Actualités

Report de la rentrée scolaire : solidarité avec les autres maires

Claude Hoarau apporte un élément dans le débat de la surrémunération

Céline Tabou / 16 août 2012

À l’occasion d’une conférence de presse, le maire de Saint-Louis, Claude Hoarau est revenu sur le report de la rentrée scolaire, suite à l’annonce faite par l’Association des Maires du Département de La Réunion, et la question des contrats aidés. Il a également avancé un nouvel élément dans le débat sur la surrémunération.

À 100 jours de la nomination de François Hollande à la présidence de la République, Claude Hoarau a souligné qu’il « était beaucoup demandé à l’administration d’avoir à régler tous les problèmes en 100 jours pour nous ». Ce dernier a également évoqué le projet de création de la 25e commune : la Rivière.
L’Année des écoles décrétée par la ville de Saint-Louis cette année débute difficilement, en effet en signe de solidarité avec les maires de l’île, Claude Hoarau a affirmé son soutien à l’AMDR et annoncé que la rentrée scolaire dans les maternelles et primaires ne se fera pas.

Solidarité envers les maires de La Réunion

« Je veux faire entendre une autre voix que je n’ai pas entendue dans le concert des élus », a précisé Claude Hoarau à la problématique des contrats aidés. En effet, ce dernier a expliqué que lors du gouvernement de François Fillon, « 18.520 contrats aidés avaient été attribués à La Réunion. Ceux-ci concernent les contrats du pôle Emploi, les contrats de l’état et les contrats des collectivités (Conseils régional et général) ». Le premier magistrat de Saint-Louis a indiqué qu’au « premier semestre, nous avons consommé 11.950 contrats aidés soit 64,5%. Protestation du gouvernement qui avait déclaré que La Réunion ne consommait pas tous ses contrats aidés à disposition ». De fait, pour ce second semestre, « il reste 6.570 contrats aidés. Haro sur le gouvernement, il n’a pas réduit le nombre de contrats aidés ».
Claude Hoarau a indiqué que « le nouveau gouvernement a annoncé une hausse de 50% des contrats aidés sur le plan national, et quand il a attribué la part à La Réunion, il a annoncé 3.450 contrats aidés en plus, on est loin des 50% promis », mais plutôt au-dessus, avec 52%, a noté le maire. Ce dernier a indiqué que « le gouvernement n’a pas réduit, mais augmenté de 50%, il a ajouté des contrats aidés en plus des contrats restants pour l’année. On a obtenu du gouvernement ce qu’il était en devoir de nous attribuer ».
Le maire de Saint-Louis a conclu en indiquant : « Nous avons voulu que les chiffres soit mis sur la table plutôt qu’une surenchère sans explication et des annonces sur la baisse drastique des contrats aidés ». Ce dernier a tenu à ce que « les Réunionnais sachent la vérité », car « c’est important. Je comprends la position du maire de Saint-Denis (Gilbert Annette-NDLR), c’est une attitude clémente », a-t-il conclu.

L’égalité dans la fonction publique

Après avoir évoqué la pérennité de certains dossiers de la commune, comme le financement des moyens pédagogiques et des effets scolaires, le plan informatique de l’année et le plan de rénovation des écoles, Claude Hoarau a évoqué la question de la fonction publique territoriale. Claude Hoarau a rappelé que « durant près de 30 ans, des centaines de travailleurs étaient dans des situations précaires. Personne ne peut ignorer la valse du personnel à chaque changement politique. Nous nous sommes engagés à titulariser », à travers un protocole d’accord entre le maire et les employés. Ce protocole évitait l’« étranglement financier ».
« Par souci de justice », le maire de Saint-Louis a annoncé le paiement de la surrémunération à ses employés, selon le protocole signé avec eux. « Avec ou sans l’accord du tribunal administratif, je paierais l’index ». Ce dernier a précisé pour exemple que « le directeur de l’hôpital de Saint-Pierre est un employé de la fonction publique, il est tenu d’appliquer l’index de correction, ce qui n’est pas légal. Moi, je paierais compte tenu du respect de ma signature auprès des employés communaux ». Ce dernier a indiqué que le débat était lancé et que le Parti Communiste Réunionnais « exprimera sa position dans le cadre des travaux de la reconstruction, mais on ne doit pas montrer du doigt Saint-Louis ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com