Actualités

RAVENAL ouvre La Réunion sur le monde

Une liaison internationale qui n’est pas entre les mains d’un monopole parisien

Témoignages.re / 21 avril 2011

Le 24 février 2010, la Commission permanente de la Région alors présidée par Paul Vergès avait voté le soutien au projet RAVENAL. Ce câble destiné à connecter notre île aux câbles EASSY et SEACOM apportera à notre pays les moyens de son désenclavement numérique afin de ne plus seulement dépendre du SAFE et de LION, tous deux piloté par l’ancien monopole. Voici l’explication de cette stratégie.

« L’un des objectifs de la Région Réunion est de parvenir à un désenclavement, notamment numérique. C’est dans cet esprit qu’elle a fait le nécessaire pour que le câble SAFE desserve La Réunion et soit un équipement structurant à partir duquel les Réunionnais puissent se connecter à l’extérieur.
Puis la Région a réalisé le réseau G@zelle, alternative au réseau de l’opérateur historique, permettant de relier tous les Réunionnais, zones isolées comprises.
Ces deux initiatives de la Région ont donc eu pour conséquences de provoquer l’arrivée de nouveaux opérateurs, ce qui a également permis la baisse des coûts.
Aujourd’hui, au vu de l’évolution technologique, de l’accroissement tant du nombre de connexions que de la demande de puissance, il convient de multiplier les possibilités de raccordement de La Réunion à l’extérieur. Il s’agit donc de franchir un nouveau pas dans la « continuité territoriale numérique » entre La Réunion et la France métropolitaine/l’Europe/le monde.
Il existe donc aujourd’hui un câble international sur lequel est branchée La Réunion (SAFE). Il existe également deux autres câbles, EASSY et SEACOM, passant au large de Madagascar, câbles auxquels La Réunion n’est pas connectée. Enfin, il existe le câble LION, qui relie La Réunion à la côte Est de Madagascar, mais qui n’est pas relié à l’international.
Le rapport de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a identifié les câbles sous-marins comme étant des goulets d’étranglement expliquant le surcoût des tarifs internet. Pour faire baisser le coût et supprimer ces goulets d’étranglement, l’ARCEP a, entre autres préconisations, suggéré de mutualiser l’achat de capacité (c’est-à-dire de faire des achats de capacité groupés).
Le projet RAVENAL, lancé par la Région Réunion en 2008, avait donc anticipé sur les préconisations de l’ARCEP.
C’est la poursuite de ce projet que la Commission permanente du Conseil régional a approuvé ce matin (hier-NDLR) (4 voix se sont prononcées contre). Il s’agit maintenant de lancer un appel d’offres par voie de dialogue compétitif, pour recueillir les propositions d’achats groupés que pourraient faire des opérateurs. Ceux-ci feront leurs offres de capacités supplémentaires par voie de câble existant ou nouveau, pour relier La Réunion à l’international.
Ces capacités devront être susceptibles de répondre aux besoins nouveaux, d’offrir la possibilité d’arriver à un vrai haut débit pour tous, et à des coûts moins élevés.
RAVENAL, comme SAFE, devrait créer les conditions pour une diversification de l’offre, ce qui ne peut que bénéficier aux usagers ».


Kanalreunion.com