Actualités

Ralliements massifs pour François Hollande

Campagne du deuxième tour en France

Céline Tabou / 25 avril 2012

Désireux de « battre Nicolas Sarkozy », syndicalistes, responsables et militants du Modem, du Front de gauche et d’Europe Ecologie Les Verts ont annoncé leur soutien à François Hollande pour le second tour de l’élection présidentielle.

Battre Nicolas Sarkozy et sa politique est le mot d’ordre de tous les partis politiques à gauche mais également à droite, avec les ralliements passés et actuels. Tous souhaitent le changement et appellent à voter François Hollande, le 6 mai.

Les syndicalistes se rallient

Selon un sondage Harris Interactive réalisé pour "Liaisons sociales quotidien", et cité par "Le Figaro", François Hollande a convaincu 43% des salariés affiliés à un syndicat, soit 14 points de plus que son score national. Il a séduit 56% des sympathisants de la CFDT, 49% de l’Unsa, 44% de la CGT, 35% de Solidaires (SUD) et 28% de FO.
La CGT a appelé à « battre Nicolas Sarkozy » au second tour de la présidentielle le 6 mai. Dans un communiqué, la CGT estime que « c’est contribuer à créer un contexte plus favorable aux revendications et au progrès social qui nécessiteront toujours des mobilisations syndicales ». Pour la CGT, « au vu du bilan et des projets du Président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux inspirés des exigences patronales ».

Des élus du Modem soutiennent François Hollande

Une quarantaine d’élus MoDem ont annoncé lundi 23 avril leur intention de voter François Hollande au second tour. Oliver Henno, membre de l’exécutif du MoDem et premier président de la communauté urbaine de Lille Métropole aux côtés de Martine Aubry, a expliqué lors d’un point presse : « notre volonté est de participer, d’être acteur du changement qu’il revient désormais à François Hollande d’incarner dans une majorité nouvelle ».
Fustigeant « la droite de Nicolas Sarkozy (qui, ndlr) a pris trois virages idéologiques qui l’ont éloignée du centre : l’ultralibéralisme et le culte de l’argent, l’atlantisme et un populisme de droite », les élus ont décidé d’appeler à voter François Hollande. Parce que : « nous partageons avec François Hollande la défense du pluralisme en politique, de l’indépendance de la justice, des équilibres budgétaires, de l’Europe fédérale, de la décentralisation et de la solidarité ».
A droite, la chiraquienne Dominique Versini a confirmé son vote pour le candidat socialiste, soulignant l’importance « de faire barrage aux dérives droitières qui ont conduit à une montée inquiétante du Front national ». Dans un communiqué, cette dernière a expliqué que « François Hollande est aujourd’hui le seul candidat en capacité de rassembler les Français au-delà des idéologies, de préserver le pacte social qui fonde la République, de protéger les plus vulnérables de nos concitoyens ainsi que les droits fondamentaux de tous ».

A gauche, le rassemblement commence

Jean-Luc Mélenchon (11,7%) et Eva Joly (2,3%) ont clairement appelé les Français à voter pour François Hollande au second tour de l’élection présidentielle. Lors de son discours place Stalingrad à Paris, lundi 23 avril, le candidat du Front de gauche a invité ses partisans à « battre Monsieur Sarkozy en utilisant le seul bulletin qui se trouve à notre disposition ».
De son côté, la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts a appelé ses militants « à tout faire pour que notre pays sorte enfin du sarkozysme, en se rassemblant autour de la candidature de François Hollande, qui doit désormais porter toutes les couleurs de la gauche et des écologistes. »
Philippe Poutou n’a pas appelé à voter Hollande, mais à combattre à Sarkozy. Le candidat du NPA a déclaré : « nous le disons clairement, il faut dégager Sarkozy et toute sa bande en votant contre lui. Mais cela ne signifie pas un quelconque soutien à la politique de François Hollande ». La candidate de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud a décidé de laisser ses électeurs voter « selon leur conscience ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com