Actualités

Que le débat sur les projets commence à Saint-Paul

À 5 mois des élections, quasiment tous les prétendants sont déclarés

Manuel Marchal / 18 octobre 2013

Pierre Thiébaut, le conseiller municipal communiste de Saint-Paul, et Ary Yee Chong Tchi Kan, candidats aux élections municipales, ont fait un point sur la situation politique dans cette ville de plus de 100.000 habitants. Ils ont aussi lancé le débat sur la garantie d’emprunt accordée par la commune à un bailleur social.

JPEG - 26.2 ko
Hier à l’Espace citoyen de Saint-Paul, Pierre Thiébaut et Ary Yee Chong Tchi Kan demandent que les pauvres prennent le pouvoir.

Ary Yee Chong Tchi Kan a tout d’abord fait un point sur la situation politique à Saint-Paul. Proposé comme tête de liste par le Conseil municipal des pauvres et par la Section PCR de la ville, Ary Yee Chong Tchi Kan constate qu’à 5 mois des municipales, la situation est claire sur le plan des candidatures. Il y a celle de M. Bera, un ancien de l’UMP. Du côté du PS, Jean-Marie Lasson a dit que les socialistes du coin voulaient intégrer la coalition sortante. Ary Yee Chong Tchi Kan a déclaré sa candidature, ainsi que Joseph Sinimalé.

Pour le candidat PCR, le paysage politique ne va pas trop bouger d’ici le mois de mars. Maintenant que les protagonistes sont connus, « profitons des 5 mois qui nous séparent des élections pour lancer le débat ».

Cela passe par une première question : qui sera à la tête de la coalition sortante. En effet, la loi a changé, et la maire ne pourra pas dire qu’elle va rester également députée pendant les six prochaines années. Elle devra choisir un des deux mandats. Les communistes saint-paulois demandent donc que cette question soit tranchée le plus rapidement : qui sera le maire proposé par la coalition sortante ?

Saint-Paul utilisée depuis 54 ans contre le PCR

Ary Yee Chong Tchi Kan situe également la bataille sur un plan historique. « Depuis 54 ans, toutes les équipes à la direction de la commune de Saint-Paul ont combattu le PCR. Entre-temps, les problèmes s’accumulent et s’aggravent ».

Le candidat et le conseiller municipal communistes prennent l’engagement d’être disponibles à 100% pour Saint-Paul. Le premier objectif sera d’éradiquer la grande pauvreté d’ici 2015 à Saint-Paul. Et les résultats d’études publiées récemment montrent la justesse de cette orientation.

Dans des quartiers de Saint-Paul, le taux de chômage dépasse 67%. 20% de la population de cette très grande ville déclare moins de 320 euros de revenu par mois, mais les 10% les plus riches gagnent largement plus de 3.000 euros au minimum. Cela démontre que des Saint-Paulois gagnent 10 fois plus que d’autres Saint-Paulois.

« Que les pauvres prennent le pouvoir », s’exclame Ary Yee Chong Tchi Ka. « Nous avons décidé de prendre le pouvoir et de le rendre à la population, aux pauvres, aux contribuables et aux usagers ». Tous paient, mais ne savent pas comment leur argent est dépensé.

Dans l’immédiat, Ary Yee Chong Tchi Kan et Pierre Thiébaut appellent les parlementaires à voter contre le budget 2014, car le projet en l’état aura d’importantes répercussions à La Réunion. C’est notamment la baisse des dotations aux collectivités.

Ils demandent également pourquoi la commune se sent obligée de garantir à 100% les emprunts de la SEDRE, alors qu’il existe depuis 13 ans un établissement public administratif, la CGLLS, dont c’est un des objets ?

Les communistes souhaitent que cette question fasse partie du débat des municipales.

M.M.

Pourquoi la CGLLS ne garantit-elle pas les prêts d’un bailleur social ?

Ary Yee Chong Tchi Kan et Pierre Thiébaut ont aussi posé le débat de la garantie d’emprunt. À Saint-Paul, la maire demande à la municipalité de garantir à 100% des emprunts faits par la SEDRE, un bailleur social présidé par la maire de Saint-Paul. Une commune doit-elle garantir à 100% les prêts d’un bailleur social alors qu’il existe une institution dont c’est la raison d’être ? Pierre Thiébaut rappelle l’existence de la Caisse de Garantie du Logement Locatif Social, dont l’objet est de « garantir les prêts réglementés accordés par la Caisse des dépôts et consignations aux bailleurs sociaux, en l’absence d’une garantie des collectivités territoriales ».

Le conseiller municipal communiste de Saint-Paul constate que la CGLLS a été créée par une loi votée en 2000, reprise en 2003 et modifiée en 2006. Au moment de ces trois votes, la maire de Saint-Paul fréquentait les bancs de l’Assemblée nationale car elle est députée depuis 1997. Elle ne peut donc pas ignorer que cette caisse existe justement pour éviter la commune de se porter garante d’un prêt contracté par un bailleur social.

Pierre Thiébaut se félicite que « certains nous suivent ». La députée Orphé a rencontré la ministre du Logement, Cécile Duflot, pour lui demander de réviser le système de la garantie d’emprunt. Les communistes de Saint-Paul demandent donc à la députée-maire d’appuyer la démarche de sa collègue, afin de tirer une épine du pied des collectivités réunionnaises. Car aujourd’hui, en cas de défaillance du bailleur social, c’est au contribuable de Saint-Paul de payer à 100% si la commune est garante de 100% de l’emprunt. Des sommes considérables doivent donc être provisionnées, or la durée de remboursement s’étale sur 40 à 50 ans. Qui sait où en sera la SEDRE dans 50 ans ?

Les deux communistes rappellent que la commune a dû consentir une avance de trésorerie de 1,9 million d’euros à la SEDRE, à cause des « difficultés rencontrées par la SEDRE pour mobiliser un emprunt auprès des financeurs ».


Kanalreunion.com