Actualités

Propositions du PCR pour sauver La Réunion

Les communistes réunionnais participent au débat sur l’égalité réelle

Manuel Marchal / 29 août 2015

Le PCR a choisi de répondre à l’appel lancé en mai dernier par le président de la République. Il a donc travaillé à présenter des propositions. Le document « Marcher réellement vers l’égalité réelle » a été adressé le 4 août dernier à Victorin Lurel, parlementaire en mission chargé de la concertation préalable au projet de loi sur l’égalité réelle. Abolir les inégalités, un fonds de développement, un pouvoir réunionnais, ce sont les orientations stratégiques présentées hier par le PCR. Le PCR considère que cette démarche est essentielle, car la loi qui sera votée l’année prochaine fixera les orientations pour les 20 ans à venir. Il appelle donc à sanctionner les parlementaires, les partis et les candidats aux régionales qui n’ont rien à proposer.

JPEG - 57.2 ko
Le PCR était représenté par ses secrétaires généraux Yvan Dejean, Maurice Gironcel et Ary Yée Chong Tchi Kan, ainsi que par le sénateur Paul Vergès.

Le Parti communiste réunionnais a présenté hier les propositions qu’il a adressées le 4 août dernier à Victorin Lurel, parlementaire en mission chargé de la concertation préalable au projet de loi sur l’égalité réelle. Le PCR était représenté par ses secrétaires généraux Yvan Dejean, Maurice Gironcel et Ary Yée Chong Tchi Kan, ainsi que par le sénateur Paul Vergès.

Urgence à changer

Yvan Dejean a présenté des orientations stratégiques du document. Pour le PCR, face à la crise, il est « urgent, nécessaire, impératif d’ouvrir une nouvelle étape pour les outre-mer ». « Nous estimons que les outre-mer, La Réunion, dans une situation quasi-analogue à la loi de 1946 », poursuit-il. Le 19 mars avait affirmé le principe de l’égalité entre les citoyens de la République. Cette loi d’égalité réelle permettra-t-elle de relever le défi de la double intégration de La Réunion à l’Europe d’une part, et à sa région d’autre part ?
« Cette loi aura-t-elle l’ambition et la portée comparable à celle de 1946, ou se traduirait-elle par une désillusion ? », a-t-il ajouté.
Pour le PCR, l’égalité réelle devra dépasser la logique d’intégration. « Les données sont connues, vérifiables, et on sait par avance ce qui peut se passer sur le climat. Impact de la mondialisation avec les APE où on n’a pas été consulté, l’avenir de la filière canne-sucre », dit-il en substance. « L’ONU annonce que l’Afrique aura 1 milliard d’habitants de plus dans 35 ans, l’Inde et la Chine seront les deux plus grandes puissances économiques, Madagascar de 24 à 50 millions d’habitants », tout cela d’ici 35 ans, a précisé Yvan Dejean. Pour le PCR, la situation impose une intégration régionale. Car « aujourd’hui c’est l’impasse, quels que soient les gouvernements il y a urgence à changer. Près de 180.000 Réunionnais au chômage, 116.000 illettrés, moitié de la population sous le seuil de pauvreté. À cela s’ajoute les inégalités de revenu ».

En finir avec les inégalités

Yvan Dejean a souligné que « nous avons une occasion historique pour bâtir notre avenir avec responsabilité ».
Il a décliné plusieurs solutions pour sauver La Réunion :
Tout d’abord, en finir avec les inégalités. Cela veut dire répondre à l’urgence sociale : comment combattre la pauvreté, la précarité, le chômage, l’illettrisme.
Le PCR propose des mesures de discrimination positive : majoration de 6 % des minima sociaux, petites retraites et bas salaires. « Cela s’appuie sur le rapport de la Cour des comptes qui avait évalué le différentiel du coût de la vie à 6 % », a dit Yvan Dejean.

Juste après cette augmentation, le PCR propose d’harmoniser les revenus selon la proposition suivante :
—  étude du coût de la vie et du différentiel avec la France
—  application de ce résultat unique à toute la société réunionnaise
—  pas de remise en cause des avantages acquis des personnes déjà en poste
—  les nouveaux recrutements sur la base du coût réel de la vie.

« Une telle démarche restituerait à la fonction publique son unité ». Et cela remettra en cause « l’apartheid social caractérisé par des mesures qui ne relèvent pas des Réunionnais ».

Fonds réunionnais de développement

La création de deux grands services d’intérêt public est à l’ordre du jour. L’aide à la personne et environnement sont visés. Cette proposition concerne notamment les personnes âgées et celles qui souffrent de handicap.
Ensuite, garantir l’avenir de la filière canne-sucre, car la fin du quota et des prix garantis interviennent au début de la période du plan de 20 ans d’égalité réelle.
Un autre point concerne les critères de l’égalité réelle. Pour le PCR, le PIB par habitant est le plus pertinent. En France, il est 33.000 euros, et de 23.000 à La Réunion soit 10.000 euros d’écart.
D’où un besoin de transferts supplémentaires, a indiqué le PCR pour qui « tous ces fonds devront être globalisés dans un fonds qui sera géré par les Réunionnais. Aux Réunionnais de définir où investir ». Et d’ajouter que « ce fonds peut être alimenté par d’autres sources de revenu comme l’épargne, notamment celle en provenance des bénéficiaires de revenus majorés.

Pouvoir réunionnais

Une attention particulière est portée au changement climatique, avec pour La Réunion, la proposition d’un grand plan d’adaptation. Le PCR est donc « pour une liaison ferroviaire et en total désaccord avec le soutien du Premier ministre au projet de NRL », a déclaré Yvan Dejean.
Le co-développement sera une issue pour sortir de la crise, à condition qu’elle soit menée dans une logique gagnant-gagnant.
Pour le PCR, cela passe par de nouveaux transferts de compétences, la suppression de l’alinéa 5 de l’article 73. Les communistes réunionnais se sont dits pour une réforme avec une seule assemblée. Mais le premier préalable est la réunion du Congrès des élus régionaux et départementaux.
Abolir les inégalités, un fonds de développement, un pouvoir réunionnais, ce sont les orientations stratégiques présentées hier par le PCR. « Et c’est de cela que dépendra la réussite du projet du président de la République ».


Kanalreunion.com