Actualités

« Redécoupage cantonal : une régression pour la politique de proximité »

Association des communes rurales 974

Témoignages.re / 3 décembre 2013

Suite à la publication dans la presse d’un projet de nouveaux cantons à La Réunion, l’Association communes rurales 974 fait part de son désaccord avec la version présentée. L’ACR974 regroupe Sainte-Rose, Saint-Philippe, Salazie, l’Entre-Deux, Cilaos, La Plaine des Palmistes, Trois-Bassins, les Avirons, Bras-Panon, Petite-Île et L’Étang-Salé. Voici son communiqué :

JPEG - 88.1 ko
Les petites communes se demandent si elles pourront encore se faire entendre après le renouvellement du Conseil général.

« Dans son volet sur les élections départementales, l’acte III de la décentralisation prévoit un redécoupage cantonal sur des critères essentiellement démographiques.

Derrière cet argument apparemment en faveur de la représentativité de nos électeurs, se cache un véritable bouleversement pour la politique de proximité dans les petites communes.

Après les métropoles en France, le redécoupage cantonal est un rude coup porté au monde rural, fortement défavorisé par la réforme.

Les communes rurales représentent 40% du territoire de La Réunion. 12 communes sur 24 ont moins de 12.000 habitants.

Avec des cantons de 25.000 habitants en moyenne, les petites communes sont clairement isolées en termes de représentativité.

Pour exemple, l’Entre-Deux, Cilaos et La Rivière représenteraient un seul et même canton.

Deux élus seulement pour représenter ces territoires, à l’heure où la population a le plus besoin des politiques de solidarité du Conseil général.

La compétence principale du Conseil général, c’est la solidarité. De quelle solidarité fait-on preuve en coupant les élus de la base électorale ?

Quelle gestion de l’espace sur des territoires aussi hétérogènes ? Quelle qualité de service public sur les territoires ?

C’est un véritable retour en arrière auquel nous assistons à travers cette réforme. Une loi sur la décentralisation, en vérité une recentralisation qui ne dit pas son nom !

Deux élus sur un même canton, c’est aussi une seule et même sensibilité politique sur le même territoire : quelle représentativité du pluralisme ?

A l’heure où la démocratie locale est en plein essor, cette loi est une régression de la défense des intérêts et des opinions de nos citoyens. »


Kanalreunion.com