Actualités

Renouveler la plus ancienne zone d’activité du port

Valoriser du foncier pour les entreprises

Céline Tabou / 19 mai 2010

A l’occasion d’une conférence de presse hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie de La Réunion, son Président, Eric Magamootoo, accompagné de Violette Debenay, Directrice du département Développement Durable, Alain Gaudin, Président de la Commission Ports, et Layla Dassaï, Chargée de mission aménagement, Direction des services économiques, ont présenté le projet "ZA1 Port Réunion".

L’objectif est de rénover et moderniser l’ancienne Zone Industrielle et Commerciale n°1 du Port, créée en 1960. Il s’agit de « requalifier et moderniser la zone dans son environnement urbain et portuaire », a indiqué Eric Magamootoo. Dans le respect de l’environnement, le projet de la CCIR entre dans une politique et stratégie de développement.
Selon la CCIR, les industriels doivent pouvoir s’implanter à La Réunion sans avoir à payer des prix exorbitants (+100 euros/mètres carrés). Le but est d’accompagner les entreprises « dans leur projet de développement », et de « mettre en œuvre une politique de services qualitatifs aux entreprises et à leurs salariés ». De plus, la restauration de cette zone d’activités va répondre aux attentes des entreprises qui souhaitent se rapprocher du Port, afin de diminuer le coût des transports.
Alain Gaudin indique que cette zone d’activités est un « cordon ombilical » entre le Port Est et le Port Ouest, de plus, « il est important d’avoir une zone artisanale proche de la ville ». En effet, cette nouvelle ZA entrera dans la politique communale de "Ville et Port". L’idée est de créer une zone économique et urbaine dynamique, pour relancer l’économie de la ville du Port, mais aussi celle de l’île.

Un pôle de soutien offert aux entreprises

Eric Magamootoo rappelle que la réalisation de ce projet permettra la création de 1.870 emplois directs. La ZA sera également le « vivier économique de l’île, et un équipement majeur ». L’ampleur de ce projet est novateur dans une période de crise, mais il ne pourrait pas voir le jour si la Région et l’État n’y participaient pas financièrement.
Ce projet vise à valoriser du foncier pour les entreprises, dans la commune la plus petite en superficie de La Réunion. Mais fort heureusement, la spéculation n’y a pas fait des ravages comme ailleurs. Parce que la ville aura besoin de loger, d’ici 20 ans, plus de 40.000 habitants, la politique communale a permis de sortir la spéculation du marché du logement.
La chargée de mission explique qu’il est nécessaire de « mettre en place un partenariat concerté entre le public et le privé pour la définition des besoins et des perspectives ». De ce fait, l’engagement de la mairie dans ce projet montre l’importance de la reconstruction de la Zone d’Activités.

Céline Tabou



Kanalreunion.com