Actualités

Rassemblement pour une grande victoire dimanche à La Réunion

Second tour des municipales

Manuel Marchal / 28 mars 2014

Ce dimanche, la responsabilité des électeurs est très importante. Ils ont la possibilité de faire avancer leur cause par un vote de résistance soutenant les listes du PCR.

JPEG - 79.6 ko
Au Port, ambiance très chaleureuse lors du meeting de Henry Hippolyte soutenu par Thierry Robert. Le rassemblement s’élargit pour une grande victoire dimanche. (photo A.D.)

Au soir du premier tour, la lecture des résultats avait permis de tirer trois conclusions. La première, c’est l’impact de la politique du gouvernement. Elle s’est vérifiée à La Réunion. Sur 7 députés, 4 étaient candidats têtes de liste aux municipales. Parmi eux, un seul a voté contre le budget 2014. C’est le seul à avoir vu son score progresser depuis les législatives. Pour les 4 autres députés, c’est la dégringolade. Seul Patrick Lebreton a pu assurer sa réélection en perdant plus de 20 points au passage. Jean-Jacques Vlody a déjà perdu, même s’il se maintient au second tour. Huguette Bello est en ballotage défavorable, elle est derrière Joseph Sinimalé. Jean-Claude Fruteau est en position plus confortable, son principal adversaire sera un membre de PLR, le parti de Mme Bello.

La double division

Le second enseignement avait été la conséquence de la double division des forces de progrès. En 2008, les communistes et les socialistes ont mené des combats communs. Cela a permis la victoire dans de nombreuses communes. Les villes de Saint-André et de Saint-Paul retrouvaient des maires communistes, 50 ans après avoir été arrachés au PC par la fraude électorale.

Saint-Benoît, Saint-Louis et Saint-Denis étaient reconquises un mandat après avoir été perdues. À La Possession, à Sainte-Suzanne et au Port, le PCR réussissait à gagner dès le premier tour ; ainsi que le PS à Saint-Joseph.

Un mandat de maire plus tard, le paysage politique a été bouleversé par une décision du PS en 2010. Ce parti a choisi de maintenir sa liste au second tour des régionales, ce qui a fait perdre l’Alliance. À Saint-Paul, la maire élue grâce aux voix des communistes n’avait pas été jusqu’à soutenir officiellement l’UMP, mais elle avait pris position contre l’Alliance entre les deux tours.

Les reculs du premier tour

La seconde division a eu lieu avant et après les législatives. Huguette Bello décide en effet d’aller au bout de sa démarche, et elle crée son propre parti avant le scrutin. Du côté du PS, la scission se fait jour après ce scrutin qui lui a pourtant bien réussi. C’est la création du Progrès, avec comme chef de file Patrick Lebreton.

Cette double division s’est ressentie dans les résultats. Elle a permis un retour inattendu de Jean-Paul Virapoullé à Saint-André, premier dimanche dernier. Elle a facilité la réélection dès le premier tour de plusieurs maires sortants, dont celui de Saint-Pierre. La double division a placé les forces de progrès en mauvaise posture à Saint-Louis, à Saint-André, et elle a empêché la réélection dès le premier tour de la liste d’union Jean-Claude Fruteau à Saint-Benoît, et des listes conduites par le PCR à Sainte-Suzanne, à La Possession et au Port.

PLR au bord de l’effondrement

Dimanche dernier avait vu aussi le recul important d’un parti issu de cette division, le PLR. Sa présidente est donnée battue dans un ballotage très difficile à Saint-Paul, car elle n’a reçu aucun nouveau soutien. À La Possession, son candidat a fusionné avec une liste devancée de plusieurs points par Roland Robert. Ce dernier a bénéficié d’un nouveau soutien, Thierry Robert. Au Port, le candidat PLR a devancé de justesse la liste PCR, mais lui non plus ne bénéficie d’aucun nouveau soutien, à la différence de la liste conduite par le Parti communiste. Jeudi soir au Port, Thierry Robert a appelé à amplifier la victoire de Loulou dimanche.

Car depuis dimanche soir et l’échec de Huguette Bello au premier tour, la dynamique de PLR s’est cassée. À Sainte-Suzanne, PLR a fusionné avec l’UMP pour entretenir l’illusion. À Saint-Paul, la présidente de PLR n’a comme seul argument que l’exhumation un rapport du siècle dernier pour critiquer son adversaire. Au Port, le PLR ressort les vielles méthodes pour essayer de faire monter la tension.

Aggravation du chômage

Les résultats du premier tour ont accentué la dynamique autour du PCR. Et plusieurs informations ont confirmé l’importance d’un vote de résistance dimanche.
La plus importante est l’augmentation du chômage. 170.000 Réunionnais sont inscrits à Pôle emploi, ils n’ont jamais été aussi nombreux. Une autre est l’annonce que le gouvernement dit prendre en compte le mécontentement exprimé dans les urnes.
La responsabilité des électeurs de dimanche est écrasante. Car ils ont la possibilité d’amplifier le message du premier tour. C’est une condition essentielle pour préserver la possibilité d’un avenir meilleur.


Kanalreunion.com