Actualités

Qui veut faire tomber le président de l’UMP-Réunion ?

À trois jours des cantonales

Manuel Marchal / 17 mars 2011

Étrange coïncidence : le jour de l’ouverture du procès impliquant le président de l’UMP, Didier Robert s’est déplacé en personne à une réunion du SCOT Grand-Sud pour défendre une position opposée à celle de Michel Fontaine. Ce fait n’a pas fini d’être commenté.

Lors de la présentation des candidats soutenus par Didier Robert pour ces cantonales, certains médias n’ont pas hésité à travestir la vérité en affirmant que le président de la Région avait réussi, fait sans précédent, à rassembler la totalité de son camp politique sous la bannière de La Réunion en confiance. Mais en réalité, jamais la droite réunionnaise n’est apparue aussi divisée.
Cette division éclate au sommet depuis le début de la semaine, avec l’affrontement entre Didier Robert et Michel Fontaine, président de l’UMP-Réunion.
Lundi, jour de l’ouverture des débats au tribunal de Saint-Pierre, un autre débat avait lieu dans le Sud. Il concernait le SCOT Grand-Sud. Nouvelle tellement exceptionnelle pour que les médias l’aient signalée, Didier Robert y a assisté en personne, en tant que président de la CASud. Ce qui veut dire que le président de Région, premier adjoint du Tampon, parlementaire en mission et PDG de la SPLA Maraïna entre autres a daigné bousculer son emploi du temps surchargé de cumulard pour traiter ce dossier.
Et lors de cette réunion, le chef de la campagne de l’UMP aux cantonales s’est opposé publiquement à une décision du président de l’UMP-Réunion. Or ce dernier ne pouvait pas assister à cette rencontre, car retenu par son procès au tribunal de Saint-Pierre.
Didier Robert a donc voulu utiliser ce moment pour prendre l’ascendant sur Michel Fontaine. Ceci démontre donc l’ampleur de la division de l’UMP à La Réunion, et amène à se demander qui a le plus intérêt à faire tomber Michel Fontaine.

M.M.


Kanalreunion.com