Actualités

Renforçons le rempart contre la casse sociale

Ouverture de la campagne officielle des cantonales

Manuel Marchal / 7 mars 2011

La campagne électorale est officiellement ouverte. La marque significative de ces élections à La Réunion, c’est l’utilisation des emplois-aidés de la Région. L’autre événement, c’est l’implication de la présidente du Conseil général dans la campagne et l’enthousiasme autour des candidats qui élargiront la majorité du Département.

À 14 mois de la présidentielle, l’UMP a placé les élections cantonales dans la perspective de l’élection du prochain chef de l’État. Le dernier remaniement en est l’illustration, avec un verrouillage marqué de Claude Guéant, un très proche de Nicolas Sarkozy, au ministère de l’Intérieur, et celle de Brice Hortefeux dans un rôle de conseiller de l’Élysée.
Ces élections cantonales sont donc d’une importance capitale, et une défaite sérieuse de Nicolas Sarkozy et de ses soutiens placera les forces du changement dans une dynamique de victoire.
Mais c’est un coup de tonnerre qui ouvre la campagne officielle des cantonales. Un sondage publié en France donne le Front national gagnant du premier tour de la présidentielle. Ce résultat est la conséquence d’une politique menée à Paris. Ce ne sont que des actions de communication, sans aucun résultat pour l’amélioration de la situation d’une population touchée par la pire crise depuis celle de 1929.

Le scandale des emplois verts de la Région

À La Réunion, c’est la même politique qui est appliquée, mais les conséquences sont encore plus graves. La communication de la Région ne suffit pas à masquer l’essentiel : la casse des projets et l’aggravation du chômage. Le nombre de demandeurs d’emploi frôle 150.000, et tout ce qui pouvait permettre à La Réunion de se développer a été mis à terre. La démolition orchestrée par Didier Robert à la Région a mis au chômage des milliers de travailleurs, et a augmenté considérablement le nombre de chômeurs de longue durée, c’est-à-dire ceux qui survivent avec un minimum social.
C’est là qu’éclate le scandale des emplois verts de la Région. Il s’avère que des associations crées après les régionales sont abondamment subventionnées par l’argent de la Région pour payer des emplois verts. Ces derniers sont recrutés et n’ont rien d’autre à faire que partir tout de suite en congés car leur employeur n’a aucun travail à leur donner. La publication dans la presse de photos d’emplois verts attendant pendant des heures sous un viaduc que leur patron vienne leur dire ce qu’ils doivent faire a encore amplifié le scandale qui est désormais de nature à troubler l’ordre public. Face à cette atteinte à dignité du travailleur réunionnais, et devant l’émoi s’emparant de la population, le Parti communiste réunionnais a écrit au ministre de la Justice sur ces faits qui ramènent La Réunion à l’époque de Perreau-Pradier. Le PCR demande au Gard des Sceaux d’enquêter.
Cette immixtion de la Région dans la campagne constitue une grande nouveauté. C’est d’ailleurs le président de cette collectivité qui dirige la campagne. Il a choisi les candidats et a fait valider sa liste par Paris.

L’implication de la présidente du Département

Dans ces élections cantonales, l’événement est l’enthousiasme suscité par l’implication de la présidente du Conseil général dans la campagne. Elle était vendredi à Sainte-Suzanne lors du meeting de lancement de la campagne de Daniel Alamélou, et hier sur le plateau d’Antenne Réunion, Nassimah Dindar a souligné l’importance de défendre la cause des Réunionnais avant tout. Elle a également rappelé que le Conseil général se mobilise pour atténuer les effets de la casse sociale. Face au rouleau compresseur de la casse sociale, le Département est un rempart.
Cette dynamique se retrouve dans les meetings de lancement de campagne. Partout dans l’île, c’est l’espoir de la victoire dans deux semaines pour préparer le changement au sommet de l’État dans 14 mois.

M.M.


Kanalreunion.com