Actualités

Que de contorsions pour en arriver là !

Témoignages.re / 14 mai 2012

Ça commence toujours pareil : on proclame être toujours communiste … et on finit par lutter contre les communistes. C’est d’un classique !

Rappel : 1997, dissolution de l’Assemblée nationale. Réunion du Comité Central. Paul Vergès estime que, dans la 2e circonscription — conquise par Laurent en 1988, puis, après l’intermède Pota, reconquise par Paul Vergès en 1993, puis conquise de haute lutte par Claude Hoarau en septembre 1996 face à l’appareil d’Ètat soutenant la ministre Margie Sudre — la situation est favorable. Il propose donc au C.C. de demander à Claude Hoarau de partir à la conquête de la 5e circonscription, face à JP Virapoullé et de désigner Huguette Bello dans la 2e. Cette proposition fut alors votée — à deux mains — par Mme Bello. À aucun moment, elle n’a alors accusé le PCR de "renier la priorité au sortant".

La campagne sera conduite par Jean-Yves Langenier, Roland Robert et toutes les forces militantes de la section de Saint-Paul comptant alors plus de 500 membres.

À chaque renouvellement législatif, les maires du Port et de La Possession vont mobiliser toutes leurs forces pour faire réélire Mme Bello.

Après l’annulation de l’élection municipale de 2008, ce seront encore les militants venus de toute l’île qui permettront la réélection de Mme Bello.

Tels sont les faits.

En 2012, le Comité central propose à Mme Bello de faire ce que Claude Hoarau a fait en 1997.
Le C.C. estime que Nicolas Sarkozy sera battu et que la situation sera favorable au gain de cette 7e circonscription (cantons 4 et 5 de Saint-Paul, cantons Trois-Bassins, Avirons, Etang-Salé, Saint-Leu et 1er canton de Saint-Louis).

Refus d’Huguette Bello. Ce refus est appuyé, dit-elle, par la section communiste de Saint-Paul. Après examen, on constate que cette "section" ne compte plus que 27 membres.

Après avoir considérablement amenuisé la section de Saint-Paul, coupable à ses yeux de vouloir être associée à la gestion de la municipalité, prêté la main à la perte de la Région, organisé l’hémorragie des grands électeurs des sénatoriales, aidé les parjures de Sainte-Suzanne — tout cela au nom de l’idéal communiste, bien entendu ! — Mme Bello fonde un parti et, tout au long de son officialisation, n’a qu’une seule cible : le Parti Communiste Réunionnais sans lequel elle n’aurait jamais pu accéder aux mandats qui sont les siens.

Saint-Paulois


Kanalreunion.com