Actualités

« Que nos 7 députés se mettent au travail, sérieusement ! »

Fondation de la Fraternité Réunionnaise

Témoignages.re / 22 novembre 2012

Quand Raymond Vergès et Léon de Lépervanche sont élus députés le 21 octobre 1945, quatre mois plus tard ils obtiennent de l’Assemblée nationale le vote de l’abolition du statut colonial. Depuis 4 mois qu’ils sont élus, les 7 députés de La Réunion sont très loin d’avoir proposé ne serait-ce qu’une loi. La Fondation de la Fraternité Réunionnaise leur demande donc de se mettre au travail, afin que dans 4 mois notre pays puisse bénéficier d’une loi de rupture historique pour préparer La Réunion du million d’habitants.

JPEG - 35.5 ko

C’est au nom de la Fondation Fraternité Réunionnaise, un collectif de réflexion qu’il anime avec d’autres personnes, que Ary Yee Chong Tchi Kan s’est adressé à la presse. L’objectif était d’interpeler les 7 députés sur l’urgence de préparer une loi fondamentale conformément aux attentes ouvertes par les dernières élections : « le changement, maintenant ». Il fit la comparaison avec le travail de Raymond Vergès et Léon de Lépervanche, en 1945 et 1946. Il n’y avait alors que 2 députés de La Réunion, ils ont réussi à faire voter une loi de rupture historique, en 4 mois.

Luttons contre l’ignorance politique

Dans une note remise à la presse, Ary Yee Chong Tchi Kan explique l’initiative en ces termes.

« Vous connaissez le travail que je mène avec d’autres personnes sur l’importance du vote du 21 octobre 1945 à laquelle j’ai déjà consacré 2 conférences publiques, en 2009 (Saint-Denis) et 2012 (Saint-Gilles). En effet, sans ce vote qui désigna Raymond Vergès et Léon de Lepervanche, il n’y aurait pas eu de 19 mars 1946, même si, par la suite, le texte de la loi a été violé, notamment l’article 3 qui stipulait qu’au plus tard le 1er janvier 1947 toutes les lois devaient être alignées en outremer.

Le mois dernier, le 21 octobre 2012, nous avons évoqué « une transition démocratique inachevée » et « l’urgente nécessité d’une rupture historique pour accueillir 1 million d’habitants » .

L’idée fut prise de réaliser une maison de la Fraternité et sortir les gens de l’ignorance politique pour qu’ils deviennent de vrais acteurs de leur propre changement.

La lettre d’interpellation que nous publions fait partie de ce travail d’éducation populaire en politique » .

« Le combat de notre génération »

À l’occasion de cette rencontre avec la presse, Ary Yee Chong Tchi Kan était accompagné de 2 jeunes qui avaient assisté à la conférence publique de Saint-Gilles, le mois dernier. Ils sont venus témoigner de leur intérêt à oeuvrer pour que la jeunesse réunionnaise prenne sa responsabilité dans le combat pour la Fraternité pour que personne ne reste sur le bord du chemin. « C’est le combat de notre génération. » , ont-ils souligné.

JPEG - 26.8 ko


Quand Raymond Vergès et Léon de Lépervanche ont été élus députés, ils se sont mis immédiatement au travail et 4 mois plus tard, ils ont obtenu de l’Assemblée nationale l’adoption de la loi qui abolissait le statut colonial et qui donnait l’égalité aux Réunionnais. Les 7 députés, tous membres de la majorité, seront-ils à la hauteur de la responsabilité de nos aînés ?

« Les 7 députés peuvent-ils rattraper leur retard ? »

Voici le texte d’interpellation des 7 députés.

« Madame, Monsieur,

Réunionnaise, Réunionnais,

Cher compatriote,

Le 17 juin 2012, 7 députés (3 femmes et 4 hommes) ont été élus pour arracher « le changement, maintenant ».

Le 17 novembre est passé ; 4 mois se sont écoulés.

4 mois : cela signifie quoi ?

Pour les 7 députés, ils l’ont dit depuis le jour de leur élection : que du bonheur !

Pour la majorité d’entre nous : une longue attente et toujours rien.

C’est surtout une perte de temps considérable.

Nos aînés se souviennent que le 21 octobre 1945, ils avaient voté pour 2 Députés : Raymond Vergès et Léon de Lepervanche.

Sitôt élus, ils sont partis en France dans des conditions de confort qui n’avaient rien à voir avec les avantages d’aujourd’hui.

Ils se sont mis, sérieusement, au travail et, le 19 mars 1946, leur projet de loi fut voté, à l’unanimité. Une loi de changement global, simple et d’application immédiate. Une loi de rupture avec le régime politique du moment.

Il leur a suffi de 4 mois, seulement.

Les 7 députés peuvent-ils rattraper leur retard ?

Ils ont 4 mois, d’ici au 19 mars 2013. Toute affaire cessante, les 7 députés doivent se réunir et se partager le travail. À 7 personnes, un projet de loi peut être préparé et déposé fin décembre-début janvier, les débats se dérouler en février, l’adoption définitive de la loi avoir lieu en mars. Ils ont tous les moyens de confort, de revenu et de personnel adéquat. Ils ont du temps. Ils sont tous membres de la majorité présidentielle.

Comme en 1946, le texte doit être simple, d’application immédiate afin de soulager les personnes et entreprises en grandes difficultés ; Un texte qui prépare l’accueil, sous le signe de la Fraternité Réunionnaise, d’un million d’habitants dans les 15 prochaines années. Personne ne doit rester sur le bord du chemin du progrès. Le bonheur doit être partagé.

Un suivi citoyen en temps réel.

Comme personne ne peut suspecter les 7 députés Réunionnais d’être moins intelligents que nos 2 aînés, gageons qu’ils vont communiquer leur agenda, ce qui permettra aux citoyens de suivre l’avancée des travaux. Quant à notre collectif, nous ne manquerons pas de faire le point régulièrement sur ce grand chantier politique.

Le compte à rebours peut commencer ».

Ary Yee Chong Tchi Kan

Fondation Fraternité Réunionnaise

www.reconciliaonetfraternite.re


Kanalreunion.com