Actualités

Répondre aux attentes des Réunionnais

Parti Communiste Réunionnais et la visite du Secrétaire d’État chargé de la Fonction publique

Témoignages.re / 24 août 2010

Dans un communiqué diffusé hier, le Parti communiste réunionnais rappelle le contexte de la visite de Georges Tron, secrétaire d’État chargé de la Fonction publique, à La Réunion. Le PCR demande au membre du gouvernement de clarifier la situation sur 5 dossiers : les suppressions de postes, les revenus, les non-titulaires de la fonction publique territoriale, l’accès prioritaire des jeunes Réunionnais aux postes dans la fonction publique et l’application de la réforme des retraites à La Réunion.

« Après Luc Chatel, un autre membre du gouvernement, le Secrétaire d’État chargé de la fonction publique, Georges Tron se rend à La Réunion, cette fois pour un séjour de 48 heures. Au-delà du caractère politique de ces visites qui n’échappe à personne, les Réunionnais sont en droit d’attendre des réponses du Ministre à leurs préoccupations.

Le poids de la fonction publique dans l’économie et la société réunionnaises est considérable : au 31 décembre 2007, la fonction publique représentait 57.228 emplois sur 232.380 emplois, dont 25.548 de la fonction publique d’État, 6.801 de la fonction publique hospitalière, et 24.879 de la fonction publique territoriale. À cela s’ajoutent les emplois aidés qui dans les collectivités et particulièrement dans les communes, sont au nombre de 10.914. Les services administrés représentent 35,3% de la valeur ajoutée du PIB. Les flux financiers drainés par la fonction publique irriguent toute l’économie. Du fait des créations annuelles de postes et du système de rémunération, ces flux augmentent chaque année.
Aussi, toute décision touchant la fonction publique a un impact direct sur l’économie et la société réunionnaises.

Les réponses qu’apportera le Ministre aux questions suivantes sont donc attendues avec beaucoup d’intérêt :

1) du fait de la nécessité de créations de postes découlant de la progression démographique et du rattrapage des retards, La Réunion sera-t-elle préservée de la mesure nationale de non-remplacement d’un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite ?

2) Au moment où sont annoncés le gel des traitements de la fonction publique dans le cadre du projet de la loi de finances 2011 et la recherche d’économie dans tous les secteurs, et dans le prolongement des débats récurrents en commission des finances de l’Assemblée Nationale et du Sénat, le gouvernement envisage-t-il de toucher sans débattre au système des majorations spécifiques des rémunérations de la fonction publique outre-mer ?

3) Considérant le principe d’égalité des fonctions publiques d’État et territoriales, quelles dispositions le gouvernement envisage-t-il de prendre pour aider les collectivités à régler le problème des agents non titulaires ? Il s’agit de mettre fin à l’inégalité actuelle qui frappe en particulier les « journaliers » communaux dont la situation atypique de précarité au sein de la fonction publique communale dure depuis plus d’un demi-siècle.

4) Du fait de la gravité de la situation de l’emploi à La Réunion caractérisée par un taux de chômage avoisinant les 30%, et étant donné que la fonction publique demeure un secteur dynamique en terme de créations d’emplois, notamment dans l’éducation nationale, le gouvernement est-il prêt à prendre des dispositions dérogatoires pour faciliter l’accès prioritaire des jeunes Réunionnaises et Réunionnais diplômés à ces postes, dans l’esprit des principes énoncés par le Président de la République lors du conseil interministériel de l’outre-mer et dans le cadre du droit constitutionnel à l’expérimentation ?

5) Comment le gouvernement envisage-t-il l’application de la réforme des retraites à La Réunion, compte tenu des spécificités de notre situation marquée notamment par de grandes disparités, l’ampleur du chômage et la précarité ?

Nous réaffirmons la nécessité de prendre en compte toutes les spécificités de la situation réunionnaise caractérisée par de criantes inégalités et qu’aucune solution ne peut être apportée sans être globale et concertée. C’est pourquoi nous réitérons la demande que nous avons exprimée auprès du Premier ministre, d’envoi d’une mission d’expertise sur la situation sociale à La Réunion.

De l’intervention des réponses à ces questions découlera l’utilité ou non de cette visite ».


Kanalreunion.com