations dominantes.

Agir sur les prix c’est aussi obtenir des marchandises à un coût moindre. Des échanges commerciaux avec les pays voisins situés à seulement quelques centaines ou milliers de kilomètres au lieu de 10 000 par rapport à la France et à l’Union Européenne devrait le permettre (voir coopération régionale – proposition 22). En finir avec le Colbertisme (quasi obligation de ne commercer qu’avec la métropole).

Revenus

La politique des revenus découle largement de décisions relevant de la compétence de l’État. C’est en effet lui qui fixe les minimas sociaux, le SMIC et les salaires dans la fonction publique. C’est du fait de ses décisions que les revenus dans le secteur public bénéficient d’une majoration tenant compte du coût de la vie et que ce principe n’est pas appliqué pour le SMIC dans le secteur privé et pour les minima sociaux.
Face à cet « apartheid social » institutionnalisé, une harmonisation des revenus est essentielle pour la cohésion sociale.

S’agissant de la fonction publique, le rapport de la Cour des comptes publié le 11 février 2015 considère le système actuel comme « à bout de souffle » et préconise une « refonte » du dispositif. Prenant acte de cette perspective, nous tenons à rappeler que toute réforme ou évolution est inséparable du respect de certains principes :

– concertation réelle avec les acteurs concernés,
– évaluation objective du coût de la vie et action sur les prix (voir plus haut)
– neutralité budgétaire (toute économie réalisée devant être réinjectée dans le circuit local)
– respect des avantages acquis pour les agents en poste…
La solution de transformer les majorations de rémunération en salaire différé sous forme d’épargne placée dans un fond de développement (cf proposition n°23) respecte ces principes et mérite d’être étudiée.

Par ailleurs, une revalorisation des minima sociaux fixés par le gouvernement ainsi que des basses retraites est une exigence de justice sociale, le coût de la vie étant le même pour tous. La prise en compte du coût de la vie pour tous exige également une revalorisation des bas salaires.

La question des employés communaux

Nous réaffirmons la nécessité de mettre fin à la situation injuste dans laquelle se trouvent les employés communaux non titulaires depuis près d’un demi – siècle. La différence de traitement entre employés servant le service public communal, départemental, régional ou de l’Etat ne peut perdurer, en vertu du principe de l’égalité dans la fonction publique.

Une réelle maîtrise des prix et s’approvisionner sur des marchés plus proches de La Réunion : en finir avec le Colbertisme.

Après le rapport de la Cour des Comptes : +6 % pour les bas revenus


Kanalreunion.com