Actualités

Protégeons la population de la hausse du niveau de la mer

Initiative du groupe de Concertation pour le développement de La Réunion

Témoignages.re / 30 juin 2015

Dans une motion présentée hier, Michèle Caniguy, Anne-Flore Deveaux, Maurice Gironcel et Philippe Robert ont appelé à anticiper les effets d’une nouvelle donnée du réchauffement climatique : la hausse de 6 mètres du niveau des océans. Après lecture hier en assemblée plénière, la motion sera débattue en commission.

JPEG - 53.1 ko
La montée du niveau de la mer rapproche la population du danger.

Une motion qui nous concerne car nous sommes sur une île, ce sont les termes employés en substance par Nassimah Dindar, présidente du Conseil départemental, pour annoncer le dépôt d’une motion relative aux effets du changement climatique par le groupe de Concertation pour le développement de La Réunion. Le texte appelle en effet à tirer les conséquences d’une hausse de 6 mètres du niveau de la mer. C’est en effet ce qui ressort de l’analyse de l’observation des satellites qui survolent les pôles. Il est clair qu’une telle information remet tout en question. Le groupe de Concertation pour le développement de La Réunion a donc pris l’initiative de placer cette question dans les préoccupations de l’assemblée réunionnaise compétente en matière d’action sociale. Ce sont en effet les plus pauvres qui souffrent le plus des effets du changement climatique. Ce sont donc eux qui doivent être les premiers bénéficiaires des mesures de solidarité qui découleront des décisions prises.

6 mètres de plus

Pour présenter la motion, Maurice Gironcel a tout d’abord rappelé la tenue à Paris à la fin de l’année de la Conférence sur le climat, la COP21.

« Se réuniront tous les pays du monde qui tous soulignent l’importance de cette conférence, qui dépasse largement les clivages politiques ». Le conseiller départemental du groupe de Concertation pour le développement de La Réunion ajoute que la dernière révélation d’un groupe d’experts sur la fonte des glaciers « nous commande là aussi que tous ensemble, nous agissions dans le même sens ».
Maurice Gironcel précise également qu’à La Réunion, « les services de l’État mettent en œuvre une large concertation sur le PGRI, le Plan de gestion des risques d’inondation ».

« Notre groupe Concertation pour le développement de La Réunion propose à l’assemblée réunie ce jour d’adopter en urgence la proposition de motion ». Le conseiller départemental indique aussi que ce mardi à la Région, le groupe Alliance présentera la même motion.

Évaluer dès maintenant les conséquences

C’est pourquoi, la motion engage les conseillers départementaux à s’engager concrètement pour la protection de la population face à cette nouvelle menace.
Elle demande donc aux élus de « solliciter l’État pour la réalisation d’une expertise sur les conséquences de la fonte des calottes glaciaires sur le niveau de l’océan Indien, et sur l’évaluation temporelle du phénomène ».

La motion souhaite également que les conseillers départementaux « décident d’engager une étude sur les conséquences d’une élévation du niveau de la mer de l’ordre de 6 mètres, sur l’aménagement et les infrastructures à La Réunion ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • C’est vrai qu’en obligeant l’Etat français à reconnaître officiellement le phénomène de la montée des eaux de la mer et surtout à quantifier ce phénomène permettront aux responsables politiques de solliciter plus facilement son aide pour faire face aux conséquences du phénomène et va peut être l’obliger à prendre des dispositions pour arrêter ce phénomène .

    Mais comme l’Etat français n’est pas le seul concerné le seul concerné par le phénomène du réchauffement climatique la démarche ne risque pas d’aboutir à un résultat phénoménal .

    la menace que crée le réchauffement climatique pour toute la planète est connue depuis longtemps et mobilise la plus part des Etat depuis les années 1970 , mais malgré la confirmation de cette menace année après année , toutes les conférences internationales qui ont été organisées sur ce problème ont échoué lamentablement parce que le monde actuel vit encore sous la loi du chacun pour soi et que le plus fort gagne .

    Il est temps de se rendre compte qu’il faut mettre en place une autorité internationale pour régler ce problème du réchauffement climatique . Si les hommes continuent d’exploiter des combustibles qui produisent des gaz à effet de serre (qu’ils soient fossiles ou pas ) , si les hommes continuent de détruire sans les reconstruire les grandes forets équatoriales qui sont le poumon de la terre, si les hommes ne font rien pour reverdir les grands déserts , et s’ils continuent de se multiplier au rythme actuel le problème va s’aggraver à vitesse exponentielle , et nous continuerons à battre les records de chaleurs déjà enregistrés chaque année .

    On aura beau voter des motions pour demander à l’Etat de désigner des experts pour mesurer l’étendue du phénomène et l’importance de ses conséquence cela ne changera rien . Il faut qu’il y ait une démarche internationale globale pour créer le choc nécessaire dans l’esprit de tous les gouvernants et leur faire prendre conscience qu’au delà des intérêts particuliers de chaque région ou de chaque pays il y a maintenant l’intérêt général de tous les terriens et qu’il faut que chacun s’engage sur un objectif commun et respecte son engagement .

    Il y a certainement un moyen de mobiliser tout le monde en même temps d’ici l’ouverture de la conférence internationale qui doit se tenir en décembre à Paris, Mais je ne sais pas lequel . L’association Awaz a organisé l’an dernier des marches pour sauver la terre dans le monde entier . Beaucoup se sont mobilisés , j’y étais moi aussi , et j’ai porté une pancarte pour sauver la terre lorsque la manifestation a eu lieu à Paris . Il devait bien y avoir 40000 manifestants qui défilaient dans les rues ce jour là à Paris , mais de retour chez moi j’ai ouvert ma télévision pour voir quel était l’écho de cette manifestation . je n’en ai entendu aucun dans aucun des journaux télévisés .

    Il faudrait peut faire ce que l’on fait dans les entreprises quand il y a un grave problème , c’est à dire , se mettre en gréve . si l’humanité toute entière arrêtait de travailler pendant un ou deux jours pour tirer la sonnet d’alarme , ça pourrait peut être marcher . mais il y a tellement de gens qui meurent de faim sur cette terre que le mot d’ordre risque de ne pas être suivi.

    Comment faire bouger l’opinion international sur ce grave problème ? on pourra certes multiplier les motions à l’infini , je crains que cela ne serve pas à grand chose.
    Dans 100 ans , le niveau de la mer aura peut être montée de 6 mètres et dans 200 ans de 20 mètres et dans 500 ans , elle recommencera à baisser parce qu’il va faire tellement chaud sur notre planète que l’eau de tous les océans va probablement s’évaporer . Nous pourrons toujours déposer des motions pour constater le phénomène à ce moment là. Mais il sera trop tard pour changer les choses .
    En tout cas , je ne ferai pas parti de ceux qui n’auront rien essayer pour changer les choses .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com