Actualités

« Répondre aux exigences sociales de notre pays »

Rassemblement du Parti communiste réunionnais : le bilan du Conseil interministériel sur l’Outre-mer

Témoignages.re / 23 novembre 2009

Les annonces du Conseil interministériel et celles du discours du président de la République ne sont pas satisfaisantes pour le PCR. Beaucoup de points restent à préciser, indique le secrétaire général de l’organisation, Élie Hoarau.

Élie Hoarau commence son intervention par un message de solidarité à l’attention de Roland Robert, « face aux attaques injustes dont il est victime ». Ce 22 novembre termine une série de manifestations pour les 50 ans du PCR, et le PCR a su faire face à ses responsabilités, indique le secrétaire général du PCR.
Élie Hoarau revient sur une année riche en événements. C’est un double constat unanimement partagé : la situation sociale s’aggrave et continue à s’aggraver ; les solutions mises en œuvre jusqu’à présent atteignent leur limites.
Le PCR a fait des propositions dans le cadre des États généraux. Cette concertation a débouché sur un Conseil interministériel. « Nous considérons que les propositions du Conseil interministériel et le discours de Nicolas Sarkozy ne peuvent pas nous satisfaire », indique le secrétaire général du PCR. « Même si le discours du président de la République a affirmé des principes que nous avons toujours proclamé, il doit être plus précis ». Cela concerne notamment la place des jeunes. Et pour l’autonomie énergétique, le co-développement, il faut aller au-delà des proclamations.
« Avant toute chose, nous devons répondre aux exigences sociales de notre pays », ajoute Élie Hoarau : l’emploi, le logement et la vie chère.
Il précise également que « l’affirmation et le respect de l’identité culturelle sont la clé de voûte du développement durable de La Réunion », et il réaffirme le soutien du PCR au projet de Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, un outil pour être paré à affronter les enjeux du développement durable.
Élie Hoarau souligne aussi l’importance d’une évolution de la gouvernance, pour que les Réunionnais aient davantage de responsabilités dans leur pays.
L’essentiel est un projet partagé par le plus grand nombre, poursuit le dirigeant du PCR, ce qui signifie faire appel à un large champ de compétences, et être plus que jamais dans la démarche du rassemblement.
Le secrétaire général du PCR conclut son intervention en appelant à « faire notre mot d’ordre celui de l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion : "une personne, un mandat, une indemnité" ».


Kanalreunion.com