Actualités

Responsabilité et 6e République pour le renouveau de la démocratie à La Réunion

Législatives à Saint-Denis : Succès du débat sur la démocratie organisé par l’union PCR-Insoumis

Manuel Marchal / 3 juin 2017

L’augmentation de l’abstention et des votes blancs traduisent l’aggravation de la crise du système actuel. La 6e République proposée par la France Insoumise et la responsabilité par le PCR visent à sortir par le haut de cette crise de confiance en donnant au peuple les moyens de décider et d’agir. Ces propositions ont été exposées et débattues lors d’un débat organisé hier à Saint-Denis par les candidats de l’union PCR-Insoumis dans la 1ere circonscription.

JPEG - 46.3 ko
Julie Pontalba, candidate de l’union PCR-France Insoumise dans la 1ere circonscription.

Après l’environnement et le partage des richesses, Julie Pontalba et Stéphane Ducamp, candidat et suppléant de l’union PCR-France Insoumise, organisaient hier un troisième débat sur le thème de la démocratie.

En introduction du débat, Julie Pontalba rappelle l’annonce d’un projet de loi sur la moralisation de la vie politique présenté par le nouveau gouvernement. C’est une manière de rattraper les choses qui n’est pas suffisante. Jean-Luc Mélenchon propose la 6e République, le PCR la responsabilité, ce sont deux projets qui se rejoignent, a-t-elle dit en substance.

Pour une 6e République

Esla Mousse a tout d’abord présenté le projet de 6e République. Cette proposition part du constat que la population ne consent plus aux règles actuelles. Cela se manifeste par la hausse de l’abstention et du nombre de bulletins blancs. Pour arriver à cette 6e République, il est nécessaire qu’un certain nombre de députés agissent pour convoquer une Assemblée constituante. Pour la France Insoumise, cette Constituante sera composée de députés élus et tirés au sort, leur point commun sera de n’avoir jamais exercé de mandat électif.

Cette nouvelle Constitution comportera l’ensemble des droits fondamentaux actuels auxquels s’ajouteront de nouveaux. Elle comprendra la règle verte, qui oblige à préserver l’environnement, ainsi que le droit opposable au logement.

Au sujet de la moralisation de la vie politique, tout élu condamné pour corruption dans le cadre de ses fonctions sera inéligible à vie.

Le vote sera rendu obligatoire, et entraînera la reconnaissance du vote blanc. Les citoyens auront le pouvoir de révoquer les élus s’ils n’appliquent pas la politique pour laquelle ils ont été élus. La population pourra également proposer des lois et les abroger.

C’est dont par une rédéfinition complète de l’organisation des pouvoirs politiques que sera réglé le problème de moralisation de la vie publique.

La responsabilité

Elie Hoarau, président du Parti communiste réunionnais, a ensuite présenté le projet de responsabilité. Il part du constat que le bilan des gouvernements qui se succèdent est négatif à La Réunion. Le cadre actuel ne permet pas de régler les problèmes actuels et à venir.

La responsabilité, c’est l’accès des Réunionnais à des compétences élargies. Elie Hoarau a cité le cas des Accords de partenariat économique qui doivent être signés entre l’Union européenne et les pays voisins. Si les Réunionnais peuvent avoir la compétence de négocier directement, alors ils pourront y faire figurer des clauses de sauvegarde et un moratoire pour protéger la production locale. C’est une nécessité pour garantir le décollage économique de La Réunion.

Ces compétences seront exercées par une Collectivité territoriale unique, remplaçant la Région et le Département, respectant la parité et élue à la proportionnelle intégrale afin que tous les courants de pensée puissent être représentés.

Cette assemblée devra élaborer un projet de développement qui sera financé par un fonds de développement alimenté par les fonds européens et ceux de l’État.

En conclusion, Elie Hoarau a rappelé que rien n’est joué pour ces élections législatives. Emmanuel Macron est en effet à la recherche d’une majorité. C’est en élisant un maximum de députés progressistes que les causes de la 6e République et de la responsabilité pourront avancer.

Continuer à se rassembler

Gélita Hoarau est revenu sur le combat qu’elle a mené au Sénat pour tenter d’inscrire dans la loi plus de libertés pour les Réunionnais. Mais l’ex-ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, a repoussé toutes les propositions sans aucun dialogue. En tant que députée, elle avait pourtant été signataire d’une proposition de loi rejoignant celle de Paul Vergès visant à supprimer l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution. Mais une fois ministre, elle a manifestement oublié ces belles intentions.

La sénatrice de La Réunion a pointé la perspective des Assises des Outre-mer. Elle a conclu en ces termes : « la situation est tellement grave qu’il faut rassembler les forces pour ce combat ». Elle a donc souhaité que l’union ne se fasse pas seulement pour une élection mais soit un engagement durable.

Dernière intervenante, Christiane a constaté que cette demande de plus de compétence pour adapter les lois se fait entendre également en France au niveau des communes. Certaines déplorent un cadre inadapté à leurs spécificités. « La population vit une démocratie fictive en étant trop loin des centres de décision », a-t-elle dit.

La prochaine action des candidats de l’union PCR-Insoumis aura lieu dimanche à 14 heures 30. Rendez-vous devant la brasserie de la Gare du Nord pour une opération Zéro déchet sur le front de mer de Saint-Denis.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Montesquieu , ce grand penseur du 18eme siècle ; qui a bien distingué les trois pouvoirs qui permettent de gérer une nation : le pouvoir législatif , le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire , nous disait que le pouvoir corrompt naturellement celui qui l’exerce et que pour éviter que le peuple soit soumis à la Tyrannie d’un seul homme il fallait le séparer et le confier à des représentants du peuples qui seraient chargés de les exercer séparément dans l’intérêt de la nation.

    Lorsque les révolutionnaires de 1789 ont renversé la monarchie française ils ont appliqué ce principe de la séparation des
    pouvoirs . L’histoire nous a démontré que cette séparation n’a pas toujours été parfaite ; le pouvoir judiciaire n’a jamais été vraiment confié à des représentants du peuple mais leur détenteur ont toujours été désigné par les détenteurs du pouvoir exécutif . les seuls pouvoirs qui ont été bien séparés ont été le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif , mais avec une certaine primauté de l’un sur l’autre selon que l’on préférait le régime parlementaire ou le régime présidentiel.

    La constitution de la 5emme république , celle qui nous est appliquée de puis 1958 a trouvé un bon compromis pour équilibrer ce besoin de prééminence entre les deux pouvoirs législatifs et exécutifs en donnant à chacun le moyen de neutraliser l’autre ,
    en cas d’affrontement ou d’opposition très sévère sur certains points . C’est ainsi que les parlementaires peuvent mettre en échec le gouvernement en refusant de lui voter sa confiance ou en votant des motions de censure . Mais pour éviter que cette possibilité de renverser le gouvernement débouche sur instabilité permanente telle que l’on avait vécu sous la 4eme république , les constituants ont donné au président de la république la possibilité de dissoudre l’assemblée nationale et de renvoyer les députés devant leurs électeurs , au risque de se retrouver avec une majorité différente de la sienne et designer un gouvernement de cohabitation

    Cette solution a bien fonctionné depuis 1988 et la France a connu déjà plusieurs période de cohabitation . Mais pour éviter cette situation qui ne permet pas d’avoir les coudées franches pour exécuter un programme politique soumis à l’adhésion du peuples lors des campagnes électorales , les homme politiques ont hiérarchisé les élections nationales en organisant leur calendrier de manière que la première élection soit celle du président de la république , la deuxième celle des députés et la troisième celle des sénateurs . De telle sorte que cette hiérarchisation conduit naturellement le président élu à essayer de faire élire tant au niveau de l’assemblée nationale que du sénat une majorité de parlementaires qui partagent ses idées et le soutiennent dans la mise en l’exécution de son programme.

    Cette façon de hiérarchiser les élections a eu pour conséquence que depuis quelques années les présidents qui ont été élus ont toujours eu une majorité identique à la leur et par voie de conséquence une majorité obéissante qui ne soit pas trop gênante et qui vote les lois qui leur sont proposées .

    Lorsque cette situation se produit nous nous trouvons quasiment devant un cumul des pouvoirs entre les mains d’un seul homme qui pourra conduire le pays là où il voudra . Et comme le président de la république actuel s’avère être le candidat élu des grands patrons , des grandes banques et assurances internationales et aussi des grands médias qui ont manipulé les gens au fur et à mesure du déroulement de la campagne électorale ,lui donner une majorité identique à la sienne c’est lui donner la possibilité de diriger le pays en fonctions des intérêts de ceux qui l’ont soutenu et l’ont fait élire au détriment des plus démunis , ou de la classe moyenne ..

    Cette situation n’est pas vraiment critiquable en soit puisqu’elle résulte de la volonté populaire mais à conditions que le règles appliquées pour chaque élection permettent de faire élire un nombre d’opposant suffisant pour pouvoir contrer les dérives du pouvoirs lorsqu’il ne respecte plus l’intérêt national mais tend plutôt à favoriser certains intérêts personnels ou celui des puissants.

    Comme la loi électorale actuelle ne permet pas d’atteindre cet objectif , il est important de voter pour ceux qui ont inscrit sa révision à leur programme . Comme vous le dites la majorité actuelle est mise en place par seulement 30% du corps électoral
    lorsque on comptabilise les abstentionnistes et les votes blancs . Peut être qu’il est temps d’obliger les gens à s’inscrire sur les listes électorales comme on les oblige à assurer leur maison ou leur voiture . Peut être qu’il est temps de d’annuler les élections dans lequel l’abstentionnisme et le vote blanc est supérieur à 40% des électeurs inscrits . peut être qu’il est temps de revenir sur le pouvoir de faire voter des lois par ordonnance pour éviter des débats où les opposants pourraient s’exprimer librement et obtenir le soutien populaire , peut être qu’il est temps d’interdire au président de dissoudre l’assemblée nationale
    sans en contrepartie démissionner de son mandat lui aussi . Peut être qu’il est temps de mettre en place à un certain niveau des magistrats qui ne dépendent pas du pouvoir exécutif ou législatif mais qui soient désignés par les magistrats de base puis confirmés par un choix commun des pouvoirs législatifs et exécutifs

    Montesquieu a toujours raison le pouvoir corrompt lorsqu’il se retrouve entre les mains d’un seul homme à qui tout le monde doit allégeance et soumission .Et les insoumis mais aussi d’autres tendances politiques ont raison de vouloir remettre de l’ordre dans nos institutions.

    Article
    Un message, un commentaire ?