Actualités

Retour sur les conséquences d’un document faux et malveillant

Élection de la Commission permanente du Conseil général

Témoignages.re / 2 avril 2011

Jeudi, jour de l’élection de la présidence du Conseil général et de la Commission permanente, la presse publie la composition et l’ordre du bureau du Conseil général. Ce document est un faux. Le lendemain, la presse publie un article rendant compte de la réunion du groupe Alliance du Conseil général. Ce résumé permet de donner une idée de la capacité de nuisance du faux publié la veille. Sur Facebook, un échange entre un internaute, Frédéric Dorla, et Pierre Vergès, permet d’apporter un éclairage sur ce qui s’est passé jeudi, entre l’élection de la présidente du Conseil général et celle de la Commission permanente.

Frédéric Dorla

- M. Pierre Vergès je comprends pourquoi vous avez mis ce exprimez-vous. Je ne vois pas la différence entre la 13ème et la 4ème place dans la vice-présidence ???!!!..

Pierre Vergès
Aucun, je dis bien aucun des collègues n’était prêt à rendre régulièrement compte à la direction du Parti de la mise en œuvre de la gestion au Conseil général. Aucun n’était prêt à être volontaire pour représenter les intérêts des camarades du Sud qui n’ont pas de conseillers communistes ! Non pas parce qu’ils ne le veulent pas mais parce qu’ils ne le peuvent pas sans doute ! Et enfin, il n’y a JAMAIS eu un accord sur la liste qui est parue (tiens qui a organisé cette fuite ?) dans la presse !
Pourquoi quelqu’un qui devra assumer la direction collégiale admise par Nassimah Dindar (qui a pu négocier cela avec le PS et le MDSR ?), qui a conduit avec le Parti (les autres collègues étaient pris ailleurs) les négociations, qui est d’abord un conseiller du département, ÉLU DU PARTI, qui devra assumer les responsabilités mentionnées plus haut, devrait être 13ème vice-président ? Pour affaiblir son autorité auprès des services du Département ?

Pierre Vergès

- Quand je dis que mes collègues ne le peuvent pas, ce n’est pas qu’ils ne sont pas capables, MAIS qu’ils ont d’autres tâches à assumer. Le Parti en prend acte, mais ne doit pas en pâtir !

Pierre Vergès

- Enfin Frédéric, à trop vouloir justifier que je devrais être à la 13ème place, on va finir par accréditer que dans le Parti, certains souhaiteraient régler des comptes avec moi. Dans le Parti, personne n’est plus personne n’est moins, ÉLU ou PAS ! Quant aux critiques nominatives, ou contre une décision du Parti, elles doivent se faire au sein de nos instances, EN PRENANT SOIN de ne pas les exposer en public.


Kanalreunion.com