Actualités

« Rester sur place, c’est prendre des risques »

Conférence de presse de la Mairie et de l’État

Témoignages.re / 6 janvier 2011

Après la découverte de 11 cas de saturnisme dans le lieu-dit « triangle de l’Oasis », le maire du Port a donné hier une conférence de presse. Y assistaient également les responsables des services de la commune, le sous-préfet Thomas Campeaux et deux membres du corps médical. Ces derniers ont précisé les causes et la nature de ce mal.

Maladie liée à l’ingestion de plomb, le saturnisme concerne avant tout les enfants, dont ils affectent le métabolisme encore marqué par la croissance. Une maladie, a précisé le premier magistrat de la commune, qui est exceptionnelle dans notre île. D’où vient le plomb ?
Le sous-préfet a évoqué la piste d’un stockage de batteries dans la zone considérée, sans qu’il y ait pour autant de certitude, a-t-il indiqué. Évoquant la situation particulière de l’Oasis, Jean-Yves Langenier a rappelé que ce bidonville, qui regroupe plusieurs dizaines de familles, occupe une zone destinée à la réalisation d’un projet de la ville du Port. Un projet, a-t-il signalé, dont la commune a tout fait pour hâter la réalisation auprès du représentant de l’État. L’occupation de ce terrain — propriété communale — par une population qui ne trouve pas de logement constitue de longue date un problème pour la municipalité. Celle-ci s’est efforcée de le gérer par le relogement : sur les 61 familles recensées en 2000, 47 ont pu accéder à un logement. De nouveaux arrivants avaient fait en 2003 l’objet d’un arrêté d’expulsion : à ce jour, 32 familles vivent sur le site auxquelles s’ajoutent de nouvelles familles installées depuis sur la zone.
Non contagieux, le saturnisme ne peut être enrayé chez les malades que par l’éloignement de la source d’empoisonnement. « Rester sur place », a répété à plusieurs reprises Jean-Yves Langenier, « c’est prendre des risques pour les familles ». Les occupants doivent donc quitter les lieux, où une opération de décontamination des sols sera engagée. Les institutions développent une stratégie commune pour trouver une solution au problème, a affirmé le maire du Port. Dans l’urgence, a-t-il néanmoins rappelé, la prise de responsabilité de chacun est essentielle.


Kanalreunion.com